Video | Triptyque Prototype – Thomas Israël (Be) | #NoLA2020

« Triptyque Prototype » est une énigme à la temporalité éclatée qui permet des lectures croisées, associatives. Sa protagoniste est en tension entre la poupée ou l’androïde et la femme de chair.

L’oeuvre (filmée à Montréal en 2015 et finalisé à Bruxelles au printemps 2020) est un des lauréats du projet international et pluridisciplinaire No Lockdown Art (NoLA) lancé par Transcultures et les Pépinières européennes de Création afin de soutenir des projets créatifs et singuliers initiés ou finalisés pendant la période de confinement. Cette oeuvre sera reprise dans le catalogue No Lockdown Art (livret + carte-clé) produit par Transcultures et les Pépinières européennes de création, à sortir sur l’alter label Transonic à l’automne 2020 (comprenant également des oeuvres sonores et vidéographiques d’une vingtaine de créateurs internationaux dont Scanner, David Shea, Erick D’Orion, John Sanborn, Jonas Luycks ou encore Kika Nicolela). Elle sera diffusée, pour le lancement de cette publication multimédia, dans plusieurs événements et lieux en Belgique et à l’international.

Bio - Nom artiste

Thomas Israël, artiste basé à Bruxelles, propose des installations, des sculptures, des scénographies vidéo et des performances qui sont autant d’œuvres immersives, génératives ou interactives. Issu des arts de la scène, son approche atypique et transdisciplinaire des arts numériques tourne autour de thématiques sociétales, du corps, du temps et de l’inconscient. Il a été exposé dans des nombreux festivals, foires, galeries et musées dans le monde depuis 2005, comme le MoMA (New York), Les Abattoirs (Toulouse), Le Musée des Beaux-Arts (Mons), Le Musée National des Beaux-arts (Québec) et Le Haifa Museum of Art. Il aime investir des lieux chargés d’histoires telles que la Grotte préhistorique du Mas d’azil en 2009&2011 ou l’Abbaye de Villers en 2018. Skinstrap, sa première performance en body-mapping est lauréate du prestigieux Japan Media Art Festival 2013.

Depuis, ses performances sur la couleur, la vision et le cancer tournent internationalement au théâtre ou dans le milieux médical (Brésil, France, Écosse, Belgique, Costa Rica, Mexique, Canada et États-Unis). Parallèlement il crée des environnements vidéo scénographiques pour l’Opéra de Bordeaux, Tokyo Opera House, Charlerois-danse ou le Théâtre Varia. En 2019 il signe la mise-en-scène, la scénographie et la vidéo de son premier opéra, la création scénique mondiale de Futari Shizuka du célèbre compositeur Toshio Hosokawa, en Corée du Sud. Sa monographie Memento Body est publiée à la Lettre Volée. Il est représenté par la Galerie Charlot depuis 2010 à Paris et Tel-Aviv avec 3 expositions monographiques. Son travail fait partie des collections du MoMA de New York, du musée des Abattoirs de Toulouse, et du Musée Juif de Belgique.

Production