Contact us @ +32 (0)71 31 71 26 - contact@transcultures.be

Media Arts Center

Toutes les news

  • Transnumériques #4 – Connectic’Arts – Transonic #1 – Entretien avec Gauthier Keyaerts

    mai 31, 2012

    Gauthier Keyaerts, Dj et musicien éclectro fête la sortie de son album Fragments #37-43, sous le nouveau label transonic ce samedi 02 juin à 20h à la Maison du Peuple de Saint-Gilles lors de la soirée Transonic #1.

    Interview de Philippe Franck.

    Vous sortez un nouvel album sous le nom de The Aktivist (un pseudo qui vous convient bien !) qui sera présenté a la soirée Transonic#1 à la Maison du Peuple, avec également des invités de marque (dont Benjamin Lew sans doute un des pionniers des musiques électro-impressionnistes en Belgique) lors de Connectic’arts. Qu’est ce qui caractérise ce projet?

    Gauthier Keyaerts : The Aktivist me permet d’exprimer d’explorer d’autres pistes que celles empruntées via mes projets précédents : Bump’n’Grind (BNG) et Very Mash’ta (plusieurs CDs sortis chez Sub Rosa – NDLR). Le premier – un duo – lorgnait vers les « dancefloor », mais de manière accidentée et libre, l’autre s’amuse à pratiquer l’audio-collage sans frontières: du plus expérimental à l’electro-freak-funk, en passant par le hip-hop et des bribes de rock psychédélique. Je pense que The Aktivist présente certainement plus un message intimiste, mon écoute et ma perception du monde, des matières sonores, etc. Cette approche m’a donné l’envie de rendre mon son plus « concret », et de me lancer dans l’installation matinée de poésie, sans véritable surenchère technologique.

    Vous êtes musicien depuis une vingtaine d’années mais aussi grand amateur de cinéma et plus récemment vous avez commencé a réaliser des installations sonores et plastiques. Dans ces Transnumeriques#4, vous vous êtes également produit en performance avec le vidéaste Thomas Israël. Comment ces dimensions, matières et pratiques sonores et visuelles se complètent elles dans votre travail ?

    G: Je suis un « synesthésiste »! Le son, les couleurs ou encore une image peuvent m’inspirer une sensation physique, une matière naturelle ou un sentiment une mélodie, etc. Je suis toujours dans une sorte d’état d' »hyperstimulation », et je ne masque pas mon émotif. Je tente de vivre les choses dans leur « complexité », sans trop me préoccuper des limites perceptives. C’est risqué, dangereux parfois, mais je pense que cette dérive volontaire et contrôlée sur l’océan des sons, des images, des matières et sentiments en vaut la peine. J’ai l’impression que plus « je me laisse aller », plus je me recentre, quasi dans une acception thérapeutique! En fait, je suis incapable de dissocier images / sons / ressenti des sens / environnement,…

    En tant que journaliste et observateur des cultures électroniques et numériques, comment percevez-vous leurs récents développement ?

    G: J’ai l’impression qu’il y a actuellement un double mouvement. D’une part une fascination pour les systèmes artistiques pluridisciplinaires reposant sur le numérique, trop peut-être d’ailleurs. En même temps, les musiques électroniques exploratrices (même à un degré léger) sont désavouées. Après un boum énorme lors des 90’s, faisant suite à la percée auprès du grand public vers la fin des années 1970 (les retombées radioactives), puis la montée en puissance grâce à l’usage du sampler et des musiques « citadines », renforcée par l’explosion – notamment – provoquée par les pères fondateurs du son de Detroit, Chicago, etc., poursuivie par l’apparition de la « freetronica » / IDM / electronica, et le grand mélange de toutes ces influences au cours des années 1990 au cœur même de l’indépendant… Le soufflé est retombé ! Les clubs passent à nouveau toutes les variantes de 4/4, les soirées urbaines ont remplacé le dub et ses rejetons digitaux pas le dubstep et autres musiques finalement fort influencées par des labels – déjà anciens. Tout ce qui ne rentre pas dans ce moule précis, « clubber », n’a plus vraiment de place. Mis à part le mouvement « noise », très solidaire, et qui a créé son propre réseau. On pourrait peut-être l’assimiler à ce que fut la vague hardcore fin des années 1980, courant des années 1990. Ce courant avait son propre réseau, et créait ses proposes festivals. Mais il y a toujours des talents à découvrir et à soutenir, c’est aussi pour tous ceux qui échappent au radar médiatique et publique que nous avons lancé ce projet de label Transonic produit par Transcultures.

    Gauthier Keyaerts

    Journaliste/ Musicien (Installations, musiques de film, performances, ateliers sonores,…)

  • Transnumériques #4 – Connectic’Arts #1 – @©ueil : expériences – rencontres – débats de Paracommand’Art et installations

    mai 30, 2012

    Paracommand’Art – @©ueil : Expériences – Rencontres – Débats 

    Jeudi 31 mai et vendredi 1er juin (12h-18h)

    Installations in situ: 

    Werner Moron Le Wall Street de nos désirs et de nos désillusions 

    Superbe Par le toi 

    Ouverture de l’esapce d’exposition (installations):

     le 31.05 et 01.06 de 10h à 18h; le 05.06 à partir de 18h et du 06 au 17.06 de 12h à 18h (sauf lundi 11.06 – fermé)

    Maison des Cultures de Saint-Gilles

    120 rue de Belgrade – 1060 BRUXELLES

    Entrée libre

    Dans le cadre des Connectic’Arts #1 et des Transnumériques #4, Paracommand’art propose @©ueil le 31 mai et le 1 juin de12h à 18h à la Maison des Cultures de Saint-Gilles, une rencontre/débat conviviale et animée autour de la notion d’accueil. Outre @©ueil, vous pourrez découvrir deux installations interactives qui investiront également la Maison des Cultures jusqu’au 17 juin : Le Wall Street de nos désirs et de nos désillusions par Werner Moron et Par le toi de Superbe.

    Une initiative de l’Asbl Youpie Quand Mêmedu Réseau d’Intervenants Artistiques et des Paracommand’art.

    En partenariat avec Transcultures, l’Echevinat de la Culture de Saint-Gilles et avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du FSE

    Infos & inscriptions :
    contact@youpiequandmeme.com
    Emilie Rouchon : +32 (0)476 05 93 83
    www.paracommandart.org

    @©ueil

    «Pendant deux jours, des invités et des voisins du lieu même où nous vous donnons rendez-vous se proposent de réfléchir à toutes les subtilités qui se dégagent de la notion d’accueil. Nous allons mutuellement nous accueillir avec ce que nous savons des rituels millénaires, avec ce qu’en pensent le directeur d’un hôtel de luxe, un jeune chauffeur de bus, une artiste, un préhistorien, une avocate … Chacun de là où il est, avec sa croyance et son doute, va pendant deux jours amener ce qui manque à ce lieu pour créer une infrastructure, un propos, une attitude capable de créer un environnement pensé par tous ceux qui le souhaitent… habité par le plus de monde possible.» Paracommand’art.

    Les Paracommand’art sont des individus qui acceptent de sauter sur une situation que personne ne voit encore ou que personne ne veut plus voir. Ils se rendent utiles directement, sans avoir les mandats, sans avoir les solutions, un peu en amont des modes ou des institutions. Ils viennent avec le matériel incomplet de leurs compétences spécifiques qu’ils complètent par une bienveillance et une détermination dans l’idée de créer une oeuvre d’art. C’est-à-dire une chose qui parle au plus grand nombre sans passer par la compréhension ou la tripe. Un alliage fait d’intuitions, de formes, et de publics. Un art instituant. Les Paracommand’art organisent des expositions, des ateliers, des formations, des productions, des débats,…et créent surtout des liens entre les individus, des disciplines et des institutions apparemment étrangers les uns aux autres.

    Le Wall Street de nos désirs et de nos désillusions par Werner Moron

    Le dispositif artistique consiste à venir avec des oeuvres-individus. Ce sont des sculptures ou des éléments qui permettent des installations protéiformes imaginées pour questionner le spectateur le plus loin possible, jusqu’à ce qu’il amène ses propres réponses. Les dispositifs déposés à la Maison des Cultures sont : un abribus et un miroir monté sur un diable, deux sculptures interactives qui jouent à la fois avec les refl ets et avec la capture d’image et de propos que les publics peuvent eux-mêmes organiser à partir de l’émotion qu’ils ont dans le cadre de l’installation. Les artistes de Superbe s’associeront à WERNER MORON (plasticien, auteur, performer) pour la réalisation de cette installation in-situ et viendront avec un dispositif qui leur est personnel sous la forme d’une boîte à musique interactive.

    Par le toi deSuperbe

    Cette installation interactive invite à faire face à sa propre image (via une webcam) dont le contenu est révélé par une onde sonore évoluant selon le son émis par le participant. »Par le toi » fait allusion à l’idée qu’on existe et se révèle dans le discours. Le processus met en relief également l’impossibilité de i ger notre image dans cette parole qui sans cesse se dérobe. Comment trouver le ton juste, comment communiquer « juste » ai n d’être perçu « juste » ?

    www.superbe-interactive.be

    Intervenants :

    Bénédicte Adnet , directrice de l’Asbl Mentor-Escale – Fatoumata Barry, venue de Guinée-Conackry, elle travaille aujourd’hui au Centre de demandeurs d’asile de Fraipont – Jean -François Bouthors, éditeur et écrivain – Valérie Cordy, metteure en scène, artiste invitée des Transnumériques 2012 – Fran çoise Dec ortis , professeur de psychologie ergonomique ; responsable de l’équipe C3U (conception, création, compétences et usages) Université Paris 8 – Agn ès Graceffa , historienne – recherches en histoire culturelle et en histoire des politiques culturelles – Université d’Artois – Gilbert Lodomez, directeur du Château des Thermes – Werner Moron, artiste pluridisciplinaire, directeur de formation socio-artistique – Marcel Otte , enseignant-chercheur pour le département des Sciences Historiques de l’UlG – Daniel Pricken, avocat au barreau de Liège – cabinet d’affaires Actéo – JNC, cabinet d’architectes urbanistes et paysagistes – Christine Servais , enseignante-chercheuse au sein du département Arts et Sciences de la Communication à l’UlG – Superbe , studio de design interactif – Vera Varhegyi , chercheuse au département de Psychologie Interculturelle, Université de Caen – Thierry Voué, coordinateur de la Maison de Jeunes de Braine l’Alleud – Mohamed, projet Surface de Réparation avec Jacques Charlier dans le cadre des projets pilotes en Maison de Jeunes – Carlo Luyckx, Echevin de la culture de Saint-Gilles – Jean-Claude Dargeant , mathématicien, conseiller financier et artiste numérique – Philippe Franck, directeur de Transcultures – Natalia de Mello, plasticienne et artiste multimédiatique- Jacques Urbanska, content manager, peformer et artiste numérique.

  • Transnumériques #4 – Entretien de André Serre-Milan – Sound’Up

    mai 29, 2012

    A l’occasion de la première soirée Sound’Up organisée ce mercredi 30 mai sur le site des Arbalestriers à Mons dans le cadre des Transnumériques#4 par Transcultures et Art Zoyd,André Serre-Milan, co- responsable avec Carl Faia du projet Sound’Up, a répondu aux questions de Philippe Franck.

    -Que représente pour vous un festival/plate-forme comme les Transnumériques ?

    André-Serre Milan : Un espace de rencontres, échanges et réflexions autour de l’intégration des technologies dans les pratiques artistiques sous toutes leurs formes : du spectacle vivant à l’installation et web. Un temps et espace privilégié permettant de mettre en perspective la richesse et diversité des propositions.

    -Quel est votre regard sur l’évolution des arts et des cultures numériques/électroniques? Comment vous y situez / retrouvez-vous personnellement ?

    Plus que me situer personnellement dans l’évolution des arts et cultures numériques/électroniques, je navigue à vue avec une curiosité intacte, en son sein ou à l’extérieur, suivant les projets, à travers des réalisations, accompagnées de questions récurrentes. Réalisations avec ou sans l’utilisation du numérique/électronique, car sa pratique se répercute sur toute réalisation ultérieure, ce qui est un de ses intérêts.

    Ces questions peuvent être :

    Quelle pensée, quel sens donner à ces développements ?

    Sont-ils véritablement incontournables ?

    Présents en amont d’une conception ou au service de sa réalisation ?

    Dans quelle mesure permettent-ils de renouveler et faire évoluer les points de vue, langages, appréhensions de notre monde actuel ?

    Et quelle attitude adopter pour leur donner leur véritable spécificité de pensée et réalisation, leur véritable sens, sans lesquels ces formes de pensée n’auraient pas lieu d’être ?

    Les éléments de réponses sont donnés sous forme d’œuvres.

    -Quels liens voyez-vous entre ces cultures numériques/électroniques et notre société en mutation? Comment vous y engagez-vous avec votre travail ?

    La mutation ne date pas des nouvelles technologies. Elle est un symptôme à priori positif d’un monde en marche qui évolue au gré de ses réflexions, échanges, (re)-découvertes. Dans la société occidentale (et non pas la Terre entière), les rêves humains ont été majoritairement accompagnés du credo en une technologie permettant de les rendre palpables.  Ces évolutions technologiques s ‘accompagnent encore trop rarement d’une pensée spécifique. Les cultures numériques/électronique, dans leurs détournements et projections personnelles à partir de ces potentiels, permettent de créer du sens élargi et affiné là où une avancée s’accompagne fortement d’un premier degré de pensée. Et permettent d’induire des axes de travail qui peuvent s’avérer valides pour la société en général, et non pas exclusivement la production artistique.  Cette attitude est à la fois une ligne directrice qui se travaille au quotidien pour la conserver, et un message souvent difficilement compris et admis.

    Propos recueillis par Philippe Franck

     

  • Transcultures au festival Nightshot #06 à Malves

    mai 24, 2012

    Festival Nighshot#06 à Malves 

    Massages sonores d’Isa Belle & Paradise Now le samedi 26 mai

    DJ set City Sonic par Paradise Now et set live d’Isa Belle le dimanche 27 mai
    Malves-En-Minervois (France)
    ENTREE LIBRE
    Deux productions Transculturiennes s’invitent à cette sixième édition du festival Nighshot#06 à Malves-En-Minervois qui aura lieu les 26 & 27 mai prochain de 10h à 02h du matin dans le cadre de Mai Numériques! Vous pourrez découvrir les massages sonores d‘Isa Belle accompagnée par Paradise Now avec laperformance Cercle de Cristal le samedi 26 mai de 15h à 17het assister à un Dj set de Paradise Now et à un set live d’Isa Belle le dimanche 27 mai entre 16h et 17h.
    Plus d’informations : http://bit.ly/IJxXLa
    affiche-mai-numerique_transcultures-2012

    NightShot est une manifestation organisée par le GRAPh / CMI dans le village de Malves en Minervois. 2012 sera la sixième édition de cet événement, festif et ouvert à tous, dédié à la musique électro, à la vidéo et aux arts numériques. Durant deux jours et deux nuits, le public est invité à découvrir des performances, des installations, des projections, des live VJ et DJ dans les endroits les plus insolites du village : le parc du château, les places du village, le café, chez les commerçants, la cave et même chez certains habitants du village. Cette année, la thématique retenue est « l’image à la croisée des chemins ». En effet, l’image est devenue vecteur de transversalité : les arts plastiques croisent le chemin de la vidéo, la photographie donne naissance à des « Petites Œuvres Multimédia », les créations virtuelles rencontrent le patrimoine, le son et les corps entrent en résonnance avec l’image…

  • Transnumériques #4 – Ouverture de Connectic’Arts à Saint Gilles le 05 juin!

    mai 21, 2012

    Ouverture de Connectic’Arts#1

    Du 31 mai au 17 juin 2012

    Vernissage le mardi 05 juin à 18h

    Saint Gilles – Bruxelles

    A la Maison Pelgrims, la Maison des Cultures, la Maison du Peuple, l’ Atelier du Web, le Bar du Matin et le Centre Culturel Jacques Franck

    En collaboration avec l’Echevinat de la culture de Saint-Gilles, Transcultures asbl lance, dans le cadre des Transnumériques #4, une nouvelle manifestation: Connectic’arts#1qui se déroulera du 31 mai au 17 juin et investira plusieurs lieux de la commune avec des expositions, des concerts, des soirées, des performances, etc. Un parcours d’art numérique unique dans Saint Gilles vous attend !

    ENTREE LIBRE

    Envisagé dans le cadre de la quatrième édition de la Biennale des arts et cultures numériques Les Transnumériques, Connectic’arts est une nouvelle manifestation fédératrice initiée par Carlo Luyckx, échevin de la Culture de la Commune de Saint-Gilles et Philippe Franck, directeur de Transcultures. Il s’agit d’explorer, dans plusieurs lieux associés de la commune de Saint-Gilles, les cultures numériques liées, dans leur diversité de forme (installations, performances, arts en réseau, ateliers,…) et de contenu, aux nouvelles technologies. Au-delà, Connectic’arts entend faciliter et développer le rapport des artistes et des citoyens aux réseaux (Internet, réseaux sociaux,…) dans leur quotidien et leur imaginaire. Pour la première fois à Saint-Gilles, est proposé un grand événement qui associe les cultures numériques à une démarche participative pour proposer une manifestation à la fois rassembleuse, conviviale, prospective et festivalière, qui est également structurante.

    Le programme complet :

    http://transnumeriques.be/index.php/le-programme#transnumbxsaint

    Connectic’arts#1 est coordonné par Philippe Franck en complicité avec Valérie Cordy, artiste associée aux Transnumériques et en lien avec le service culture de la Commune de Saint-Gilles.
    Connectic’arts#1 est une production Service Culture de la Commune de Saint-Gilles, Transcultures avec le soutien de la COCOF et du Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles (arts numériques, musique)

    http://stgillesculture.irisnet.be

  • Transnumériques #4 – Soirée/concert SOUND’UP

    mai 21, 2012

    SOUND’UP # 1 proposé par Art Zoyd – Soirée concert composite multimédiatique interdisciplinaire utilisant les technologies numériques.

    30 MAI – 20h00 – Site des Arbalestriers

    1, rue du Gouvernement

    ENTREE LIBRE

    Venez assister à la soirée/concert SOUND’UP #1 proposée par Art Zoyd dans le cadre des Transnumériques#4 le 30 mai dés 20h sur le Site des Arbalestriers à Mons. Un riche mélange scénique, sonore et visuel vous attend !

    16 compositions et installations d’artistes de disciplines différentes (musiciens, vidéastes, plasticiens, auteurs, comédiens,…):Wiame Haddad, Rosa Parlato, Élodie Ferré, Anne Festraets, Véronique Binst, Axel Van der Waal, Léonard Barbier-Hourdin, Amélie Poirier, Audrey Robin, Sophie Girod, Madeline Wood, Antonin Jousse, Honorine Poisson, Michael Mainguy, Léa-Anaïs Machado, Caetano Vaccarizzillo.

    Chacune des compositions individuelles propose une approche personnelle à l’image de la diversité de ses auteurs, de leur parcours, techniques maîtrisées comme de leur propre univers. Reliées en une seule architecture, structure et ouvrage : le spectacle multimédiatique SOUND’UP#1 ,un riche algorithme scénique et sonores composée par le violoncelle, la flûte, l’ accordéon, le synthétiseur, la danse, les dispositifs électroacoustique et vidéo temps réel et différé et les capteurs de mouvement.

    Dans le cadre du programme transfrontalier Espace(s) Son(s) Hainaut(s), plate-forme des musiques innovantes et de la création sonore lancée par Art Zoyd, le manège.mons, le Phénix en partenariat avec Transcultures.

    Avec le soutien de la Commission européenne (Feder-Intereg IV).

  • Transnumériques #4 – Le Web A du Coeur

    mai 18, 2012

    Samedi 19 mai de 14h00 à 18h00

    Atelier du Web – Rue du Fort, 37 – 1060 St Gilles

    Transcultures et les Transnumériques#4 s’accocient à la prochaine journée « Le Web A du Coeur » de ce samedi 19 mai de 14h00 à 18h00 à l’Atelier du Web de Saint Gilles ! Envie de booster et d’assurer votre présence sur le Web ? Jacques Urbanska et Mélanie Chammah seront là pour vous donner des conseils et répondre à vos questions ! Tous les bénéfices des entrées seront intégralement reversés au resto du Coeur !

    Inscriptions sur place ou via l’émail: info@webaducoeur.be

    LIRE LA SUITE : LE WEB A DU COEUR

    leweb

  • Transnumériques #4 – Flash Back

    mai 17, 2012

    Flash Back : Sélection cinéma/vidéo par la Médiathèque (Archipel)

    19 mai à 20h30

    GALERIES – Cinéma 

    Entée : 8€ et 6€ (réductions spéciales: www.galeries .be)

    Ce samedi 19 mai à 20h30 à GALERIES dans la Galerie de la Reine de Bruxelles, venez assister à la projection Flash Back, projet initié par Archipel et produit par La Médiathèque, dans le cadre des Transnumériques#4. Au programme, une soirée de projections sur le thème de l’ère panoptique, une plongée dans le monde la vidéosurveillance.

    La vidéosurveillance a envahi l’espace public, et contribue à multiplier les angles de vision, à l’image de nos webcams qui sans cesse aspirent des images du flux de données numériques. Si de nombreux travaux d’artistes de ces trente dernières années entrent en relation avec la vidéosurveillance – profusion s’expliquant par autant de motifs socioculturels ou idéologiques qu’esthétiques – ce sont les œuvres de Dariusz Kowalski et Deborah Stratman qui seront présentées à cette occasion. Leurs montages de séquences polymorphiques d’images de caméras disposées en témoins en autant de lieux investiguent les marges et les confins de certains territoires de l’image d’aujourd’hui. Elles imposent un espace et un temps marqués par la continuité d’une transmission et la mise en attente d’un événement, semblant confondre la présence, permanente, et l’absence de ce qui tarde à survenir. (Introduction par Jean De Lacoste et Sébastien Biset – Durée : 1h45).

    PRODUCTION: La Médiathèque

    www.archipels.be

  • Transnumériques #4 – Art Act Need #1

    mai 14, 2012

    Art Act Need#1 : exposition art brut et nouvelles technologies proposée par L’Art-Chétype

    Vernissage le mercredi 16 mai à 18h (Exposition du 17 au 20 mai de 10h à 18h)

    Site des Arbalestriers – Maison Folie

    ENTREE LIBRE – ACCESSIBLE AUX PERSONNES A MOBILITE REDUITE

    Venez participer au vernissage de l’exposition réstrospective Art Act Need#1 proposée par L’Art-Chétype, une exposition unique réalisée par des résidents d’institutions spécialisées. Le vernissage aura lieu le mercredi 16 mai 2012 à 18h sur le site des Arbalestriers à la Maison Folie de Mons.

    Art Act Need#1, une exposition rétrospective de créations réalisées par des résidents d’institutions spécialisées dans le cadre du projet L’Arché-type : ateliers autour de l’art brut et des nouvelles technologies coordonnés par des artistes intervenants.

    Actif depuis janvier 2009, L’Art-Chétype est un projet SmartBe qui a pour objectif de proposer aux institutions spécialisées (milieux d’accueil, d’aide et de soins) un large choix d’ateliers artistiques et de leurs donner un accès aux nouvelles technologies. Une première année d’étude en psychiatrie, en concertation avec les équipes thérapeutiques sur place, nous a permis de tester la pertinence de notre approche. Art Act Need retrace une présentation des institutions qui ont collaboré au projet L’Art-Chétype et une description des ateliers qui y ont été mis en place.

    Visites guidées à l’attention des publics d’institutions spécialisées sur réservation.

    Contact :

    0484 747 223

    info@lart-chetype.eu

    www.lart-chetype.eu

    Artistes intervenants : Julien Gerber, Pauline Cornu, Stéphanie Kerckaert, Damien Petitot, Cédric Sabato.

    Artistes-patients des institutions partenaires: CHU Ambroise Paré; La maison de la Motte; Les Charmilles; le Confort Social; la bonne maison de Bouzanton.

    Direction artistique: Cédric Sabato.

    Avec le soutien de Transcultures et du manège.mons.

  • Transnumériques #4 – JIM 2012 – « La trace du mouvement » – Lecture/concert/projection

    mai 10, 2012

    Thierry De Mey : La trace du mouvement – Lecture / concert/ projection 

    10 mai à 19h – Salle des Arbalestriers

    ENTREE LIBRE

    Pour ce deuxième jour des Journées d’Informatiques Musicale 2012, venez assister à la lecture/ concert/ projection La trace du mouvement de Thierry De Mey à la Salles des Arbalestriers à Mons à 19h.

    D’autres documents illustreront la présentationce de Thierry De Mey, compositeur, réalisateur et plus récemment artiste multimédiatique guidé par l’intuition du mouvement lui permettant d’aborder et d’intégrer différentes disciplines. Light music créé en 2004, transfigure les mouvements d’un interprète (Jean Geoffroy), seul, face au public ; se joue d’une certaine dualité poétique du geste: de la seule permanence des mains, matérialisées par la lumière, et de la rémanence des empreintes, éphémères, aériennes, sensuelles, tranchantes, percussives…projetées à l’écran. Mouvements et musique entrent en corrélation, s’entrechoquent, s’induisent, se suspendent, et nous emportent jusqu’au chaos, non sans oublier le silence, qui doit être.

    Avec Hands (extrait) (stereo), Silence must be! (5.1), Light Music (8.1), Tippeke (extrait) (8.1), Prélude à la mer (extrait) (5.1, triptyque), Counterphrases (extrait) (5.1, triptyque).

    www.charleroi-danses.be

  • Transnumériques #4 : deuxième soirée Synchronicity ce samedi 12 mai

    mai 8, 2012

    Soirée SYNCHRONICITY #2 

    Gauthier Keyaerts VS Thomas Israel – Isabelle Bats VS Valérie Cordy

    12 mai à 20h30

    GALERIES (en extérieur, galerie de la Reine, sur grand écran)

    Accès libre

    Après la première soirée Synchronicity avec les performances de Noé Grenier et Systaime, c’est maintenant au tour de Gauthier Keyaerts (alias Very Mash’ta) VS Thomas Israël et Isabelle Bats VS Valérie Cordy de se produire devantGALERIES dans la Galerie de la Reine à Bruxelles ce samedi 12 mai à partir 20h30. Deux performances live-audiovisuelles sur grand écran à ne pas manquer !

    Gauthier Keyaerts VS Thomas Israel :

    Very Mash’ta débarque aux Galeries avec le sourire aux lèvres! Ce féru de 7e Art (de B à Z, aux épices asiatiques, gore ou classique), audio colleur inspiré tant par Christian Marclay que RZA, Afrika Bambaataa ou John Cage, ne pouvait rêver mieux comme cadre de prestation qu’un cinéma! Après une performance explosive en 2008 aux Palais des Beaux-Arts de Lille, Very Mash’ta se produit à nouveau en compagnie de l’artiste plasticien bruxellois Thomas Israël, vidéaste au monde pictural foisonnant, sensuel et archétypal.

    Isabelle Bats VS Valérie Cordy :

    Une rencontre engagée entre Valérie Cordy, metteur en scène du théâtre des médias mais aussi artiste du réseau (utilisant des données hypermédia et des contenus web choisis pour les mixer sur des thèmes et en fonction de l’actualité) qui est l’artiste invitée des Transnumériques#4 et Isabelle Bats, performeuse, musicienne et chanteuse.

    Une production Transcultures et Galeries

    http://soundcloud.com/gauthierkeyaerts

    www.thomasisrael.be

    www.asteroide.sitew.com

     

  • Transnumériques #4 – JIM 2012 – Vernissage des Installations JIM et performance d’ouverture

    mai 7, 2012

    Vernissage des installations JIM et performance d’ouverture

    Le 09 mai 17h15

    Vernissage en compagnie des artistes – 17h15

    Performance de la Logos Foundation Robot Orchestra – 19h

    Installations: Ouvertes du 10.05 > 11.05 – 12:00 > 18:00 Jusqu’à 19:30 du 09.05 > 11.05

    Site des Arbalestiers – Espace des Possibles

    Rue du gouvernement 1, Mons

    Venez participer au vernissage des installations des Journées d’Informatique Musicale 2012 en compagnie des artistes dans le cadre des Transnumériques#4 ce mercredi 09 mai à partir de  17h15 sur le site des Arbalestriers à Mons.

    A 19h, vous pourrez assister à la performance d’ouverture de la Logos Foundation Robot Orchestra.

    Pendant le vernissage, vous pourrez également découvrir en avant première  les installations des JIM qui seront accessibles du 10 au 11 mai entre 12h et 18h. Parmis ces installations, l’interface de dessin et de musique interactive HUM de François Zajéga et Jean-Julien Filatriau ou encore Lament et ses mégaphones culturels de Pieter Coussement !

    Installations JIM 2012

    François Zajéga + Jean-Julien Filatriau(Be): HUM

    HUM est une interface de dessin et de musique dans laquelle l’interactivité permet le dialogue public-œuvre.

    Plus d’informations sur HUM : http://transnumeriques.be/index.php/le-programme#hum

    Christian Frisson, Stéphane Dupont, Thierry Ravet, Xavier Siebert: Loop-Jam

    Une constellation de boucles sonores est auto-organisée par un logiciel qui analyse les sons et les classe par similarité de timbre.

    Pour plus d’informations sur Loop-Jamhttp://transnumeriques.be/index.php/le-programme#loopjam

    Conception : Numediart

    Arnaud Eeckhout & Sébastien Herickx (Be) : Ping song

    Table de ping pong entièrement sonorisée: table, raquettes et filet, Ping Song, grâce à un traitement du son troque un bruit répétitif classique en des sonorités improbables.

    Pour plus d’informations sur Ping Songhttp://transnumeriques.be/index.php/le-programme#pingsong

    Production: Transcultures

    Pieter coussement(Be): Lament

    Lament est une installation audio-sensible dans laquelle cinq mégaphones altérés dépeignent cinq cultures différentes.

    Pour plus d’informations sur Lamenthttp://transnumeriques.be/index.php/le-programme#lament

    Bornes Archipel:

    Proposées par la médiathèque dans le cadre des JIM, sont présentées plusieurs bornes du programme de la Médiathèque, Archipel.

    Plus d’informations sur les bornes Archipel: http://transnumeriques.be/index.php/le-programme#bornearchipel

    Archives City Sonic

    Sélection d’extraits vidéo d’installations et de performances des éditions 2010 et 2011 du festival international des arts sonores City Sonic (Mons).

    www.citysonic.be

    Performance : Logos Foundation:  Robot Orchestra – installation/performance pour robots

    Logos Foundation est un centre de musique expérimentale situé à Gand. C’est le lieu d’origine de l’Orchestre Robot, un ensemble de près de 50 robots musicaux (conçus et construits par Godfried-Willem Raes), comprenant, entre autre un piano, des orgues, percussions, cuivres, et bois…

    Plus d’informations sur Robo Orchestra : http://transnumeriques.be/index.php/le-programme#robotorches

  • Transnumériques #4 – JIM 2012 – Atelier SONIC KIDS Circuit Bending

    mai 7, 2012

    Transnumériques #4 – Journées d’Informatique Musicale 2012

    ATELIER SONIC KIDS / Electro Kids (10-12 ans) – Circuit Bending de Valérie Sandor et Antoine Bonnet

    09 mai de 14h à 17h – Site des Arbalestriers

    COMPLET

    Le circuit bending offre à n’importe qui une approche facile et ludique à la création d’instruments de musique électronique. Dans une démarche créative et dans une perspective de recyclage, les enfants seront amenés à réutiliser de vieux jouets sonores, des boutons et autres morceaux de câble pour élaborer de nouveaux instruments expérimentaux et improbables. Une activité riche en enseignements et découvertes que les enfants et adolescents adoreront !

    Plus d’informations :

    http://www.artzoyd.net/espace-son-hainaut-un-cluster-transfrontalier-pour-la-musique/

    http://transnumeriques.be/index.php/le-programme#sonickids

    Une production Espace(s) Son(s) Hainaut(s)

    esh_transcultures-2012

  • Transnumériques #4 : les JIM 2012 du 09 au 11 mai

    mai 7, 2012

    Associées aux Transnumériques#4, les Journées d’Informatique Musicale (JIM) sont organisées en 2012 par l’Institut Numediart à l’Université de Mons en Belgique en lien avec de nombreux partenaires (dont Transcultures dans le cadre des Transnumériques). Elles couvrent tous les domaines de l’informatique musicale et mettent cette année en avant le thème « Geste, virtuosités et nouveaux média ». Réunissant chaque année des chercheurs en informatique musicale et différents acteurs de la vie musicale, les JIM donnent lieu à des ateliers, concerts et installations à découvrir du 09 au 11 mai 2012 sur le site des Arbalestriers à Mons, au Conservatoire Royal de Mons et à l’Université de Mons (UMons).

     

    Présentation des Journées d’Informatique Musicale (JIM)

    Les Journées d’Informatique Musicale (JIM) sont organisées en 2012 par l’Institut Numediart à l’Université de Mons en Belgique en lien avec de nombreux partenaires (dont les Transnumériques). Elles couvrent tous les domaines de l’informatique musicale et mettent cette année en avant le thème « Geste, virtuosités et nouveaux média ». Les JIM réunissent chaque année des chercheurs en informatique musicale et différents acteurs de la vie musicale utilisant l’informatique comme moyen d’expression ou comme aide à la composition. Elles sont pilotées par l’AFIM (Association Française d’Informatique Musicale) et soutenues par la DGCA (Direction générale de la création artistique – Ministère Français de la Culture et de la Communication). Les JIM donnent lieu à des communications, ateliers, concerts et installations. Au cours de ces journées le prix AFIM du jeune chercheur sera décerné. Celui-ci récompense les jeunes chercheurs pour la qualité des travaux qu’ils présentent lors des journées. Les JIM sont également l’occasion de décerner le prix LoMus2012, qui s’adresse à tous ceux qui s’aventurent dans le développement de logiciels libres musicaux ou de logiciels libres qui peuvent contribuer au processus de lacréation musicale. Le prix sera remis aux logiciels qui font preuve d’innovation et d’inventivité face aux enjeux actuels de la création musicale.

    logos_foundation_robot_orchestra

    Plus d’informations :

    http://www.jim2012.be/

    http://transnumeriques.be/index.php/le-programme#transnumons

    transnumeriques-4_jim-2012-transcultures-2012

    Les concerts et installations sont organisés en co-production avec UMONS/NUMEDIART, ARTeM, Transcultures (dans le cadre des Transnumériques), le manège.mons, Arts2. Avec l’aide de Halolalune, de Musiques Nouvelles, de Charleroi/danse, du CECN, du Centre Henry Pousseur, de l’IPEM, de Logos Foundation, de la Médiathèque et de FAR audio. Avec le soutien du Conseil de la Musique Contemporaine et de la Commission des Arts Numériques de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Dans le cadre du programme transfrontalier Espace(s) Son(s) Hainaut(s), plate-forme des musiques innovantes et de la création sonore lancée par Art Zoyd, le manège.mons, le Phénix en partenariat avec Transcultures et avec le soutien de la Commission européenne (Feder-Intereg IV).

  • Atelier Sonic Kids animé par Margarida Guia le 25 avril

    avril 22, 2012

    25.04.2012 Sonic Kids
    Margarida Guia : Les champs de la voix
    (atelier jeunes publics lecture à voix haute / poésie sonore)
    @ Mons > Maison du jazz > 14.00

    51 , Boulevard Dolez, Mons
    Entrée libre, réservation nécessaire

    Pour cet atelier, Sonic Kids (pour les jeunes), l’ interprète portugaise / chanteuse/ comédienne Margarida Guia explore les possibilités de la voix et la poésie.

    «Partir à la découverte du poème par des jeux de voix. Entrelacements de matières vocales : voix parlée, voix chantée, onomatopées. Une approche des mots pour une dégustation sonore et poétique en mettant en relief les notions de musicalité, d’écoute, de sonorité et d’expression. Entendre et dire la poésie pour son contenu, sa forme et pour sa musicalité. Approche de la scène, présence et interprétation. Interaction entre le chœur de voix et un enfant qui mixe un choix de sons.»  M. Guia

    Dans le cadre du projet Espace(s) Son(s) Hainaut(s), plate-forme transfrontalière pour les musiques innovantes et la création sonore, co-organisateurs : Art Zoydle Phénixle manège.mons en partenariat avec Transcultures. Avec le soutien de la Commission européenne (Intereg IV).

    Margarida_Guia_-photo_de_Stphane_Tasse