Exquisite corpse video project – volume #7 par Kika Nicolela (Br/Be) | 2020

Exquisite corpse video project – volume #7 par Kika Nicolela (Br/Be) | 2020

Le projet est une collaboration vidéo unique entre des artistes du monde entier, inspirée par la méthode de création surréaliste du “cadavre exquis”. En utilisant cette méthode ludique semi-aveugle et séquentielle, les participants à l’ECVP créent de l’art vidéo en réponse aux dix dernières secondes du travail du membre précédent. Chaque membre est invité à incorporer ces secondes dans sa pièce, jusqu’à ce que la vision de chacun soit intégrée dans un «cadavre» final.

Chaque artiste interroge, par différents moyens, différentes  tendances, stratégies, classifications… L’ECVP a été initié en 2008 par l’artiste brésilienne Kika Nicolela et a fait paraître 6 volumes. Ce projet hautement collaboratif  a eu, jusqu’ici, la participation de plus de 100 artistes de plus de 25 pays.

Ce septième programme est une version augmentée de celle présentée, sur la proposition de Césaré (Centre national de création musicale – Reims) en complicité avec Transcultures et les Pépinières européennes de Création, lors de  FARway, festival des arts de Reims, en février 2020, sur la thématique de l’artiste agitateur.

Participants : Wai Kit Lam (HK), Claudia Vasquez (CL), Héloïse Roueau (FR), Ivelina Ivanova (BG), Ulf Kristiansen (NO), Sigrid Coggins (FR), Gabriel V. Soucheyre (FR), Per Eriksson (SE), Simone Stoll (DE), Anthony Siarkiewicz (US), John Sanborn (US), Laura Colmenares Guerra (CO/BE), Niclas Hallberg (SE), Nia Pushkarova (BG), Lucas Bambozzi (BR), Marina Fomenko (RU), Jorge Lozano (CO/CA), Natalia de Mello (PT/BE), Alexandra Gelis (CO/CA), Sojin Chun (CA), Nung-Hsin Hu (TW/US), Kika Nicolela (BR/BE).

Kika Nicolela

Artiste brésilienne, cinéaste et commissaire indépendante, qui vit entre Bruxelles et São Paulo. Ses œuvres comprennent des vidéos, des installations vidéo, des performances, des documentaires expérimentaux et de la photographie. Diplômée en cinéma et en vidéo par l’Université de São Paulo, Kika Nicolela a également une maîtrise en beaux-arts à l’Université des Arts de Zurich (ZHDK). La caméra est pour elle un outil permettant d’enquêter sur la représentation et la représentation de soi, l’identité et l’altérité, le portrait et l’autoportrait, et de créer un espace de fluctuation entre ces binaires. Elle s’est intéressée à la réalisation de vidéos et d’installations vidéo permettant au spectateur de jouer un rôle plus important dans la production de sens, c’est-à-dire des œuvres dans lesquelles le sens est atteint par la négociation constante entre le spectateur et les éléments, souvent multiples et ambigus, du récit. Elle recherche cette ambivalence dans l’image en mouvement : des œuvres qui produisent une expérience accrue de l’ambiguïté même de notre propre subjectivité et du réel.

Production