Contact us @ +32(0)65 59 08 89 - contact@transcultures.be

Toutes les news

  • 03-03-2015 – Projection du film : Bernard Heidsieck, la poésie en action au Wiels

    février 25, 2015

    Un film d’Anne-Laure Chamboissier et Philippe Franck, en collaboration avec Gilles Coudert.

    À l’origine du courant de la poésie sonore, Bernard Heidsieck (1928-2014) est considéré comme l’un des plus grands poètes français du XXe siècle. Au milieu des années 1950 il décide de rompre avec la poésie écrite, pour la sortir hors du livre. À une poésie passive, il oppose une poésie active, « debout » selon sa propre expression. Il est l’un des créateurs, à partir de 1955, de la Poésie Sonore et, en 1962, de la Poésie Action. Tout en restant attaché à la sémantique, il s’émancipe peu à peu des contraintes de la langue. Il en explore toutes les dimensions formelles que ce soit par la spatialisation du texte, dans les partitions qu’il écrit, ou par la présence de son corps dans l’espace. Le son revêt avec lui une dimension plastique, notamment grâce à sa diction exceptionnelle basée autant sur le souffle que sur une articulation parfaite ou sur les inflexions sans cesse renouvelées de sa voix.

    Le film dresse un portrait intime de Bernard Heidsieck. Il invite à un voyage dans sa « double vie » d’artiste et de banquier et dans son œuvre, à travers un ensemble de conversations et de documents audiovisuels inédits. Des entretiens avec d’autres figures majeures de la poésie sonore viennent enrichir ce témoignage. Jean-Pierre Bobillot, Olivier Cadiot, Laurent Cauwet, Anne-James ChatonPaul-Armand Gette, John Giorno, Bernard Heidsieck, Françoise Janicot, Arnaud Labelle-Rojoux et Jean-Jacques Lebel dessinent un tableau vivant de l’histoire de la poésie sonore et de ses développements actuels.

    Une rencontre avec les réalisateurs est prévue après la projection.

    infos

    Durée : 56 minutes
    En français (sous titrage en anglais)

    a.p.r.e.s production / CHAM Projects / Solang Production Paris Brussels /  Transcultures (2013)

    Plan

  • 26-02-2015 – Conférence Florence Corin – Espaces, limites et perceptions…

    février 20, 2015

    Depuis 2011, la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme ( FA+U ) de l’Université de Mons collabore avec Transcultures pour l’organisation de conférences autour de la création sonore et les arts numérique. Le but est double: sensibiliser les étudiants à l’impact des composantes sonores en architecture et analyser des œuvres d’espaces sonores augmentés en retraçant l’évolution récente de cette discipline.

    Dans ce cadre, Florence Corin (Bruxelles), danseuse/chorégraphe avec une formation d’architecte, artiste multimédiatique, responsable des éditions Contredanse et initiatrice, avec Philippe Jelli, de Mutin, association qui a réalisé, depuis 2005, des créations artistiques transdisciplinaires liées à la danse, au mouvement, aux arts plastiques, à la vidéo, à la musique et aux technologies numériques, donnera une conférence illustrée ouverte à tous. Qu’offrent les technologies numériques au travail corporel? Alors qu’il est plus aisé aujourd’hui d’introduire au sein du studio des dispositifs interactifs et d’explorer avec ceux-ci, cela modifie-t-il notre perception kinesthésique ? Cela joue-t-il sur nos limites corporelles ? Comment cela transforme-t-il notre espace scénique ou de (re)présentation ?

    Plaçant le dialogue corps-machine au niveau de nos sensations, Florence Corin parlera ici d’une intériorité étendue.

    production

    Partenariat : Faculté d’Architecture et d’Urbanisme – UMons / Transcultures

    Dans le cadre du cycle Territoires numériques augmentés

    Plan

  • 12>15-02-2015 – Stéphane Kozik @ 2025 – Future, Environment, Human – Italie

    février 10, 2015

    L’artiste Stéphane Kozik sera à présent à l’événement « 2025 – Future, Environment, Human » avec son oeuvre Chlorophyllian Beats (soutenue par Transcultures dans le cadre du Festival City Sonic) du 12 au 15 Février 2015, à Rome. Avec une vingtaine d’artistes nationaux et internationaux appelés à réfléchir sur l’avenir et la possibilité d’une nouvelle relation durable entre l’homme, la nature et la technologie.

    Le festival, proposé par l’association italienne Seven O’Clock et sous la direction artistique de Sofia Francesca Miccichè et Giorgia Noto, propose une exposition avec onze œuvres liées aux thèmes de l’innovation technologique appliquée à l’environnement et la durabilité; trois représentations audiovisuelles en direct et un spectacle de danse interactive, une représentation théâtrale, un jeu collectif, deux discours sur l’architecture et le paysage coordonné par le studio de design Startt et une sélection d’œuvres vidéo réalisés par des cinéastes indépendants via des appareils mobiles, par Dugong Film .

    Plan

  • 09 > 13-02-2015 – Workshop Arts² – Villa Arson Rhombo (Médiavision)

    février 5, 2015

    Rhombo projet issu de l’atelier Mediavision initié par la Villa Arson (ENSA Nice), fruit d’un partenariat entre celle-ci, Arts² et Transcultures, aborde les questions de créations d’espaces, de scénographie et de sculpture grâce à l’utilisation de techniques informatiques et numériques. Il s’agit d’explorer les formes architecturales et urbaines par la lumière, transformer un espace, le sculpter, le redessiner pour l’interroger.

    Cela passera par la création d’univers singuliers de projections d’images ou de lumière puisque aujourd’hui la technologie des éclairages se rapproche de plus en plus des technologies des vidéos projetées et du cinéma (trames, dessins, 3D, vidéos) sur toutes formes en capacité de devenir écran, façades, murs, volumes simples, etc….

    Il est demandé aux participants (issus de plusieurs ateliers d’Arts² et de la Villa Arson) d’écrire des fictions narratives ou pas en utilisant la profusion médiatique et ses virtualités comme ressort dramaturgique. Les mots clés pourraient être hybridations, micros histoires, trames, superpositions, collages, projections…

    Le développement se fait sur des logiciels tels que Processing, Rezolume, etc…Le résultat de ces ateliers croisés Arts²-Villa Arson (un premier workshop a eu lieu à Nice en novembre 2014) seront repris sur un site et montrés dans le cadre de l’exposition Emergences numériques lors de la Biennale des cultures numériques Transnumériques (27 novembre-12 décembre 2015) organisé par Transcultures, dans le cadre de Mons2015, Capitale européenne de la culture.

    production

    Partenariat Arts² – ENSA Nice- Villa Arson, Transcultures.

    Enseignants-encadrants/teachers : Drita Kotaji, Natalia de Mello, François Zajega (Arts²), Christian Vialard, Gauthier Tassart (Villa Arson)

    Plan

  • 03-02-2014 – Andy Warhol’s Night – Factory happening 1964-2014 @ Namur

    février 2, 2015

    Andy Warhol a marqué définitivement une culture «pop» peuplée d’icônes démultipliées et de superstars étincelantes. En 1963, il invente à Manhattan, la Factory, une usine à créer sans relâche des images, qui attire les jeunes talents, poètes, musiciens (du Velvet Underground à Bob Dylan) et illustres visiteurs du monde entier.

    À partir de ce riche héritage essentiel pour notre contemporain et à l’occasion de l’exposition Life, Death and Beauty présentée au BAM, Musiques Nouvelles et Angélique Willkie proposent une performance audiovisuelle mêlant musique live (créations et reprises de Lou Reed et John Cale), projections et documents d’époque (de Gerard Malanga, principal collaborateur de Warhol dans les Silver 60’s) dans une ambiance de loft new-yorkais. Pop for ever !

    Programme

    • Erik Satie – Vexations
    • La Monte Young – drones du Trio for strings
    • Gerard Malanga – Extrait 1, Archiving Andy Warhol
    • John Cale & Lou Reed – Work (Songs for Drella)
    • Gerard Malanga – Extrait 2, Archiving Andy Warhol
    • Sound Test 1
    • Lou Reed – Venus in furs (Reprise du Velvet Underground)
    • Screen Test : Angélique Willkie (Isabelle Françaix)
    • John Cale & Lou Reed – Style it takes (Songs for Drella)
    • Gerard Malanga – Extrait 3, Archiving Andy Warhol
    • Jean-Paul Dessy – Sounds of New York
    • Gerard Malanga – Extrait 4, Archiving Andy Warhol
    • John Cale & Lou Reed – Images (Projection de photographies d’Isabelle Françaix & Fabienne Wilkin)
    • John Cale & Lou Reed – Forever changed (Songs for Drella)
    • Gerard Malanga – Extrait 5, Archiving Andy Warhol
    • Sound Test 2
    • John Cale & Lou Reed – Slip away (Songs for Drella)
    • Gerard Malanga – Extrait 6, Archiving Andy Warhol
    • Screen Test : Andy Warhol (Gerard Malanga)

    Distribution

    • Hughes Kolp (guitare) – André Ristic (piano) – Jean-Paul Dessy (violoncelle) – Pierre Quiriny (percussions) -Jarek Frankowski (ingénieur du son)
    • Angélique Willkie (voix)
    • Arrangements Stéphane Collin
    • Dramaturgie Philippe Franck
    • ÉclairagesChristophe Lagneau
    • Textes et portraits d’archives Gerard Malanga
    • Visuels Isabelle Françaix & Fabienne Wilkin
    • Montage des visuels Yves Mora
    • Costume et maquillage d’Angélique Willkie Isa Belle

    production

    Coproduction : Le Manège.mons/Musiques Nouvelles, Transcultures, Théâtre de Namur, BAM, Pôle Muséal, Ville de Mons, Flagey, Bozar

    Photos : Andy Warhol & his media toys1971 © G.Malanga courtesy / Galerie Sandrine Mons, Détail assemblage Gerard Malanga & Andy Warhol (1964) / G.Malanga courtesy / Galerie Sandrine Mons, Gerard Malanga & Andy Warhol (1964) / G.Malanga courtesy / Galerie Sandrine Mons.

    Voir toutes les photos.

    Andy Warhol's Night - Flagey - Trailer

    Introduction au concert par Jean-Paul Dessy

    Plan

  • Call – Résidences Croisées Vice Versa : La Chambre Blanche / Transcultures

    janvier 31, 2015

    Contexte

    Dans le cadre de son programme d’échanges croisés Vice Versa, Transcultures lance avec La Chambre Blanche basé à Québec, une série de résidences qui feront se rencontrer un artiste québécois et un artiste-technicien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et qui se clôtureront par une présentation publique dans le cadre du symposium Transnumériques soutenu par Mons2015, Capitale européenne de la Culture, Wallonie Bruxelles International et la cellule Arts Numériques de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    La date de clôture de cet appel est fixée au 01 mars 2015.

    Les dates

    • Résidences « online »
      • entre le 01 et le 30 avril 2015 et le (période pouvant être adaptée selon les besoins)
      • 1ère rencontre et mise en place du projet
    • Résidence à La Chambre Blanche – Québec
      • entre le 01 mai et le 08 juin 2015
      • présentation d’une étape de travail
    •  Résidence à Transcultures dans les cadres du symposium Transnumériques/Mons 2015
      • mi octobre à fin novembre 2015
      • présentation finale du projet

    Infos

    • Veuillez lire attentivement l’appel à projet ci-contre et le règlement.
    • Vous pouvez aussi consulter/télécharger toutes les infos au format pdf.
    • Pour répondre à cet appel, vous devez vous créer un compte dans la base de données de Transcultures (voir ci-dessous).
    • Si avez des questions, vous pouvez contacter Jacques Urbanska par mail ou directement par skype (objet du mail ou message de contact avec la mention : Transnumeriques Awards 2015).

    Inscription

    • Aller sur la page d’inscription
    • Password : Transcultures.be
    • Remplissez le formulaire d’inscription
    • Choisissez un appel, remplissez le formulaire et téléchargez vos fichiers

    En bref

    L'appel à participation

    Un artiste programmeur de la Fédération Wallonie-Bruxelles et un artiste ou concepteur multimédia québécois seront sélectionnés afin de travailler ensemble dans le but de faire une œuvre « singulière » commune ou travaillant des champs et des compétences complémentaires.

    Les participants doivent démontrer un intérêt au travail collaboratif et il est nécessaire que l’artiste oeuvre dans le domaine des arts numériques (installations, dispositifs interactifs, géolocatifs,…), des arts en réseau (net-web art,…) ou encore des nouvelles pratiques perfor- matives intermédiatiques.

    Toutes les informations complémentaires et conditions sont détaillées dans le règlement (voir ci-dessous).

    Critères

    L’appel est ouvert à toute personne résidant en Fédération Wallonie-Bruxelles et ayant suffisamment des compétences techniques pour répondre à des créations multimédias actuelles dans les domaines « art + nouvelles technologies/science/recherche/innovation… ».

    L’application se fait uniquement via nos formulaire online (mot de passe : Transcultures.be).

     

    votre proposition

    A noter que pour cet appel, une proposition de projet de votre part n’est pas obligatoire, mais qu’une (ou plusieurs) contribution pourrait nous aider à mieux vous connaître, à nous aider dans le choix du partenaire le plus pertinemment et à découvrir des projets que nous aurions également envie de soutenir dans d’autres contextes.

    Votre projet éventuel peut se traduire par différentes propositions :

    • une envie de votre part de prendre un temps pour acquérir ou approfondir des connaissances techniques
    • un work in progress, une recherche, le développement d’une technologie, d’un software ou hardware
    • un projet d’oeuvre artistique multimédias (que cela soit un nouveau projet, une oeuvre en cours ou l’évolution d’une oeuvre déjà réalisée)

    Même s’il s’agit de construire un projet commun basé sur une proposition artistique québécoise, il se peut que ça soit votre projet (ou encore une partie de ce dernier ou une technologie qui est y développée) qui intéresse tout particulièrement le jury ou votre partenaire canadien. Cela peut permettre également d’enrichir la base de travail de la première résidence et vous faire gagner du temps dans l’élaboration du projet définitif.

     

    Critères techniques

    Cette année, le participant belge sera choisi en regard de l’apport technique qu’il peut apporter dans un projet.

    Le projet final devra être facilement transportable, ne demandant pas une logistique lourde.

    Conditions financières / diffusion

    • Résidence « online » (4 semaines ) :
      • soutien à la création forfaitaire de 700 euros
      • la période peut être adaptée selon les besoins
    • Résidence à La chambre Blanche (six semaines) :
      • soutien à la création forfaitaire de 1450 euros
      • 200$ de petit matériel
      • le transport et l’hébergement sont pris en charge
      • un accès aux laboratoires de la Chambre Blanche
      • un support technique
      • une rencontre publique organisée par le centre
    • Résidence à Transcultures (six semaines) :
      • soutien à la création forfaitaire de 1450 euros
      • le transport et l’hébergement sont pris en charge
      • au moins une rencontre publique organisée par Transcultures (en lien avec les partenaires locaux)
      • un support technique et communicationnel
      • 200 euros de petit matériel

    Règlement complet de l'appel à participation

    A lire attentivement

    1. Général
      • Cet appel à projet concerne la partie européenne du programme de résidences croisées Vice Versa 2015 entre La Chambre Blanche (Québec/Canada) et Transcultures (Mons/Belgique).
      • La réponse à cet appel se fait uniquement après inscription et par le biais du formulaire online repris à l’adresse http://transcultures.be/database (mot de passe : Transcultures.be).
      • En répondant à cet appel, le participant déclare avoir pris connaissance et marque son accord avec tous les points du présent règlement.
      • La date de clôture de cet appel est fixée au 01 mars 2015 inclus.
      • N.B. : L’appel à projet québécois est à retrouver sur le site de La Chambre Blanche.
    1. Participation / Participant
      • Aucun frais d’inscription
      • Toute personne majeure résidente en Fédération Wallonie-Bruxelles peut répondre à l’appel : artistes, chercheurs, ingénieurs…
      • L’appliquant devra posséder des compétences techniques pour répondre à des créations multimédias actuelles dans les domaines « art + nouvelles technologies/science/recherche/innovation… » (ex. : connaissances HTML, PHP, JavaScript et/ou Arduino, Processing, max msp et/ou C++, Python, Pearl et/ou développement d’application tablette/téléphone… etc.)
    1. Les résidences
      • Trois résidences sont prévues :
        • Résidence de conception (online)
          • entre le 01 et le 30 avril 2015 et le (période pouvant être adaptée selon les besoins)
          • 1ère rencontre et mise en place du futur projet
          • recherche et élaboration d’un modus operandi concernant le concept de « résidence online » : softwares, méthodologie de travail, communication (interne et externe)…
          • mise en place rapide d’espace et d’outils Web accessibles au public (site, réseaux sociaux…) qui auront pour but de documenter et d’archiver le projet, ainsi que de communiquer sur ce dernier.
        • Résidence à La Chambre Blanche – Québec
          • entre le 01 mai et le 08 juin 2015
          • résidence de recherche
          • présentation d’une étape de travail
        • Résidence à Transcultures (dans les cadres du symposium Transnumériques/Mons 2015)
          • mi octobre à fin novembre 2015
          • résidence de production
          • présentation finale du projet
        • il sera également demandé aux artistes de prévoir du temps pour des présentations publiques de l’avancée du projet : interviews écrites, sonores ou audio-visuelles, streaming… et de documenter le projet via les outils Web mis en place lors de la première résidences, et ce, tout au long des 3 résidences.
    1. La proposition pour l’appel et le projet définitif
      • Pour le participant de la Fédération Wallonie-Bruxelles, seule l’inscription et une note d’intention sont demandés.
      • Une proposition de projet n’est pas obligatoire, même si elle est vivement conseillée : elle peut nous servir à mieux connaître l’appliquant, à mieux voir les complémentarités avec l’artiste québécois ou à simplement découvrir des recherches ou des projet qui pourraient intéresser Transcultures ou La Chambre Blanche pour d’autres partenariats.
      • Cette proposition peut prendre des formes légères tel que : recherche/développement de technologies ou dispositifs technologiques ou les grandes lignes d’un projet, réaliste ou utopique.
      • Nouvelles propositions, travaux en cours ou projets passés sont acceptés comme proposition, si l’appliquant justifie un minimum sa proposition dans le cadre de cet appel.
      • A noter que le projet final ne découlera pas forcément des propositions reçues (Québec + FWB), il découlera du travail lors de la première résidence.
      • Le projet final devra être facilement transportable, ne demandant pas une logistique lourde
      • Les équipes des 2 structures suivront l’élaboration du projet final et sa réalisation afin de gérer, notamment, des problèmes de faisabilité (budget, transport, monstration…).
    1. Présentations publiques
      • 2 présentations publiques du projet en fin de résidences sont prévues dans les cadres de la Chambre Blanche (work in progress) et du symposium Transnumériques/Mons2015.
      • Il est demandé que la communication du projet via le Web inclue, si possible, une présentation « live » (à définir dans le cadre des résidences : interviews, discussion, performance…)
    1. La sélection et le jury
      • Le jury sera, a priori, uniquement composé de l’équipe de La Chambre Blanche et de celle de Transcultures.
      • Les lauréats seront sélectionnés chacun sur bases des demandes spécifiques à leur appel, mais également pour la complémentarité que le jury trouvera dans leurs profils et/ou propositions.
      • Les lauréats seront avertis par emails dans les jours qui suivent la deadline et une mention sera visible sur les sites de Transcultures et de La Chambre Blanche.
      • Les décisions finales du jury sont sans appel.
    1. Budgets et services offerts au lauréat FWB
      • Résidence de conception (online) : soutien à la création forfaitaire de 700 euros
      • Résidence à La Chambre Blanche (six semaines) : soutien à la création forfaitaire de 1450 euros +
        200$ pour petit matériel – un accès aux laboratoires de la Chambre Blanche – un support technique – une rencontre publique organisée par le centre
      • Résidence à Transcultures (six semaines) : soutien à la création forfaitaire de 1450 euros + 200 euros pour petit matériel – au moins une rencontre publique organisée par Transcultures (en lien avec les partenaires locaux) – un support technique et communicationnel
      • Le transport et l’hébergement sont pris en charge par les structures
    1. Communication
      • Tous les artistes sélectionnés bénéficieront d’une communication via différents supports et les réseaux associés à Transcultures et à ses partenaires.
      • Tous les participants bénéficieront d’une présence online via les sites de Transcultures.
    1. Droits et diffusion
      • Les droits et conditions de diffusions définitifs devront être fixés à la fin de la résidence de conception (online)
      • La matière produite pendant les résidences et présentations du projet intégrera les Archives Numériques de Transcultures et pourra être utilisés dans un cadre promotionnel en lien avec le programme Vice Versa ou pour la promotion de Transcultures et La Chambre Blanche, sous n’importe quelle forme de média : catalogue, programme, invitation, presse écrite, Internet et télévision.
      • Toute autre type de diffusion devra faire l’objet d’un accord préalable avec l’artiste.
    1.  Divers
      • Les crédits définitifs devront être fixés à la fin de la résidence de conception (online)
      • Le lauréat s’engagent à mentionner dans toute communication de la matière ou de l’oeuvre produite pendant ces résidences que cette dernière a créée dans le cadre du programme Vice Versa de Transcultures avec un lien vers les sites Web de Transcultures et La Chambre Blanche.

    Who's Who ? Les partenaires

    Vice-Versa_Residences-2015-logo-master-jak_Transcultures-2014Vice Versa est le programme d’échanges croisés de Transcultures. Il regroupe différents projets qui ont tous comme point de départ une volonté pour la mise en commun de moyens, d’expertise, l’échange d’expérience et la découverte de nouveaux partenariats public et privés dans les domaines Arts + Sciences/Recherches/Nouvelles technologies/Innovation…

    Ces collabarations peuvent prendre des formes aussi variées que le partenariat de coproduction ou de diffusion, la production d’événements, de résidences, la mise à disposition de matériel et d’expertise ou de curatoriat…


    Vice-Versa-quinzaine-numerique_depliant_affiche_web_Transcultures-2014Vice Versa 1.0

    Vice Versa 1.0 à été produite pour L’événement La Quinzaine Numérique de la Fédération Wallonie-Bruxelles 2014. Il voulait célébrer et interroger les croisements féconds entre la recherche appliquée et la création numérique. Avec cette manifestation

    Polymorphe, Transcultures (en co-production avec le manège.mons) a présenté une première sélection d’œuvres innovantes d’artistes de la Fédération Wallonie-Bruxelles et du Nord de la France qui était le fruit de soutien/co-production entre l’Institut de recherche numediart et le Centre des cultures numériques et sonores.

    À une exposition proposée à l’École des Arts Visuels Arts² et au Frigo (site des anciens

    abattoirs où est installé Transcultures) étaient associés des performances, des conférences (Emergences numériques), des présentations (Trans Demo) et des projections. Cet événement était associé à la Quinzaine numérique@Mons qui regroupe, dans le contexte de Mons2015, Capitale européenne de la culture, de nombreux acteurs de la région montoise publics et privés.

    Commissariat artistique: Philippe Franck & Jacques Urbanska

    Production: Transcultures, en co-production avec Le manège.mons, en partenariat avec numediart et Arts², avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles (arts numériques). Avec la participation du projet Espace(s) Son(s) Hainaut(s) reçoit le soutien du programme FEDER-Interreg IV France-Wallonie-Vlanderen. Remerciements à TechnocITé pour son soutien logistic.

    Vice-Versa-overview_Quinzaine-Numerique_Transcultures-2014

    La-Chambre-Blanche-visuels_Vice-Versa_Transcultures-2014Fondée en 1978, La Chambre Blanche fut le premier centre de diffusion géré par un collectif d’artistes à québec. Vouée à l’ensemble des disciplines des arts visuels, sa programmation des toutes premières années touche principalement la performance, les pratiques alternatives en photographie et l’installation.

    Le collectif de La Chambre Blanche se compose d’artistes et de critiques d’art dont la rencontre teinte l’ensemble de ses activités. En 1981, un centre de documentation voit le jour ; ce dernier prendra un essor considérable à partir de 1994. Il s’agit du seul centre de documentation en art actuel à québec offrant un service public complet avec personnel de recherche, lieu d’accueil et prêt de documents.

    Depuis 1982, le programme de résidence demeure un lieu privilégié de réflexion sur les La-Chambre-Blanche-visuels3_Vice-Versa_Transcultures-2015pratiques in situ. Le centre fait figure de pionnier et se distingue en invitant les artistes à venir créer des œuvres éphémères et uniques propres à ce nouveau contexte de création.

    Le mandat de La Chambre Blanche s’est radicalisé en 1996 en faveur de ce programme de résidence et l’organisme s’est doté d’un premier studio bien aménagé pour recevoir les artistes durant des périodes de six semaines. La présence internationale s’intensifie alors et permet au centre de jouer un rôle de premier plan dans l’animation de la scène culturelle de québec.

    Fin 2000, La Chambre Blanche ouvre un laboratoire de production sur le web, proposant ainsi à la communauté artistique non seulement de nouveaux outils de production, mais surtout un nouveau contexte de création : l’espace virtuel. Dès 2001, les premiers artistes y effectuent des résidences de production web.La-Chambre-Blanche-visuels4_Vice-Versa_Transcultures-2015

    Depuis quelques années, La Chambre Blanche accorde une place de choix dans sa programmation à la diffusion de projets d’artistes de la scène internationale. De plus, le centre multiplie les programmes d’échanges croisés, notamment avec le brésil, l’italie et le japon.

    En 2009, La Chambre Blanche et incident.net joignent leurs efforts pour créer « géographies variables », un vaste programme d’échanges croisés france-québec en art réseau. Non seulement ces échanges enrichissent le paysage culturel de la ville de québec, mais contribuent au rayonnement des artistes québécois à l’international.

     

    Transcultures_Anciens-Abattoirs_credits-Mick-Mey_City-Sonic-2014Centre interdisciplinaire des cultures numériques et sonores(direction artistique : Philippe Franck), Transcultures est une association qui a été créée en 1996 à Bruxelles pour promouvoir et développer les croisements entre les pratiques artistiques/culturelles contemporaines et les enjeux arts/société/technologies. Elle explore plus particulièrement les champs de la création numérique et des arts sonores.

    Depuis 2008, Transcultures est installée à Mons sur le site des Anciens Abattoirs pour y développer un centre interdisciplinaire alliant production, médiation et réflexion pour les créateurs et les cultures électroniques et sonores.

    City-Sonic-2014-affiche-web-850_Transcultures (1)Production & diffusion

    Transcultures initie, soutient et diffuse en Belgique et à l’étranger de nombreux projets artistiques innovants (arts numériques, innovation web, arts en réseaux, arts sonores, recherche et création…) en lien avec un réseau important de partenaires culturels, pédagogiques et scientifiques.

    Emergences sonores & numériques

    Outre des actions de sensibilisation pour les cultures électroniques et sonores, Transcultures a entamé avec ses partenaires un travail d’émulation et d’accompagnement de jeunes talents et d’étudiants issus des écoles d’art belges, françaises et européennes jusqu’à l’exposition d’une sélection de projets numériques et sonores pendant connectic-arts_affiche_transcultures-2012les festivals Les Transnumériques, City Sonics et autres événements associés.
    Résidences & temps de travail

    Transcultures accueille régulièrement des résidences d’artistes en collaboration avec d’autres structures partenaires montoises, de la Communauté française, européennes et internationales.

    Réflexion & édition

    Transcultures développe parallèlement des axes de sensibilisation et de réflexion autour des enjeux de la création interdisciplinaire, arts/société/technologie, des arts sonores et plus généralement des cultures électroniques. Transcultures a publié divers ouvrages et participé à plusieurs projets éditoriaux collectifs.

    exposition-spamm-be_VIA_Jacques-Urbanska_Transcultures-2014City Sonics & Les Transnumériques

    A l’heure actuelle, Transcultures coordonne deux festivals de dimension internationale. Lancé à Mons en 2003, le festival des arts sonores City Sonics est dédié à la diversité des arts sonores dans l’espace urbain. Les Transnumériques, initiés en 2005, sont une plate-forme pour les arts numériques, trait d’union entre diverses structures belges et françaises et artistes émergents ou affirmés.

    Restez connectés

     

    transnumeriques-4_affiche_transnumeriques_Transcultures-2012Initié avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles, par Transcultures à l’automne 2005 entre Mons et Bruxelles, Les Transnumériques sont à l’intersection des pratiques artistiques contemporaines et d’une utilisation créative des technologies numériques, il s’agit également de croiser les enjeux attenants à la création et à la formation des arts numériques.

    Lors des récentes éditions du festival, les Transnumériques ont voyagé entre Bruxelles, Mons, Liège, Maubeuge, Lille et la région parisienne, en s’ouvrant plus largement par sa programmation, dans une dynamique d’échanges transatlantiques avec des opérateurs québécois notamment.

    Unissant autant les scènes expérimentales, performatives, festives tout en pointant des rappels historiques, ce dispositif rhizomatique illustre le caractère multiforme des cultures électroniques en mutation constante.

    Mons2015-logo-slogan-rouge_TransculturesAvec 300 événements majeurs sur quelque mille activités culturelles et artistiques, Mons 2015 s’apprête à s’étendre à 17 villes partenaires, de Lille à Gand. Mais la Capitale européenne de la Culture s’inscrit aussi dans une stratégie plus large encore de développement et de reconversion de Mons et de la région. Devenir une « Creative Valley » dans un monde bouleversé en profondeur par les nouvelles technologies, c’est prendre le train en marche et se donner une dynamique qui va emporter ses milliers de visiteurs.

    On le voit aux nombreux chantiers qui ont fleuri depuis deux ans partout dans la ville, et n’ont pas seulement pour but de la rendre belle. Le nouveau Centre des congrès, aussi majestueux qu’un navire à l’assaut des flots, sera relié par une nouvelle gare en forme de passerelle à la ville ancienne, de l’autre côté des voies. Les deux architectes à l’œuvre, Daniel Libeskind et Santiago Calatrava, ne sont autres que ceux qui œuvrent au même moment à la reconstruction du Ground Zero, à New York.

    Leurs noms et leurs réalisations n’ont d’autre but que d’ouvrir l’imaginaire et le champ des possibles pour toute une génération de jeunes entrepreneurs qui parient sur l’essor de la nouvelle économie créative dans la région, à la suite de Google, de Microsoft et d’IBM. Comment ne pas voir dans cette irrésistible eclosion le pendant des cinq nouveaux musées dont va se doter Mons pour valoriser ses collections d’art, son tourisme mémoriel et ses trois joyaux inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco – les minières néolithiques de Spiennes, le seul Beffroi baroque d’Europe et l’irrésistible « Doudou » ?

    Cette future ville créative s’ancre ainsi dans une vision artistique tout aussi ambitieuse qui table autant sur les figures tutélaires qui ont façonné l’inconscient collectif montois – de Van Gogh à Verlaine, révélés à leur art ici-même – que sur les créateurs fêtés dans les grands festivals, de Joël Pommerat à Guy Cassiers, sans oublier des « artistes complices » tendance, comme le styliste Jean-Paul Lespagnard et Marc Pinilla du groupe Suarez.

  • 02 > 06-02-2015 – Workshop Écouter l’espace scénique

    janvier 29, 2015

    L’architecture comme la danse travaille l’espace ; l’un met en place des composantes statiques, l’autre permet de centrer la lecture spatiale par le mouvement induisant un rapport d’échelle du corps à son contexte. Capter le son d’un lieu en traduisant ses spécificités par le geste, tel est le nouveau défi de cet exercice interdisciplinaire où des architectes, des danseurs, des artistes sonores et des plasticiens croisent leurs pratiques.

    Après un premier workshop Ecouter l’espace scénique organisé au Dexia Art Centre à Bruxelles en mars 2014, ce deuxième temps de travail propose de déplacer l’exercice dans l’espace public de la ville de Mons. Ces lieux communs furent appelés il n’y a pas si longtemps encore «espace négatif» ou «espace non construit» se référant à l’architecture structurante de la ville.

    Il s’agit d’intervenir dans ces lieux fédérateurs de relation afin d’observer les nuances entre les usagers de la ville et ceux qui s’arrêtent devant la “performance” pour devenir spectateurs. La synthèse du deuxième workshop encadré par l’artiste sonore montois Stéphane Kozik, le chorégraphe/danseur bruxellois David Hayo et les architectes enseignantes, Pascale Petit et Lydia Bollen, sera présentée lors du festival City Sonic, en septembre 2015.

    production

    Partenariat Faculté d’Architecture et d’Urbanisme, ARBA/ESA-Académie Royale des Beaux-Arts de la Ville de Bruxelles, Transcultures

    Plan

  • Call – Transnumériques Awards 2015 – Art(s) & Network(s) – Spécial GIF

    janvier 22, 2015

    Videoformes

    ARTour

    Transnumériques/Mons2015

    Dans le cadre des Transnumériques et de Mons2015, Capitale européenne de la Culture, Transcultures, Centre des cultures numériques, lance un appel à participation pour l’édition 2015 de ses Transnumériques Awards – Art(s) & Network(s).

    Pour cette édition, Transcultures propose de concentrer ses awards sur le format GIF et ses images animées, le plus souvent mises en boucle. Si les gifs des débuts du Web étaient très simples, une nouvelle génération d’artistes est apparue fin des années 2000 et qui confine aujourd’hui, pour certains, le gif au rang d’œuvre à part entière.

    Avec de multiples expositions online, mais aussi ces dernières années, des expositions dans des galeries d’art contemporain, le GIF nous intéresse tout particulièrement par rapport à ce qu’il génère comme points de rencontres d’une certaine culture dont il est devenu, si pas l’emblème, en tous cas l’exercice de style…

    Les Transnumériques Awards bénéficie du soutient de la plateforme arts-numeriques.info, de la Fédération Wallonie Bruxelles et de Mons2015, Capitale européenne de la Culture.

    Les dates

    Quatre partenaires, 3 deadlines pour 3 expositions minimum tout au long de l’année 2015.

    • @ Festival Vidéoformes
      • Evénement Gifs Awards
      • deadline le 01/03/2015
      • exposition entre le 19 > 21/03/2015
    • @ Biennale ARTour, Art contemporain et patrimoine
      • Exposition Homo Faber Gifs
      • deadline le 01/04/2015
      • exposition entre le 26-6 et le 30-08-2015
    • @ Les Transnumériques dans le cadre de Mons 2015
      • Symposium Les Transnumériques + Café Europa
      • deadline le 01/08/2015
      • exposition entre le 27/11 et le 12/12/2015

    En bref

    L'appel à participation

    L’édition des Transnumériques Awards 2015 sera spécialement dédiée « GIF » (animé). Les œuvres devront donc utiliser principalement ce format. Aucun frais d’inscription n’est demandé.

    Parmi toutes les œuvres reçues pour chaque appel, un jury international sélectionnera un maximum 5 œuvres lauréates par exposition. Une série d’autres œuvres seront également retenues pour être exposées au côté des œuvres lauréates. Toutes les œuvres envoyées seront reprises en ligne sur une page spéciale du site spamm.be.

    Toutes les informations complémentaires et conditions sont détaillées dans le règlement (voir ci-dessous).

    Critères

    3 œuvres distinctes maximum par participant et par exposition.

    Si cela se justifie, une œuvre pourra prendre la forme d’un projet constitué d’une série de GIFs à fichier unique présentés ensemble (dyptique, tryptique…), mais chaque fichier devra pouvoir être exposé séparément (pas d’ensemble regroupé dans une page html par exemple).

    Oeuvre

    L’œuvre sera obligatoirement un fichier GIF (Graphics Interchange Format) unique ou, dans le cas d’une « série » un ensemble de fichiers uniques.

    L’œuvre soumise pourra être une nouvelle création, une adaptation ou une nouvelle version d’une œuvre antérieure.

    Pour ARTour, les œuvres devront être inspirées du thème de la Biennale : Homo Faber (voir ci-dessous).

    Pour Videoformes et Les Transnumériques/Mons2015, aucun thème particulier n’est proposé, mais seront privilégiées les œuvres qui : portent un regard critique sur nos sociétés ; interrogent nos rapports aux autres, aux médias, à la société de l’information, à l’actualité… ; questionnent les notions de Net Art, de créativité sur le/du Web… ou encore qui apportent un regard particulièrement poétique ou une autre singularité artistique…

    Critères techniques

    L’œuvre devra pouvoir être projetée sur grand écran, une bonne définition est donc souhaitable.

    Pour les projets présentant une série d’œuvres, un plan de présentation précis sera demandé.

    Conditions financières / diffusion

    Les lauréats bénéficieront de 300 euros par œuvre/projet.

    Aucun budget n’est prévu pour les déplacement et l’accueil des artistes sélectionnés.

    Une série d’œuvres sélectionnées par le jury pourront également bénéficier d’une exposition dans les différents événements précités même si elle ne sont pas lauréates (avec l’accord préalable des artistes).

    Tous les artistes sélectionnés bénéficieront d’une visibilité et d’une communication/promotion via les différents réseaux et supports associés à Transcultures et ses partenaires et seront reprises sur la plateforme spamm.be (avec l’accord préalable des artistes).

    Les artistes dont les œuvres seront sélectionnées seront avertis par emails dans les jours qui suivent les deadline.

    Infos

    • Veuillez lire attentivement l’appel à projet ci-contre et le règlement.
    • Vous pouvez aussi consulter/télécharger toutes les infos au format pdf.
    • Pour répondre à un appel, vous devez vous créer un compte dans la base de données de Transcultures (voir ci-dessous).
    • Si avez des questions, vous pouvez contacter Jacques Urbanska par mail ou directement par skype(objet du mail ou message de contact avec la mention : Transnumeriques Awards 2015).

    Register - Inscription

    Exemples

    Une série d’œuvres et artistes qui nous intéresse (à titre d’exemples) :

    Règlement complet de l'appel à participation

    A lire attentivement

    1. La réponse à cet appel se fait uniquement après inscription et par le biais du formulaire online repris à l’adresse http://transcultures.be/database (mot de passe:Transcultures.be). En répondant à cet appel, le participant déclare avoir pris connaissance et marque son accord avec tous les points du présent règlement.
    1. Contexte
      • Les TransAwards 2015 sont spécialement dédiés au format « Gif ».
      • L’appel pour les TransAwards 2015 comprend 3 soumissions possibles qui correspondent à minimum 3 événements/expositions distincts au cours de cette même année :
        • Le festival Vidéoformes
          deadline le 01/03/2015
          exposition entre le 19 > 21/03/2015
        • Biennale ARTour, Art contemporain et patrimoine – Homo Faber
          deadline le 01/04/2015
          exposition entre le 26-6 et le 30-08-2015
        • Les Transnumériques dans le cadre de Mons 2015
          deadline le 01/10/2015
          exposition entre le 27/10 et le 12/12/2015
      • Des expositions supplémentaires peuvent avoir lieu dans le courant 2015 si des opportunités se présentent. Les artistes concernés seront alors avertis par mail pour accord.
    1. Participation
      • Aucun frais d’inscription et aucune restriction géographique
      • Toute personne majeure peut répondre à l’appel
      • La participation peut venir d’une personne isolée ou d’un groupe
      • Pour soumettre son œuvre, le créateur peut utiliser son vrai nom ou son nom d’artiste.
      • Deux œuvres maximum par soumission (deadline).
      • Chaque participant (1 personne ou 1 personne dans un groupe) peut postuler une seule fois par appel. Il peut postuler à plusieurs appels, mais une même œuvre ne peut être présentée qu’à un seul des 3 appels.
      • Si un créateur (1 personne ou 1 groupe) à plusieurs pseudonymes bien établis avec des ensembles de créations clairement identifiées, il peut postuler une fois par appels sous chacun de ses pseudonymes.
    1. Les œuvres
      • Le participant certifie avoir la paternité et les droits des œuvres qu’il soumet.
      • 1 fichier au format GIF égale à 1 oeuvre
      • Un maximum de 3 propositions par soumission
      • Plusieurs fichiers séparés au format GIF sont acceptés si le créateur considère qu’il s’agit d’une seule œuvre (multiptyque)
      • Pour l’appel à projet ARTour, seul les œuvres répondant pour le jury à la thématique « Homo Faber » pourront être lauréates et/ou exposées (un texte court expliquant la démarche pourra être joint à l’œuvre). Aucun thème n’est imposé pour les autres appels.
      • Pour faciliter la mise en place de l’exposition, les œuvres doivent pouvoir être diffusées sur différentes tailles d’écrans. Une diffusion spécifique définie par le créateur est envisageable si elle est justifiée.
      • Il n’y a aucune taille maximale à l’œuvre, mais la projection sera tributaire des lieux d’accueil des expositions.
    1. Exposition
      • Les expositions prendront place dans le contexte et avec les moyens des événements qui les accueillent.
      • Suivant les lieux, la diffusion des œuvres se fera via projecteur vidéo ou moniteur tv.
      • L’exposition finale aux Transnumériques reprendra tous les lauréats ainsi qu’une sélection d’œuvres reçues lors des différents appels.
      • Un site en ligne reprendra toutes les œuvres reçues au fur et à mesure de leur réception.
      • Des expositions supplémentaires peuvent se rajouter dans le cadre de Mons2015, Capitale européenne de la Culture.
    1. La sélection et le jury
      • Le jury sera composé d’un panel d’acteurs des arts contemporains, des arts visuels et numériques, du net art… Ils seront chapeautés par l’équipe de Transcultures. Leurs noms et qualités seront accessibles au public via les sites Web des organisateurs et partenaires.
      • La sélection se fera par scrutin majoritaire à 1 ou plusieurs tours. Les membres du jury auront accès à toutes les œuvres et feront leur choix individuellement via un formulaire online. Chaque œuvre sera notée de 1 à 10. L’équipe de Transcultures aura le soin de départager les éventuels ex æquo et donnera un avis définitif après la mise en place de chaque exposition.
      • Comme les années précédentes, les membres du jury pourront également proposer la participation d’une œuvre ou d’un artiste qui n’a pas répondu à l’appel.
      • Il y aura de 3 à 5 lauréats par appel + une sélection d’œuvres jugées digne d’intérêt et destinées à être exposées aux côtés des lauréats.
      • Les artistes dont les œuvres seront sélectionnées seront avertis par emails dans les jours qui suivent les deadline et une mention sera visible sur le(s) site(s) de Transcultures.
      • Les décisions finales du jury sont sans appel.
    1. Prix
      • Les lauréats recevront un prix de 300 euros par œuvres sélectionnées
      • Une convention sera signée entre le lauréat et Transcultures.
      • Le paiement se fera uniquement via virement bancaire après réception d’un document justificatif (facture).
    1. Communication
      • Tous les artistes sélectionnés bénéficieront d’une communication via différents supports et les réseaux associés à Transcultures et à ses partenaires.
      • Tous les participants bénéficieront d’une présence online via les sites de Transcultures.
    1. Droits et diffusion
      • Les auteurs cèdent leurs droits pendant la durée et dans le cadre strict du projet Transnumériques Awards 2015.
      • Les œuvres (ou partie d’œuvres) sélectionnées pourront être utilisés dans un cadre promotionnel pour la manifestation et le projet global, sous n’importe quelle forme de média : catalogue, programme, invitation, presse écrite, Internet et télévision.
      • Toute œuvre retenue pourra faire l’objet de présentations dans divers événements en Belgique, France ou à l’international, pour lesquels l’auteur, ou l’ayant droit, sera consulté et donnera son consentement.
      • Toute œuvre lauréate intégrera les Archives Numériques de Transcultures et pourra être diffusée en lien avec les Transnumériques Awards dans un but uniquement promotionnel.
      • Toute autre type de diffusion devra faire l’objet d’un accord préalable avec l’artiste.
    1. Divers
      • La paternité des œuvres s’impose généralement de façon évidente (travaux précédent, techniques utilisées etc.). Cependant, si le jury a un doute concernant la paternité d’une oeuvre, il pourra être demandé au participant quelques renseignements complémentaire afin de s’assurer qu’il est bien l’auteur de l’œuvre qu’il a soumise.
      • Un participant peut à tout moment décider de se retirer du projet sans devoir se justifier. Il lui suffira d’envoyer un mail à l’équipe de Transcultures afin que son œuvre soit retirée du concours ou de l’exposition.
      • Les lauréats s’engagent à mentionner dans toute communication de l’œuvre que cette dernière a été lauréate des (ou sélectionnée par les) Transnumériques Awards 2015 avec un lien vers l’adresse transcultures.be/awards.

    Vous pouvez consulter/télécharger toutes les infos au format pdf.

    Who's Who ? Les partenaires

    videoformes2015-Affiche_Transcultures-2015Depuis sa création en 1984, Vidéoformes se définit comme un observatoire permanent des évolutions de la vidéo et des cultures numériques dans l’art contemporain : un espace de présentation, de rencontre et de réflexion pour les artistes, les professionnels et les publics.

    Vidéoformes présente chaque année à Clermont-Ferrand une manifestation internationale : vidéos, performances, installations, projections nocturnes extérieures et rencontres pour découvrir, comprendre et échanger autour de nouvelles formes et de nouveaux langages artistiques.

    En 1993, Vidéoformes crée une galerie associative : la galerie de l’art du temps, et une revue trimestrielle, Turbulences Vidéo, aujourd’hui numérique.

    Turbulences Video Magazine - VideoformesDepuis 1995, Vidéoformes propose des actions d’éducation à l’image : formation des enseignants, programmation jeunes publics, lancement du concours vidéo Une Minute en 1998, visites commentées sur les expositions.

    En 1999, Vidéoformes crée un espace numérique public, l’espace culture multimédia, pour valoriser son centre de ressources et son expérience des nouvelles technologies.

    Depuis 2003, Vidéoformes accueille des artistes en résidence afin d’accompagner leur recherche et leurs productions, et les promouvoir dans le cadre de la manifestation ou dans d’autres événements culturels en France ou à l’étranger. Vidéoformes édite ponctuellement des DVD d’artistes pour promouvoir et valoriser certains travaux.

    Vidéoformes a constitué un fonds unique composé de vidéos d’artistes ou de producteurs indépendants. Depuis 2003, l’association a entrepris la numérisation de ce fonds qu’elle a baptisé Les archives numériques.

    ARTour-logo-noir-et-texte_Transcultures-2015La Biennale ARTour – art contemporain et patrimoine se déroule à La Louvière et dans la région du Centre (Belgique, Hainaut). Musées, sites, édifices remarquables ou espaces publics accueillent un ensemble d’expositions et d’installations qui offre également au public la possibilité de découvrir la diversité des paysages, des monuments, de l’architecture de la région. Une initiative du Centre culturel régional du Centre.

    Le thème choisi pour la dixième édition traite du rapport contemporain au travail, son impact sur nos sociétés et sur l’individu, une option inspirée par l’exposition « Homo Faber. Poétiques et mécaniques du travail », proposée par l’Ecomusée du Bois-Du-Luc dans le cadre de Mons 2015, capitale européenne de la culture.

    artour-2013-metamorphoses_affiche_Transcultures-2015Au-delà des représentations du monde ouvrier qui ont traversé l’ère industrielle, expositions et créations originales proposent diverses interprétations du thème générique Homo Faber à travers différents médiums : installation, image, sculpture, net art ; les artistes posent un regard critique, cynique ou humoristique sur le monde du travail aujourd’hui.

    Aux corps maltraités par la fureur des machines, se sont substitué les esprits blessés par le cliquetis incessants des claviers, l’enchaînement des réunions productives, ou non, une frénésie du travail qui dénote une motivation exacerbée pour le profit et le paraître, matière à expression pour le créateur qui s’inscrit dans un autre temps. La dictature du marché et les modes d’aliénations qui en découlent sont mis en évidence par les artistes. S’il n’y a pas de sots métiers, il y en a de dérisoires et d’absurdes qui s’illustrent bien d’une plume acérée.

    artour-2011-Derivations_affiche_Transcultures-2015Le sujet est aussi traité autrement à travers l’obsolescence magnifiée de la machine, à laquelle un nouveau statut est donné ; ou le détournement d’objets et d’outils qui se jouent « d’un monde qui va plus vite que son ombre ». D’autres propositions s’inscrivent plus particulièrement dans un rapport étroit au territoire et son histoire avec des références au monde minier, que ce soit à travers une œuvre de charbon qui transcende ce matériau brut ou par l’évocation de la figure de sainte Barbe qui renvoie également à ce qui touche au travail de la pierre, autre matériau emblématique de la région.

    Organisation : Centre culturel régional du Centre, Centre Daily-Bul & Co, Centre de la Gravure et de l’Image imprimée de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Ecomusée du Bois-du-Luc, Galerie Koma asbl, Kéramis – Centre de la Céramique de la Fédération Wallonie-Bruxelles, Musée Ianchelevici, Secteur des Arts plastiques, Hainaut Culture-Tourisme, Transcultures/City Sonic – Centre interdisciplinaire des cultures électroniques et sonores. En collaboration avec le Centre culturel de Soignies, la Maison du Tourisme du Parc des Canaux et Châteaux, le Musée du Chapitre à Soignies. Avec le soutien de Centritudes – Agence Conseil en Développement Culturel de la région du Centre, de la Province de Hainaut, du Service des Arts plastiques de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Ville de La Louvière. Avec Antenne Centre Télévision, La Première et La Deux.

     Catalogue de l’édition 2013

    transnumeriques-logo_Transcultures-2014

    Initié avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles, par Transcultures à l’automne 2005 entre Mons et Bruxelles, Les Transnumériques sont à l’intersection des pratiques artistiques contemporaines et d’une utilisation créative des technologies numériques, il s’agit également de croiser les enjeux attenants à la création et à la formation des arts numériques.

    Lors des récentes éditions du festival, les Transnumériques ont voyagé entre Bruxelles, Mons, Liège, Maubeuge, Lille et la région parisienne, en s’ouvrant plus largement par sa programmation, dans une dynamique d’échanges transatlantiques avec des opérateurs québécois notamment.

    Unissant autant les scènes expérimentales, performatives, festives tout en pointant des rappels historiques, ce dispositif rhizomatique illustre le caractère multiforme des cultures électroniques en mutation constante.

    Mons2015-logo-slogan-rouge_TransculturesAvec 300 événements majeurs sur quelque mille activités culturelles et artistiques, Mons 2015 s’apprête à s’étendre à 17 villes partenaires, de Lille à Gand. Mais la Capitale européenne de la Culture s’inscrit aussi dans une stratégie plus large encore de développement et de reconversion de Mons et de la région. Devenir une « Creative Valley » dans un monde bouleversé en profondeur par les nouvelles technologies, c’est prendre le train en marche et se donner une dynamique qui va emporter ses milliers de visiteurs.

    On le voit aux nombreux chantiers qui ont fleuri depuis deux ans partout dans la ville, et n’ont pas seulement pour but de la rendre belle. Le nouveau Centre des congrès, aussi majestueux qu’un navire à l’assaut des flots, sera relié par une nouvelle gare en forme de passerelle à la ville ancienne, de l’autre côté des voies. Les deux architectes à l’œuvre, Daniel Libeskind et Santiago Calatrava, ne sont autres que ceux qui œuvrent au même moment à la reconstruction du Ground Zero, à New York.

    Leurs noms et leurs réalisations n’ont d’autre but que d’ouvrir l’imaginaire et le champ des possibles pour toute une génération de jeunes entrepreneurs qui parient sur l’essor de la nouvelle économie créative dans la région, à la suite de Google, de Microsoft et d’IBM. Comment ne pas voir dans cette irrésistible eclosion le pendant des cinq nouveaux musées dont va se doter Mons pour valoriser ses collections d’art, son tourisme mémoriel et ses trois joyaux inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco – les minières néolithiques de Spiennes, le seul Beffroi baroque d’Europe et l’irrésistible « Doudou » ?

    Cette future ville créative s’ancre ainsi dans une vision artistique tout aussi ambitieuse qui table autant sur les figures tutélaires qui ont façonné l’inconscient collectif montois – de Van Gogh à Verlaine, révélés à leur art ici-même – que sur les créateurs fêtés dans les grands festivals, de Joël Pommerat à Guy Cassiers, sans oublier des « artistes complices » tendance, comme le styliste Jean-Paul Lespagnard et Marc Pinilla du groupe Suarez.

    compagnie-clair-obscur_sleepingbeauty_transcultures-2013Lancés par Transcultures, à l’occasion de la Quinzaine numérique de la Fédération Wallonie-Bruxelles en 2013, les Transnumériques Awards – Art(s) & Network(s) (anciennement « Mobile Awards ») entendent stimuler la création numérique en réseau en lui donnant une visibilité accrue lors d’événements à configuration variable.

    Dans un souci de médiation continue, une exposition didactique accompagne toujours ces manifestations. Cette dernière est liée à la plateforme en ligne « spamm.be », qui présente une sélection d’outils critiques et une série d’oeuvres internationales montrant la diversité créative des arts en réseau aujourd’hui. Elle a été lancée en 2013 par Transcultures, en collaboration avec arts-numeriques.info et  l’artiste Systaime (fondateur et animateur du Super Modern Art Museum – spamm.fr).

    le-clair-obscur_sleeping-beauty_transcultures-2013Jacques Urbanska (chargé de projet à Transcultures et initiateur de arts-numeriques.info) accueille sur place les visiteurs et assure des présentations-ateliers ouverts d’introduction à la diversité créative du Net Art.

    Transnumériques Awards 2013 - Focus « Performances/Installation »
    œuvres dont la finalité n’était pas un écran ou une projection

    Dans le cadre des Transnomades à Bruxelles et de la Quinzaine Numérique de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Jimpunk-Dali-Transcultures-Awards-2014Lauréats :

    Transnumériques Awards 2014 – Focus « Installations connectées »
    œuvres destinées à être diffusées via le web et dont la finalité de diffusion est un écran

    Dans le cadre du festival VIA / Mons 2015

    fabien-zocco_Searching-for-Ulysses_2013-Transnumeriques-awards_Transcultures-2014

    Lauréats :

  • CD : Compilation City Sonic 2012-13-14

    janvier 21, 2015

    Cette huitième compilation City Sonic (la deuxième après celle de 2009-10-11 sur le label Transonic) présente une sélection de pièces sonores (installations, performances, concerts,…) présentés lors des trois dernières éditions du festival international des arts sonores à Mons.

    Parmi les artistes : Macheen (le Canadien Alexandre McSween ici dans son projet boîte à rythmes only), le compositeur belge Baudouin De Jaer (extrait de son projet sur l’artiste brut et visionnaire Adolphe Wölfli), Nicolas Jorio (guitariste de That Summer qui a contribué à une K7 audio aujourd’hui épuisée pour l’exposition de Julien Sirjacq L’oreille interne), Jean-Paul Dessy (Musiques Nouvelles) au violoncelle avec Jarek Frankowski pour de subtils traitements électroniques, le saxophoniste Maurice Charles JJ dans un doux paysage électro-organique, Julien Poidevin (permettant de découvrir un texte truculent du poète surréalisme hennuyer Achille Chavée par lui même), le Montois Stéphane Kozik et son Echo System (vibrations électro-aquatiques), le Lillois Nicolas Gaillardon dans un Boxe-to-Boxe noisy-rock – ces deux derniers étant les lauréats installations Espace(s) Son(s) Hainaut()s, Tomoko Sauvage et ses délicats bols de porcelaine remplis d’eau, un extrait de la bande-son de l’installation An-Art Key de Gauthier Keyaerts, la première apparition sur disque des duos Pastoral (Christophe Bailleau/électroniques + Philippe Franck/voix, synthé et guitare) et Ordinaire (Eric Therer/spoken word+Stephan Ink/basse,électro), le poète montréalais Jean-Marc Desgent dialoguant avec les sons organiques de Gauthier Keyaerts à la Sonic Garden Party, la harpiste contempo-free Hélène Breschand, Margarida Guia dans une pièce sonore réalisée lors de workshops avec des personnes handicapées, une bande-son noctambule et sensuelle de Paradise Now pour une installation AV de Régis Cotentin par Paradise Now, le duo lyrique expérimental Quasi una fantasia (le multi-musicien Pierre-Jean Vranken et la diva autrichienne Christina Van Peteghem), des découvertes prometteuses ayant participé au au projet Park in progress (Mathias Isouard sur les vibrations-résonances, :such : et ses réseaux fantomatiques de bandes magnétiques, Alain Lefebvre et sa Fréquence Vibration Son, le percussionniste Jason Van Gulick, Phil Maggi tous deux défendus par le label indépendant Idiosyncratics) ou encore un jingle réalisé pour la Sonic Radio pour l’ouverture, sans oublier Baudouin Oosterlinck, grand artiste de l’écoute belge qui clôt poétiquement le disque avec une présentation de sa pièce Quintette également présentée à City Sonic… le tout démontrant, à nouveau, la diversité créative du festival et des ses constellations sonores.

    production

    Transonic est le label indépendant dédié aux musiques électroniques, organiques, poétiques… et aux sons autres.

    Transonic propose des objets sonores, des événements spécifiques (concerts, performances, showcases,…), des œuvres et manifestations hybrides (installations, conférences, collaborations inter disciplinaires…) en Belgique et à l’international.

  • 24-01-2015 – Fête d’ouverture de Mons2015, Capitale européenne de la culture

    janvier 17, 2015

    La grande fête d’ouverture de Mons 2015 aura pour thème l’éblouissement. Vous serez transformés en boules à facettes vivantes en enfilant l’un des milliers de ponchos argentés qui vous seront distribués gratuitement.

    Ensuite perdez-vous ! Il n’y a pas d’horaire pour découvrir chaque rue, chaque parc, chaque bâtiment revisités par les artistes. Allumez les milliers de bougies qui embraseront la place du Parc. Ou apprenez à danser avec une centaine de robots fluo, place du Marché aux Herbes.

    Tous les artistes seront de sortie, mais si vous rentrez dans les lieux de culture, attention ! Ce sera Woodstock au Théâtre Le Manège et des musiciens classiques allumés à l’Alhambra. Courez à la Maison Folie qui sera bien folle ce soir là.

    Venez rêvasser au Beffroi avec les elfes lumineux qui veillent sur le dragon endormi. Offrez-vous un jacuzzi finlandais, puis revenez sur la Grand-Place et dansez jusqu’à pas d’heure.

    Teaser

    Plan

  • City Sonic, Les arts sonores dans la cité – parution du livre aux éditions de La Lettre Volée

    janvier 10, 2015

    A partir de l’expérience originale du Festival international des arts sonores City Sonic (Mons, Belgique) et des nombreuses œuvres qui y ont été présentées depuis sa création en 2003, différentes entrées de ces champs audio plurielles sont passées en revue dans cette publication. Au delà des spécificités de ce « sound art » contextuel qui investit la cité pour la métomorphoser, sont ici explorés les croisements interdisciplinaires et poétiques entre son et objet, arts visuels, cultures numériques, nomadisme, environnement.…

    Sous la direction de Philippe Franck (directeur/initiateur de City Sonic et de Transcultures), sont réunis des textes de Philippe Baudelot (autour du son et du numérique), Alexandre Castant (extraits de journal de différentes éditions du festival), Anne-Laure Chamboissier (« de l’image au son et vice versa »), Jean-Paul Dessy (le « sacrement du son »), Philippe Franck (sur les différents champs esthétiques et « hybridasons » de City Sonic ainsi que sur l’expérience de la plate-forme Espace-s Son-s Hainauts-), Gilles Malatray (sur la déambulation sonore) ainsi que des définitions des arts sonores d’artistes ayant participé à City Sonic.

    Ce corpus textuel est complété par une sélection de visuels et une compilation digitale de pièces sonores réalisées spécialement pour le festival entre 2003 et 2014*. Celle-ci propose plusieurs pièces inédites ainsi que d’autres aujourd’hui introuvables marquant la diversité créative de City Sonic.

    *Si vous avez fait l’acquisition de l’ouvrage, vous pouvez télécharger gratuitement cette compilation après avoir insérer le code qui se trouve à l’intérieur du livre.

    Partenariats

    Cette publication à La Lettre Volée a été réalisée en partenariat avec Transcultures et le soutien du manège.mons, dans le cadre du projet Espace(s) Son(s) Hainaut(s), plate-forme transfrontalières pour les musiques innovantes avec le soutien des fonds FEDER France-Wallonie-Vlanderen.

    Il est possible d’acquérir la compilation seule via le label Transonic.

  • 12 > 17-01-2015 – Workshops – composition/design sonore / performance sonore

    janvier 8, 2015

    Dans le cadre du cycle de conférences et workshops Emergences numériques et sonores initié par Transcultures en partenariat avec l’Ecole des Arts Visuels de Mons Arts², Charo Calvo fera une présentation (à 9h30) suivie d’un atelier (14h) autour de son travail de composition électro-acoustique et de sound design.

    Après avoir étudié la physique et avoir participé à la création en 1987, la compagnie de danse Ultima Vez dirigé par Wim Vandekeybus, Charo Calvo a suivi des études de composition électro-acoustiques au Conservatoire de Mons où elle enseigne la composition appliquée aux médias. Elle a réalisé de nombreuses créations sonores notamment pour Jan Fabre, les Ballets C de la B ou encore Ultima Vez.

    Du 13 au 17 janvier, Gauthier Keyaerts propose un workshop d’initiation à l’importance du son dans le dialogue interdisciplinaire, introduisant aux notions narration sonore, osmose, contrepoint, spatialisation afin de ressentir le son, faire des prises de son, du montage son et son-image. Il se basera sur sa récente performance/installation AV interactive Fragments #43-44 ainsi que sur des interviews qu’il a réalisé de compositeurs-musiciens, des vidéos et extraits de film parfois manipulés.

    Ces activités autour du son et de la performance sont complétées par un workshop d’initiation au logiciel libre de modélisation, d’animation et de rendu en 3D Bendler (salle arts numériques) du 19 au 22 janvier et le 19 janvier et une conférence d’Yves Bernard (directeur d’iMAL) Art+ Game (auditoire Pol Bury, 11:00).

    production

    Cycle de conférences et workshops Emergences numériques et sonores

    Partenariat Arts² – Transcultures

    Plan

  • Appel à projet « NUIT BLANCHE Brussels » 2015 – 13e édition

    janvier 7, 2015

    Portée par la Ville de Bruxelles, NUIT BLANCHE Brussels se veut un véritable laboratoire artistique et propose, chaque premier samedi d’octobre, de transfigurer l’espace public et des dizaines de lieux de la capitale par le biais de la création contemporaine : lieux culturels, vitrines de magasins, cours d’écoles, parkings, églises, gares, fontaines, ruelles, places publiques,…

    En proposant une série d’œuvres en lien étroit avec les sites qui les accueillent, NUIT BLANCHE offre un éclairage neuf sur des lieux connus et invite aussi à la découverte d’espaces habituellement fermés ou peu accessibles au public.

    Chaque année, près de 100.000 noctambules se pressent au centre de Bruxelles pour plonger au cœur d’expériences inédites.

    L’édition 2015 se tiendra dans la nuit du samedi 3 octobre, de 19h à 5h du matin, en plein cœur de Bruxelles et aura pour fil rouge la « Renaissance », un thème à prendre au sens large et à détourner à volonté !

    Rmq : cet appel à projets ne concerne, dans un premier temps, que les projets à destination de l’espace public. Un second appel à projets sera lancé fin janvier pour des lieux intérieurs, sur base de cahiers de charges et de lieux précis.

    Qu’ils soient insolites, interactifs ou sollicitent l’imaginaire, envoyez-nous vos projets ! Les dossiers de candidature sont à envoyer pour le mercredi 28 janvier 2015 au plus tard.

    Téléchargez les conditions de l’appel sur le site de la Nuit Blanche

    production

    Une initiative de l’échevine de la Culture de la Ville de Bruxelles

  • 12 > 17-01-2015 – Workshop Emergences sonores et numériques – Stéphane Kozik + Julien Poidevin

    janvier 5, 2015

    Transcultures et Arts² proposent un workshop coordonné par les artistes sonores et numériques Stéphane Kozik et Julien Poidevin (sélectionnés pour de nombreuses manifestations internationaux dont récemment City Sonic et Park in progress) dans le cadre du projet Emergences sonores et numériques et du programme Espace(s) Son(s) Hainaut(s).

    Les participants sont invités à créer une installation sonore interactive. Au programme de ce workshop ouvert en priorité aux étudiants d’écoles d’art de Wallonie et du Nord-Pas de Calais : apprentissage de techniques d’interactivité, initiation à des logiciels de traitement sonore, techniques d’exposition d’installations sonores…L’occasion de bénéficier de l’expérience d’artistes confirmés et d’appréhender les arts sonores par la pratique à la fois créative et technologique.

    production

    inscription obligatoire (limitée à une dizaine de participants) : lucie.transcultures@gmail.com

    Partenariat Arts² – Transcultures.

    Workshop initié dans le cadre de la plate-forme pour les musiques innovantes Espace(s) Son(s) Hainaut(s) avec le soutien des fonds FEDER-Interreg IV Flandre-Wallonie-Vlanderen.

    Plan

  • Pao Paixao – Fukushima, a Web Story

    décembre 25, 2014

    En décembre, Pao Paixao, réalisateur, performer et artiste intermédiatique terminera sa résidence Pépinières européennes pour jeunes artistes de trois mois chez Transcultures. Le but de cette résidence est l’exploration d’une matière de base et la construction d’une trame narrative pour la réalisation d’un Web documentaire sur la catastrophe nucléaire de Fukushima.

    Cette matière de base est puisée dans les innombrables documents (audios-visuels-textuels) présents sur le Web et référencés par la veille automatisée twitter @Fukushima_Actu crée par Jacques Urbanska en 2011 et qui est actuellement une des plus importante source d’information et une référence sur le Web pour tout ce qui concerne ce sujet. L’exploration de cette immense matière se fait au travers d’une nouvelle version du programme DRush (créé en 2013 dans le cadre de la résidence du projet européen M4M (m for Mobility).

    Alors que la version précédente se contentait de projeter aléatoirement les différents rushs, la nouvelle version fera une analyse préalable des rushes et sera capables de les classer automatiquement suivant différents critères (ex. : valeurs HSV, la vitesse interne de la vidéo…). Ce travail est assuré en collaboration avec l’Institut Numediart (Université de Mons) et son projet MediaCycle framework.

    Un travail sur la projection multiprojecteurs est également prévu pour uniformiser l’écran géant et faire disparaître la séparation visible due aux projecteurs physiques. Une recherche sur un l’élaboration d’un corpus textuel est également prévue ainsi qu’un Web documentaire qui serait finalisé en 2016.