Contact us @ +32 (0)71 31 71 26 - contact@transcultures.be

Franck Soudan – Lauréat Pépinières européennes pour jeunes artistes – Transcultures Charleroi 2017

Franck Soudan – Lauréat Pépinières européennes pour jeunes artistes – Transcultures Charleroi 2017

Dans le cadre de l’appel à projets du programme MAP (programme de résidence de création favorisant la mobilité des artistes mis en œuvre par les Pépinières européennes pour jeunes artistes), Transcultures, associé avec la Ville de Charleroi (Belgique) et avec le soutien du Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles, ont le plaisir d’accueillir Franck Soudan, lauréat de cette édition 2017.

Pour sa résidence de 12 semaines qui s’étalera sur plusieurs période de l’année, l’artiste et chercheur français veut développer son projet jonXion, qui propose de composer la signature visuelle d’un territoire (dans ce cas-ci la région de Charleroi) en utilisant exclusivement les composantes cartographiques : un graffiti algorithmique issu d’un espace d’informations.

Franck Soudan

Artiste-programmeur et chercheur dans le domaine des arts et des humanités numériques, Franck Soudan est attaché au département Communication / Hypermédia de l’Université de Savoie. Ses travaux portent sur les enjeux esthétiques et politiques des logiciels, les algorithmes et leurs conséquences conceptuelles.

asciipe project

D’une manière très générale, la démarche artistique de Franck s’amorce envers l’idéologie selon laquelle, avec les nouvelles technologies du numérique, nous aurions essentiellement à affronter des problématiques informatiques en ignorant que ces dernières composent d’abord des expériences sensibles inédites, et ambitionnent de s’affirmer comme de véritables projets politiques. C’est au milieu de cet interstice, entre éthique et esthétique, qu’il élabore depuis une dizaine d’années des œuvres numériques variées, dont la constante est d’interroger les attributs de ce méta-médium qu’est la programmation.

More Sensitive project

Dès 2007, son projet de fin de diplôme de licence (réalisé sous la direction de Carole Brandon), intitulé « More Sensitive », son approche est multimédiatique. Ce projet consistait à proposer au spectateur un composite mixant vidéos, pistes sonores, enregistrements vocaux et textes, le tout en fonction d’un ensemble d’interactions capturées grâce au clavier, à la souris et à une webcam. « More Sensitive » inscrivait les problématiques récurrentes de son travail, qu’elles soient relatives aux spécificités du numérique ou qu’elles soient envisagées dans un rapport plus englobant à l’art, puisque ce travail découlait d’une création théâtrale. La question étant alors de ne pas réduire la scène (l’espace lisse et abstrait des langages de programmation) au seul travail de dramaturgie (à l’écriture du dialogue homme/machine) ; de ne pas limiter l’algorithme aux seules lignes de codes qui le constituent.

Çiçek-®-evolution, portrait social de Norbert Hilaire (U-rss project)

U-rss_OD-i_see (U-rss project)

C’est à partir de 2010, dans le cadre du projet U-rss en collaboration avec l’artiste-chercheur Marc Veyrat, que Franck intègre un rapport critique au réseau Internet. À l’origine, ce projet consiste en une collection de portraits sociaux – réalisés à propos de personnalités, d’anonymes ou d’institutions –, qui prennent la forme de modules tri-dimensionnels visibles in fine au sein du logiciel Google Earth. Ces portraits sont construits à partir de plusieurs programmes de moissonnage de données nous permettant de rechercher, visualiser, filtrer et analyser les liens et traces que les portraiturés engendrent, parfois malgré eux, sur les divers plate-formes de réseaux sociaux qui les référencent. Ces informations personnelles sont abordées comme matériau artistique, ce qui amènera Franck à envisager, en 2013, la dépendance que les archives numériques entretiennent avec l’infrastructure qui les porte. Avec « LUX-U-®,-(i_RIP® », Franck et Marc décident ainsi d’incinérer symboliquement une de ces œuvres programmées, celle-ci étant devenue inopérante suite à la fermeture du moteur de recherche dont elle dépendait. Ici, c’est autant la question du coefficient d’art du document d’archive qui se pose que celle, plus spécifique au corps programmé, cherchant à déterminer ce qui meurt en lui quand nous disons qu’il ne fonctionne plus.

LUXURY RIP project

Dans son parcours de recherche / création, il a également eu l’opportunité de travailler à plusieurs reprises avec des professionnels de la culture, que ce soit dans le cadre du dispositif CIFRE (Conventions Industrielles de Formation par la REcherche), qu’il a effectuée entre 2011 et 2013 au sein du service Actions culturelles de la maire de Bourg-en-Bresse, où par le biais de commandes honorées auprès de conservateurs (avec le musée Gassendi ou le Musée museum de Gap par exemple). Dans ce dernier contexte, son travail plastique intègre une dimension de recherche qui s’est formalisée en la rédaction d’une thèse : « Le code et le territoire », soutenue fin 2015. Celle dernière propose une étude approfondie de la programmation conçue à la fois comme outil de création, matériau artistique et vecteur de mutation esthétique. Une cinquantaine d’œuvres d’art y sont ainsi étudiées et ce travail marque un épilogue important dans son parcours de recherche entre art et technologies.

Le Jardin des Délices (œuvre en réalité augmentée - U-rss project)

Enfin, une problématique récurrente dans son travail actuel relève du lien entre l’expérience de l’œuvre et la conservation de l’objet artistique. Comment archiver une œuvre immatérielle, notamment lorsque celle-ci relève d’un processus en réseau et repose sur une infrastructure technique en perpétuelle mutation ? En auto-archivant les événements de son émergence plastique dans une base de données, son œuvre comme « FFF » (toujours réalisée avec Marc Veyrat) avance des éléments de réponse à ce problème en permettant ainsi de rejouer le film de sa construction et d’extraire, individuellement, les données relatives à sa composition. Ce travail hybride, entre la sculpture, la performance et le multiple, trouve ainsi un contrepoint saillant dans la vidéo expérimentale.

Projet FFF (capture d'écran des différentes étapes du processus visuel)

Projet de résidence : JoncXion

Le projet de résidence JoncXion proposé par Franck Soudan concerne le développement d’une œuvre numérique associée à une installation, à mi-chemin entre l’art génératif et la géographie, et dont l’intention artistique est de composer la signature visuelle d’un territoire en utilisant exclusivement les composantes cartographiques de celle-ci où apparaissent un croisement de voies de circulation.

Les carrefours, les places, les croisements et les bifurcations dessinent les points de repères fondamentaux que nous impliquons à notre orientation dans l’espace physique ; et d’eux partent les lignes de fuite et les frontières qui imprègnent toute l’ambivalence de notre rapport aux autres.

Avec l’emploi généralisé du GPS, voilà que nous apparaissons toujours placés au centre de la carte, orientés dans l’espace géographique par le biais d’un système d’informations qui ne cesse de moduler notre expérience concrète du territoire. Sur cet espace lisse, que devient la réalité d’une bifurcation, le passage d’une frontière ?

L’intention artistique de cette carte utopique, cousant bout à bout les seules portions de l’espace pour lesquelles nous devons choisir une direction, serait d’engendrer un canevas graphique abstrait (le graffiti algorithmique d’un espace d’informations) en le mettant en rapport avec cette donnée cruciale de la cartographie actuelle, qui consiste à placer l’individu au centre de l’espace géographique. À cet effet, nous associons cette carte à l’existence d’êtres artificiels brodant, parmi toutes ces intersections, le plus court chemin de toutes les routes possibles.

Production

Transcultures, Pépinières européennes pour jeunes artistes,  associés avec la Ville de Charleroi (Belgique) et avec le soutien du Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Transcultures est coordinateur des Pépinières européennes pour Jeunes Artistes en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Plan