Contact us @ +32 (0)71 31 71 26 - contact@transcultures.be

Media Arts Center

Toutes les news

  • 17 > 21.12.2018 | Alain Wergifosse + Philippe Franck – Workshop arts sonores

    07/12/2018

    Dans le cadre de son module de recherche en arts sonores à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles (ARBA-ESA), Philippe Franck (enseignant, directeur de Transcultures et créateur sonore) invite le créateur sonore et intermédiatique belge Alain Wergifosse pour un workshop à destination des étudiants-plasticiens et performers belges et européens qui pourront intégrer plusieurs techniques de captation et de traitement numérique du son en lien avec leurs projets d’installations et de performances. Avec l’aide pour la coordination technique de Helga Dejaegher (Transcultures).

    Production

    Production Transcultures en partenariat avec l’Académie royale des Beaux-Arts de Bruxelles

    Plan

    Transcultures
  • Christophe Bailleau – Firebird | Cahier + CD | Transonic – Sonopoetics #2

    05/12/2018

    Firebird est le fruit d’une résidence d’écriture transversale menée, à l’automne 2018, entre Paris (France) et Charleroi (Belgique), dans le cadre des Pépinières européennes de création.

    Ce projet hybride édité par le label Transonic dans sa série Sonopoetics associe à un cahier poétique de Christophe Bailleau à un album qu’il a conçu comme une série de bandes-son libres pour ces fragments surréels.

    Vous pouvez vous procurer le cahier poétique en série limitée et numérotée (150 ex.) sur le bandcamp du Label. Son achat vous donnera un accès illimité à l’album online ou au téléchargement de ses fichiers audio.

    Musique & écrits par Christophe Bailleau – 2018
    sauf #4, #10 musique & paroles par Christophe Bailleau & Paradise Now,
    #9 musique par Christophe Bailleau & aMute
    montage par Philippe Franck
    mastering Marc Doutrepont

    Christophe Bailleau > traitements éléctroniques, voix, percussions
    Paradise Now > voix, guitare, traitements éléctroniques, samplings, iProphet sur #4, 6, 7, 9, 10
    aMute> traitements éléctroniques sur #9
    Billy Hasni > vocodeur sur #7
    Jean-Paul Dessy & Ensemble Musiques Nouvelles > piano & cordes (fragment) sur #7 (Avec l’aimable autorisation de Musiques Nouvelles)

    Production

    Production Transonic Label – Avec le support Transcultures & Pépinières européennes de création

    Transcultures
  • 16.12.2018 | Wormhole – Maurice Charles JJ solo @ YIAP Bruxelles

    03/12/2018

    WORMHOLE – Quand les sons, les émotions vous aspirent vers d’autres mondes…

    Laissez l’imaginaire vous envahir
    fermez vos yeux
    écoutez
    ressentez
    voyagez

    Maurice Charles Jj

    Pratiquant principalement les saxophones sopranino et baryton, ses premières influences furent : Steve Lacy, John Surman, Antonny Braxton et Hamiet Bluiett. Ses rencontres avec les saxophonistes Lol Coxhill et plus tard Michel Doneda furent décisives quant à ses choix esthétiques, le guidant dans un monde où mélodies et matières sonores coexistent et s’interpénètrent.

    Instrumentiste, il travaille principalement la pâte sonore et la richesse de timbre. Mélodies abstraites, modes de jeux contemporains et non orthodoxes font partie de son langage. Il aime utiliser les accidents de parcours de l’instrument, ses failles techniques, et se les approprier.

    Intuitif, il aime évoluer dans un univers peuplé d’entités sonores étranges où le son se fait matière où la matière se fait son ; il y puise son inspiration. Son idée d’utiliser l’instrument en tant que vecteur d’énergie tout en la teintant d’échappées lyriques constitue la pierre angulaire de son expression artistique.

    Il est persuadé de la richesse des échanges entre artistes tous modes d’expressions confondus et est soucieux de transmettre sa passion du phénomène sonore et de la composition dans l’instant au sein d’ateliers artistiques (La Semaine du Son, Maison de la Création…).

    Il vise la confrontation avec d’autres modes d’expressions où liberté, échange, énergie, instant présent, lâcher prise… sont les maîtres mots. Dans un soucis d’enrichissement artistique se plaît à confronter son expertise sonore et instrumentale à d’autres modes d’expressions tels l’art visuel, la performance, la danse contemporaine.

    Quelques musiciens avec qui il a partagé ou partage un bout de chemin :

    Lol Coxhill, Michel Doneda, John Russell, Paul Rutherford, Jacques Foschia Jim Denley, John Edwards, Peter Jacquemyn, Tatsuya Nakatani, Mike Goyvaert, Pascal Marzan, Adam Bohman, Roger Turner, Dan Warburton, Sabu Toyozumi, Phil Wachsmann, Phil Gibbs, Marcello Magliocchi, Adrian Northover, Matthieu Safatly, Karine Germaix… pour n’en citer que quelques un.

    Maurice Charles JJ a initié ce projet de saxophone-soundscape lors du festival des arts sonores City Sonic en 2015 avec le cycle « Mutation », processus que le musicien-improvisateur-expérimentateur continue de développer avec d’autres pièces solo. Ce matériel devrait aboutir, dans quelques mois, à un enregistrement en lien avec Transonic (l’alter label initié et coordonné par Transcultures).

    Infos

    YIAP – Ypres Interactive Art Project est un espace privé. Une contribution pour l’ artiste est souhaitée.

    Plan

    Transcultures
  • 14 + 15.12.2018 | E-critures (hybrides) 2018 – Charleroi + Bruxelles

    01/12/2018

    14 & 15.12.2018 | E-critures (hybrides) – Les Transatlantiques 2018 – Charleroi + Bruxelles

     

    Complices de longue date et acteurs de la création transdisciplinaire, Transcultures, Centre pour les cultures numériques et sonores et Productions Rhizome, organisme culturel qui réalise des spectacles et des événements interdisciplinaires de littérature vivante (Québec), proposent une nouvelle édition de leur manifestation bilatérale lancée conjointement, à la faveur de la commission mixte Québec/Wallonie-Bruxelles, en 2014, avec Écritures Transatlantiques (à Mons et à Québec) et amplifiée en 2017, à Québec, avec Ecritures (Formes en développement et prises de risques).

    Comme son titre l’indique, cette manifestation prospective belgo-québécoise fait la part belle aux nouvelles formes d’écritures hybrides et intermédiatiques, et ce tant dans des dispositifs performatifs qu’installatifs, audio-visuels ou réseau. Création poético-performative et réflexion/discussion sont ici étroitement associés.

    Cette édition E-critures (hybrides) 2018 proposée en Fédération Wallonie-Bruxelles à l’initiative de Transcultures en complicité et en co-production avec Rhizome à Charleroi (en partenariat avec Le Vecteur) et à Bruxelles (en partenariat avec Project(ion) Room), de la diffusion de performances et de projets poétiques interdisciplinaires belges et québécoises associé à des présentations de projets en ligne de création poétique utilisant les technologies numériques et/ou les nouvelles pratiques interdisciplinaires.

    Télécharger la brochure au format pdf

    14.12.2018 - Vecteur Charleroi

    14:00

    Performances + videos + installations/applications

    + après-midi de réflexion

    15.12.2018 - Project(ion) Room Bruxelles

    18:00

    Performances + videos + installations/applications

    Auteurs/Performeurs

    Vanessa Bell + Etienne Baillargeon (Qbc) - TP4307 (première belge)

    Comment naît le poème? Peut-il trouver écho sensible chez les machines? Sont-elles capables de poésie? Autant de questions que d’avenues à explorer dans cette performance littéraire où artiste sonore et poète s’essayent à la création en direct d’une œuvre collaborative machine-humain. TP4307 est d’abord et avant tout un fantasme de créateurs. Au cœur de la proposition, la volonté d’explorer l’articulation de la synthèse sonore et l’analyse sonore du texte dans un espace défini où la matière première du spectacle — les mots — sont traités à importance égale avec les éléments constituants la performance. Le but des deux performeurs est ici de créer un langage qui leur est propre en alliant leurs formations musicales, littéraires et numériques.

    Production : Rhizome, Le Cube

    Vanessa Bell : Auteure, commissaire, animatrice, militante féministe, la parole de Vanessa Bell fait écho à la radio depuis dix ans où elle traite littérature et danse contemporaine. Sa pratique plurielle l’a amenée à collaborer et se produire tant au Québec qu’à l’international. Le Musée national des beaux-arts du Québec (MNBAQ), Le Cube – Centre de création numérique, Le Lieu, centre en art actuel, le Festival de la poésie de Montréal, Le Festival international de la poésie de Trois-Rivières, The Word On The Street Toronto, La Maison de la littérature, sont quelques lieux et événements qui ont accueilli ses oeuvres. Son travail explore la notion de l’intime et du territoire.

    Étienne Baillargeon est un jeune artiste multidisciplinaire très actif au sein de la communauté culturelle de la ville de Québec. Au terme de son baccalauréat en arts visuels et médiatiques à l’Université Laval, il est lauréat de plusieurs prix, notamment le prix La Chambre Blanche, décerné par l’organisme du même nom, qui lui donne l’opportunité d’y faire une résidence de création web en 2011. Depuis la fin de ses études, Étienne participe à plusieurs expositions, soirées de performances et événements collectifs, tant au sein de centres d’artistes reconnus que par le biais d’initiatives indépendantes. Ses créations performatives démontrant un penchant avéré pour l’expérimentation vidéo et sonore, il est appelé à collaborer avec des artistes tels qu’Érick d’Orion, Adam Bergeron, Pablo Rasgado, Boris Dumesnil-Poulin et Simon Paradis-Dionne. Étienne Baillargeon a présenté son travail à L’Oeil de Poisson, au Lieu : Centre en arts actuels, à La Chambre Blanche, à l’Autocart des arts visuels, ainsi qu’à Incident.net, en France. Le spectre de ses activités artistiques l’amène à s’investir dans plusieurs volets culturels : création, recherche, bénévolat, archivistique, perfectionnement et entrepreneuriat.

    Durée performance : 44 minutes

    Vincent Tholomé et Maja Jantar (Be) - SABI (création)

    Pourquoi SABI ? Une performance sabi ? Parce qu’on baigne dedans, pardi ! Parce que le temps travaille et ne connaît pas de repos. Parce qu’il traverse les êtres et les choses. Because there is serenity that comes with time, Parce que si on ne fait rien, ne pense pas sabi, ne mange pas sabi, tout s’évapore autour de nous, tout disparaît. Because we ware and tare and repair. Voilà pourquoi. Voilà de quoi parle SABI, la performance SABI.

    Avec des sons, des voix et des images de Maja Jantar, avec des voix, des textes, un beau t-shirt de Vincent Tholomé ».

    Vincent Tholomé est un auteur/performeur né en Belgique dans les golden sixties. Il n’est pourtant pas un golden boy. Il vit et travaille en Belgique ainsi qu’en France et ailleurs. Ex revuiste (ttc, facial), ex membre de l’ex Big Band de Littératures féroces (avec ou sans dents), ex membre du carrefour d’improvisations sonores et verbales [kwad], ex poète par défaut, Vincent Tholomé a multiplié les aventures et les rencontres, s’impliquant dans bon nombre de projets collectifs. On l’a notamment vu/entendu en duo avec Sebastian Dicenaire, Maja Jantar, Laurence Vielle, Xavier Dubois mais aussi en quatuor avec Charles Pennequin, Thierry Aué et Arno Calleja. Il a publié plusieurs livres chez des éditeurs indépendants belges, français et québécois.

    Maja Jantar est une artiste vocale multilingue et polysonique vivant à Gand (Be) et dont les travaux couvrent les domaines de la performance, du théâtre musical, de la poésie et des arts visuels. Co-fondatrice du groupe Krikri, elle a donné des performances solo et en collaboration dans toute l’Europe. Elle travaille sur des œuvres sonores poétiques depuis 1995. De 2001 à aujourd’hui, Maja a dirigé dix opéras, dont le classique de Monteverdi, Incoronatione di Poppea et le contemporain Infinito Nero de Sciarrino. Une partie de sa poésie visuelle a été publiée dans diverses publications, entre autres le livre Zieteratuur (Pays-Bas), et son travail visuel a été montré dans plusieurs expositions, récemment une sélection d’encre et de papier de sa série Lilith pourrait être vu à Kunsttempel Kassel (Allemagne). Elle continue également de collaborer avec des poètes canadiens et des artistes interdisciplinaires.

    Durée performance : 30 min
    Avec le soutien de Transcultures

    Eric Therer/Quelques piétons (Be) + Mademoiselle Emy (Be)

    Quelques histoires rudimentaires sous l’angle des rapports humains en milieu fermé

    Eric Therer propose pour E-critures (hybrides) une nouvelle performance sous forme de narration de 4 ou 5 histoires dont chacune convoque des sons ou un univers sonore particulier. Il utilise sa seule voix, sans effet, (à la rigueur un micro si l’acoustique de la pièce/salle le requiert) au milieu du public agencé autour d’une table de réunion.

    Ni spectacle, ni exercice oratoire, ces histoires mettent en relief les quotidiens de l’entreprise, du ménage et des interzones qui séparent ces deux mondes qui nous assujettissent malgré nous. Elles s’adressent à des auditeurs avertis que le locuteur aimerait pour l’occasion réunir autour d’une grande table, à la manière d’une réunion professionnelle. Chacune de ces narrations s’inspire de faits réels. Une démarche qui refuse résolument l’éloquence factice de la scène et des artéfacts qui l’accompagnent et qui s’en tiendra à l’énumération factuelle.

    La performeuse liègeoise Mademoiselle Emy interviendra aux côtés d’Eric Therer.

    Durée: environ 25’.

    Simon Dumas (Qbc) + Mickaël Lafontaine (Fr) - Le pli de la vague

    Le poète Simon Dumas et l’artiste numérique Mickaël Lafontaine proposent une démonstration de l’Audiographe, un générateur dynamique d’animations typographiques que ce dernier développe en collaboration avec Rhizome (Québec) et l’Agence TOPO (Montréal) depuis deux ans.

    L’œuvre-outil, toujours en évolution, se veut une sorte de robot-partenaire pour la performance poétique. Pour la démonstration, Dumas lira un texte portant sur « les imaginaires du web » proposant une sorte de remix d’une conférence de Gilles Deleuze intitulé Qu’est-ce que l’acte de création, le tout se situant entre poésie et témoignage.

    Durée : entre 10 et 15 minutes.

    Simon Dumas (Qbc) - Poésie tactile + Mauve Motel

    Poésie tactile

    Application web, poesietactile.net est adaptée sur téléphone intelligent, tablette, etc., dérivée de l’installation audio-visuelle interactive Chœur(s) (co-production Rhizome, Transcultures), qui met en scène des poètes, sept du Québec et deux de la Belgique : Annie Lafleur, Josée Marcotte, Marc-Antoine K. Phaneuf, Alexis Lussier, Jean-Marc Desgent, Werner Moron, Simon Dumas, Sébastien Dicenaire, Hervé Bouchard, Roxane Desjardins, Hélène Dorion et Michaël Trahan Ces présences poétiques et singulières différées se matérialisent ici sous forme des bribes de codes visuels et sonores que le dispositif numérique fait interagir.

    Production Rhizome. Avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec. En partenariat avec l’Agence Topo et La Chambre blanche.

    Mauve Motel

    Les univers parallèles du Mauve Motel est le projet de créer une œuvre hypertextuelle et médiatique donnant à lire un ensemble de textes — essais, poésie et réflexions diverses — issus d’une correspondance avec Nicole Brossard (auteure majeure qui est une des chefs de file d’une génération qui a renouvelé la poésie québécoise dans les années 70). qui a débuté lors des premiers mois de la création du spectacle intitulé, comme son roman iconique, Le désert mauve (Hexagone, 1987) qui est -Le désert mauve, est considéré par plusieurs comme le premier roman postmoderne québécois. Tirant pleinement partie des possibilités numériques, ce projet compte exploiter les liens entre texte, image et sons notamment en donnant la possibilité à l’utilisateur de remonter le fil des références ayant inspiré les auteurs. S’y ajouteront des extraits d’adaptations cinématographiques du roman réalisées pour le spectacle commentés par Nicole Brossard et Simon Dumas, des liens hypertextuels agissant à la manière des notes de traduction dans le roman, une série d’entretiens, de vidéos et d’extraits sonores issus du processus dans lequel Simon Dumas s’est engagé avec Nicole Brossard. Le tout déployant une œuvre fondamentalement métatextuelle, à l’image de la structure gigogne du texte original de Brossard.

    Production : Rhizome

    Simon Dumas

    Auteur indiscipliné, Simon Dumas (Québec) écrit de la poésie, réalise des spectacles littéraires, se met quelques fois en scène. Il a publié cinq livres de poésie dont La chute fut lente, interminable puis terminée aux éditions La Peuplade, lequel fut mis en nomination pour le prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec en 2009. Les quatrième et cinquième titres, Mélanie et Révélations, sont parus en 2013 et 2016 aux éditions de l’Hexagone. Il a cofondé en 2000 Rhizome, un OBNL dont le mandat est de produire des spectacles littéraires et dont il assure aujourd’hui la direction artistique. En plus des productions qu’il a pilotées pour le compte de Rhizome, Simon Dumas a mené à bien des projets personnels : trois spectacles, une installation et un court-métrage, Projections, présenté aux Rendez-vous du cinéma québécois en 2011.

    Philippe Franck + Zoé Tabourdiot (Be/Fr) - Poévies (création)

    Poévies est un projet audio-visuel en évolution initié par Philippe Franck en complicité avec Zoé Tabourdiot. Il s’agit de capturer des moments intimes de poètes d’aujourd’hui de langue française (québecois, belges, français…) en lecture ou performance intime mêlés à des images de leurs espaces de création en privilégiant les singularités et la magie du moment, mais aussi ceux du voyage, des rencontres et des découvertes « on the road » des réalisateurs. Ce projet multiforme peut se décliner sous forme de capsules vidéo mais aussi d’installation et à terme pourrait constituer le matériel d’un long métrage. Les premiers participants ont été le performeur/critique/éditeur Richard Martel (filmé au Lieu-centre d’art actuel à Québec) et la poétesse Catrine Godin (filmé chez elle à Montréal)

    Production Transcultures

    Philippe Franck (Be) : Concepteur culturel, curateur et critique passionné par les transversalités contemporaines (plusieurs essais publiés notamment à La lettre volée), drecteur/fondateur de Transcultures (Centre interdisciplinaire des cultures numériques et sonores en Belgique), il est aussi directeur artistique du festival international des arts sonores City Sonic (Mons, Bruxelles, Charleroi et villes associées) qu’il a créé en 2003 et des Transnumériques. Depuis les années 90, il développe le projet multimusical Paradise Now et collabore avec divers vidéastes, poètes, performeurs, chorégraphes, et musiciens belges et étrangers. Il a également co-réalisé le documentaire Bernard Heidsieck, la poésie en action qui a été présenté dans plusieurs lieux et festivals en France, Belgique et au Québec et a fait l’objet en 2015, d’une édition DVD avec un livre aux éditions a.p.r.e.s/CNAP.

    Zoé Tabourdiot (Be) : Réalisatrice de documentaires radiophoniques et cinématographiques est passionnée par la création d’images mentales développées par le processus de l’écoute sonore. Elle envisage la création sonore comme un paysage auditif d’un tableau composé par l’imagination et aime à jongler avec les mots pour accorder la beauté des sons avec une syntaxe étudiée. Plusieurs de ces créations et documentaires radio ont reçu le soutien du Ministère de la culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles et ont fait l’objet de plusieurs diffusions en Belgique et à l’international.

    Ariane Savoie (Fr)

    L’Audiographe commence par analyser la voix du poète afin que celle-ci trace elle-même un itinéraire géolocalisé dans Montréal. Une fois ancré dans un espace sonore et visuel, le texte peut dès lors s’animer au gré des ondulations et du rythme de la voix. Cette oeuvre vidéo temps réel est présentée ici sous la forme d’une captation vidéo. Durée : 21 minutes divisées en 7 chapitres.

    Création : Mickaël Lafontaine. Texte & voix : Thomas Langlois.
    Enregistrement voix : Louis-Robert Bouchard.
    Paysages sonores issus du « Montreal Sound Map » de Max et Julian Stein. Auteurs sonores : Stéphane Fufa Dufour, Houshang Koochaki, Éric Boivin, Max Stein, Jen Reimer, Nimalan Yoganathan.

    Cette création est soutenue par l’Agence Topo. L’Audiographe est développé en collaboration avec l’Agence Topo et les Productions Rhizome.

    Mickael Lafontaine (Fr) : L’univers de création de cet artiste multimédiatique se situe à la croisée du réel et du numérique, de l’art et du social. Il fait appel à la vidéoprojection et à l’interactivité afin d’incarner le numérique dans la matière et de le faire vivre entre les mains du spectateur qui devient alors créateur. Il développe depuis 2007 des projets de co-création en milieu éducatif et associatif afin d’utiliser l’art et les nouvelles technologies comme facteur de changement social.

    Il convie différents langages tel l’art génératif, la vidéo, les paysages sonores, la poésie ou la typographie afin de créer des performances, des scénographies et des installations centrées sur l’humain, le corps et la contemplation. Tous ses projets font appel à la programmation afin de créer des univers visuels qui évoluent et réagissent tel de véritables êtres vivants.

    Il développe ses projets conjointement en France et au Québec dans des festivals d’arts numériques, des Universités, des écoles, des centres d’arts ou encore des hôpitaux pour enfants.

    Après-midi de réflexion : Nouveaux modes d’écritures et de créations littéraires multimédiatiques

     

    Quelles nouvelles écritures hybrides ?

    Une journée de réflexion (assorties de rencontres/débats et présentations de projet) prolongera la thématique entamée lors de la précédente édition québécoise de la manifestation Ecritures 2017, « Sortir la littérature du livre par le numérique » avec des interventions de plusieurs chercheurs, critiques et créateurs belges et québécois (partenariat avec, pour le Québec, le CRILCQ – centre de recherche interuniversitaire sur la culture et la littérature québécoises ainsi que, pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, avec l’UCL).

    Parallèlement, plusieurs ouvrages et projets in progress des créateurs belges et québécois seront également présentés au public à la bibliothèque du Vecteur pendant la manifestation.

    Universitaires, chercheurs et critiques composeront cette après de réflexion au Vecteur (Charleroi) qui sera également modérée par Simon Dumas (Qc) et Philippe Franck (Be).

    Intervenants

    Ariane Savoie (Fr)

    Ariane Savoie a fait des études universitaires en littérature, en scénarisation et en cinéma à l’Université du Québec à Montréal et à l’Université de Montréal. Elle est actuellement étudiante au doctorat et écrit sa thèse en cotutelle entre l’UQAM (département de sémiotique, sous la supervision de Bertrand Gervais, et l’Université catholique de Louvain, sous la direction de Michel Lisse).

    Ariane Savoie est bénéficiaire d’une bourse de recherche PAI du gouvernement belge. Sa thèse de doctorat explore les relations entre récit et base de données dans des œuvres hypermédiatiques et dans les installations muséales. Elle est également rédactrice en chef de la revue de littérature hypermédiatique bleuOrange et elle a travaillé à la traduction de plusieurs œuvres de littérature numérique.

    Sofian Laghouati (Be)

    Nouveaux modes d’écritures et de créations littéraires multimédiatiques

    Conservateur et chercheur qualifié au Musée royal de Mariemont, où il est responsable de la Réserve précieuse d’œuvres graphiques et de livres (1830 – Contemporain) et commissaire de plusieurs expositions autour du livre, de l’image et de la littérature.

    Professeur invité à l’Université de Louvain-La-Neuve en Belgique, il enseigne la littérature francophone contemporaine ainsi que l’histoire du livre et des rapports texte/image/support qui la déterminent. Responsable de la plateforme littératuresmodesdemploi.org, avec Myriam Watthee (UCL) et David Martens(KULeuven) ainsi que des RIMELL (Recherches interdisciplinaires sur la muséographie et l’exposition de la littérature et du livre).

    Vincent Tholomé (Be)

    Auteur/performeur né en Belgique dans les golden sixties. Il n’est pourtant pas un golden boy. Il vit et travaille en Belgique ainsi qu’en France et ailleurs.

    Ex revuiste (ttc, facial), ex membre de l’ex Big Band de Littératures féroces (avec ou sans dents), ex membre du carrefour d’improvisations sonores et verbales [kwad], ex poète par défaut, Vincent Tholomé a multiplié les aventures et les rencontres, s’impliquant dans bon nombre de projets collectifs.

    On l’a notamment vu/entendu en duo avec Sebastian Dicenaire, Maja Jantar, Laurence Vielle, Xavier Dubois mais aussi en quatuor avec Charles Pennequin, Thierry Aué et Arno Calleja. Il a publié plusieurs livres chez des éditeurs indépendants belges, français et québécois.

    Mickaël Lafontaine (Qc-Fr)

    L’univers de création de cet artiste multimédiatique se situe à la croisée du réel et du numérique, de l’art et du social. Il fait appel à la vidéoprojection et à l’interactivité afin d’incarner le numérique dans la matière et de le faire vivre entre les mains du spectateur qui devient alors créateur. Il développe depuis 2007 des projets de co-création en milieu éducatif et associatif afin d’utiliser l’art et les nouvelles technologies comme facteur de changement social.

    Il convie différents langages tel l’art génératif, la vidéo, les paysages sonores, la poésie ou la typographie afin de créer des performances, des scénographies et des installations centrées sur l’humain, le corps et la contemplation. Tous ses projets font appel à la programmation afin de créer des univers visuels qui évoluent et réagissent tel de véritables êtres vivants.

    Il développe ses projets conjointement en France et au Québec dans des festivals d’arts numériques, des Universités, des écoles, des centres d’arts ou encore des hôpitaux pour enfants.

    Simon Dumas (Qc)

    Artiste interdisciplinaire, ce n’est pas tant l’écriture de la poésie qu’une certaine approche de la création en particulier et du réel en général qui fait que c’est le mot « poète » qui vient le premier à l’esprit de Simon Dumas quand, à l’occasion, il se demande dans quel case se ranger. Langage premier, la poésie fraie son chemin dans les autres modes de création qu’il utilise de plus en plus : mise en scène, arts médiatiques et numériques. Il a publié quatre livres de poésie dont La chute fut lente, interminable puis terminée aux éditions La Peuplade, lequel fut mis en nomination au prix Alain-Grandbois de l’Académie des lettres du Québec en 2009. Le quatrième titre, Mélanie, est paru en mars 2013 aux éditions de l’Hexagone. En 2000, il a cofondé Rhizome, un organisme générateur de projets interdisciplinaires dont le cœur est littéraire. Il en assure aujourd’hui la direction artistique.

    En plus des productions qu’il a pilotées pour le compte de Rhizome, Simon Dumas a mené à bien des projets personnels : trois spectacles, une installation et un court métrage, Projections, qui fut présenté au Rendez-vous du cinéma québécois en 2011. Il a bénéficié d’une résidence d’écriture à Mexico en 2010 et d’une autre à Paris à l’automne 2014.

    Simon Dumas vit à Québec et est directeur artistique de Rhizome.

    Philippe Franck

    Historien de l’art, concepteur et critique culturel, producteur, créateur sonore et intermédiatique, Philippe Franck est directeur de Transcultures, Centre des cultures numériques et sonores. Il est le fondateur et directeur artistique du festival international des arts sonores City Sonic (depuis 2003) et des Transnumériques, biennale des cultures numériques (depuis 2005) en Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Il a été commissaire artistique de nombreuses autres manifestations d’arts contemporains, sonores, hybrides et numériques en Europe et à l’international. Il est le coordinateur des Pépinières européennes pour Jeunes Artistes en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il enseigne également l’analyse de l’image, des médias et multimédias à l’Ecole Supérieure des Arts Saint-Luc (Bruxelles), les arts numériques l’Ecole National Supérieur des Arts Visuels La Cambre et la création sonore à Arts2 (Mons). De 2010 à 2016, il a été responsable des musiques urbaines, des arts sonores et de la création interdisciplinaire au manège.mons.

    Il a réalisé de nombreuses musiques de chorégraphie, performance, vidéos, installations… et a co-réalisé, en 2014, le film Bernard Heidsieck, la poésie en action. Il s’est produit, à l’international, sous le nom de Paradise Now (son projet sonore solo depuis les années 90) ou en collaboration avec Gerard Malanga, Isabelle Vramout, les musiciens électroniques Christophe Bailleau (le duo Pastoral) ou encore de Gauthier Keyaerts (au sein de Supernova), il a produit ou participé à de nombreux disques (sur le label Sub Rosa, Optical Sound, Transonic…) et dirigé plusieurs ouvrages collectifs sur les musiques contemporaines, les arts interdisciplinaires, numériques et/ou sonores.

    14.12.2018 @ Vecteur Charleroi | 14:00

    Les espaces du Vecteur seront investis par des performances (créations ou premières belges) d’Eric Therer/Quelque piéton + invitée surprise (Cinq histoires non pornographiques), Vincent Tholomé + Maja Jantar (Sabi), Vanessa Bell + Etienne Baillargeon (TP4307), une installation audio-visuelle de Mickaël  Lafontaine (L’Audiographe) ainsi qu’une « démonstration » avec Simon Dumas qui présente aussi ses dispositifs poétiques connectés Poésies tactiles et Mauve motel (sur ipad) et deux vidéos de la série Poévies (ici avec la participation/lecture du performeur/éditeur/agitateur québécois Richard Martel et la poétesse montréalaise Catrine Godin) initiée par Philippe Franck en complicité avec Zoé Tabourdiot.

    Un temps de réflexion (modération : Philippe Franck, Simon Dumas) réunira également sur cette thématique l’après-midi des universitaires (dont Arianne Savoie/UQAM et Sofian Laghouati/UCL) et créateurs belges, français et québécois.

    voir // Programme // détaillé
    • 14:00 : Ouverture des installations
      • L’Audiographe de Mickaël Lafontaine
      • Poévies #1 & 2  » (vidéos-lectures de Richard Martel et de Catrine Godin)
      • vidéos de Philippe Franck + Zoé Tabourdiot
      • dispositifs en réseau Poésies Tactiles et Mauve Motel de Simon Dumas/Rhizome
    • 14:30 : Performances
      • Eric Therer/Quelque piéton + Mademoiselle Emy – Cinq histoires non pornographiques
    • 14:45 : Table de réflexion
      • Introduction de Philippe Franck aux problématiques de E-critures (hybrides) 2018
    • 15:00 : Prises de parole
      • Sofiane Laghouati
      • Vincent Tholomé
    • 15:45 : Pause café
    • 16:00 : Prise de parole + performance
      • Ariane Savoie
      • Performance-démonstration de l’Audiographe » par Simon Dumas + Mickaël Lafontaine
    • 17:30 : Apéro + snack
    • 18:30 : Performances
      • Vanessa Bell + Etienne Baillargeon (« TP4307 »)
      • Maja Jantar + Vincent Tholomé (« Sabi »)

    15.12.2018 @ Project(ion) Room Bruxelles | 18:00

    Apéro et introduction de Philippe Franck (Transcultures) et Simon Dumas (Rhizome)

    Performances de Vanessa Bell + Etienne Baillargeon, Vincent Tholomé + Vanessa Bell, Simon Dumas + Mikaël Lafontaine, Eric Therer +guest, + vidéos de Philippe Franck & Zoé Tabourdiot (avec Catrine Godin et Richard Martel)

    Installation de Mickaël Lafontaine

    Transcultures

    Transcultures est historiquement le premier Centre des cultures numériques et sonores en Fédération Wallonie-Bruxelles, initialement créé en 1996 à Bruxelles pour promouvoir et développer les croisements entre les pratiques artistiques/culturelles contemporaines et les enjeux arts/société/technologies. Transcultures explore plus particulièrement les champs hybrides de la création numérique et des arts sonores dans une approche résolument transversale. En 2003, Transcultures a lancé le festival City Sonic, un parcours d’installations sonores, performances et ateliers au cœur de la ville de Mons, et depuis 2005, le centre coordonne la biennale Transnumériques, dédiée aux cultures et émergences numériques. Transcultures est aussi à l’année, un stimulateur de contaminations transdisciplinaires alliant production, diffusion, médiation et réflexion pour nombres de créateurs et projets numériques, hybrides et sonores. Transcultures coordonne également, pour la Fédération Wallonie-Bruxelles, les Pépinières européennes pour jeunes artistes, est membre fondateur du RAN- Réseau international des Arts Numériques et impliqué dans plusieurs échanges/projets européens et internationaux.

    Rhizome

    Centre de création interdisciplinaire en littérature vivante, est un générateur de projets interdisciplinaires dont le cœur est littéraire. Sa démarche, basée sur la recherche et l’innovation, ne perd jamais de vue l’objet littéraire. Le texte, ainsi que son auteur, en sont les fondements. Rhizome initie, accompagne, crée, produit, coproduit, accueille en résidence des projets dans lesquels des auteurs s’impliquent, tant dans le processus de création que lors des représentations. Les formes sont diverses – performances, installations, spectacles – et profitent fréquemment des possibilités qu’ouvrent les technologies numériques. À travers ses productions, Rhizome cherche différents moyens de faire participer la littérature, en tant que discipline artistique, à une démarche interdisciplinaire de création. Le but est de favoriser son décloisonnement et, ce faisant, d’apporter à la pratique interdisciplinaire sa richesse sémantique. Depuis sa fondation à Québec en 2000, Rhizome a produit plus d’une soixantaine de spectacles qui ont été diffusés au Québec, au Canada, aux États-Unis, au Mexique, en Argentine, en France et en Belgique.

    Production

    Production : Transcultures, Rhizome en partenariat avec Le Vecteur (Charleroi) et Projection Room (Bruxelles).

    Avec le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, de l’Entente de développement culturel intervenue entre le ministère de la Culture et des Communications et la Ville de Québec, de la Commission mixte permanente Québec/Wallonie-Bruxelles soutenue par le Ministère des Relations internationales du Québec et Wallonie-Bruxelles International, et du Conseil des arts du Canada, de la Présidence de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la Délégation du Québec à Bruxelles.

    Le Vecteur Charleroi

    Project(ion) Room Bruxelles

    Transcultures
  • 10 > 23.12.2018 | Alain Wergifosse – Espace Résonant – Résidence

    26/11/2018

    En vue de sa nouvelle installation sonore et visuelle dans la série de ses Espaces résonants qui sera présenté dans le cadre de la prochaine édition de La Semaine du Son (Bruxelles), du 26.01 au 4.02.019, Alain Wergifosse travaille sur une série de micros et de capteurs placés stratégiquement dans un espace plus ou moins restreint, qui sont mis en ré-alimentation contrôlée par un système de traitement sonore et visuel.

    En résulte, une composition auto-générative de textures imbriquées qui interagit avec le public. Elle est audible à l’intérieur du lieu et visible de l’extérieur à travers ses vitrines. Murmures, rumeurs, ombres et reflets, vent et mouvement sont ici capturés en temps réel pour être mis en sons et lumières.

    Production

    Avec le soutien de Transcultures, en partenariat avec Project(ion) Room

    Plan

    Transcultures
  • 13.12.2018 | Conférence : Franck Soudan – Machines d’espaces…

    24/11/2018

    Machines d’espaces : ce que la géographie fait à l’ordinateur 

    Dans la série de conférences « Territoires numériques augmentés » initiée par Transcultures et la Faculté d’Architecture et d’Urbanisme de l’Université de Mons, le créateur multimédiatique/concepteur/chercheur français Franck Soudan propose une intervention illustrée en lien avec sa thèse de doctorat obtenue à l’Université d’Annecy « Le code et le territoire » ainsi que ses récentes créations numériques, connectées et géolocatives. « Considérons les dispositifs par lesquels se tissent nos rapports à la géographie actuelle. D’où jaillissent ces innombrables cartes qui glanent nos écrans ? Qu’ébranle-t-on sur Internet lorsque nous y renseignons nos coordonnées GPS ? Et lorsqu’il s’agit de se déplacer, par où commence le corps et où se termine la carte ? »

    En s’appuyant sur des exemples problématiques, notamment issus de sa propre création cartographique, l’artiste/programmeur Franck Soudan proposera lors de cette conférence de faire un état de l’art concernant la géographie numérique, des cartes aux base de données. Engagé pour ses attributs anthropologiques, la cartographie permet alors d’observer comment Internet et les algorithmes ont affecté notre perception de l’espace. En s’emparant de ce nouveau langage de la Terre, on verra comment les arts vont eux questionner les notions de référentiel, de distance et d’orientation, ébranlent ainsi le cristal culturel à travers lequel nous parlons des lieux.

    Enfin, il s’agira de mettre en exergue la prise en charge politique de ces interfaces, quant à observer les données de l’espace-temps que nous leur soumettons et vis-à-vis desquelles nous prenons des décisions en tout genre.

    Franck Soudan

    Artiste-programmeur et chercheur dans le domaine des arts et des humanités numériques, Franck Soudan est attaché au département Communication / Hypermédia de l’Université de Savoie. Ses travaux portent sur les enjeux esthétiques et politiques des logiciels, les algorithmes et leurs conséquences conceptuelles.

    D’une manière très générale, la démarche artistique de Franck s’amorce envers l’idéologie selon laquelle, avec les nouvelles technologies du numérique, nous aurions essentiellement à affronter des problématiques informatiques en ignorant que ces dernières composent d’abord des expériences sensibles inédites, et ambitionnent de s’affirmer comme de véritables projets politiques.

    C’est au milieu de cet interstice, entre éthique et esthétique, qu’il élabore depuis une dizaine d’années des œuvres numériques variées, dont la constante est d’interroger les attributs de ce méta-médium qu’est la programmation.

    Production

    Partenariat Faculté d’Architecture & d’Urbanisme/UMons – Transcultures

    Plan

    Transcultures
  • 09.12.2018 | Le Lieu Moderne #4 – Concerts et projection

    22/11/2018

    Pour son quatrième événement, Le Lieu Moderne en partenariat avec l’alter label Transonic invite Paradise Now (voix, guitare, électronique) qui présente son récent album Migrations (une commande du plasticien ivoirien Jacobleu sur cette thématique) avec en invitée, Isa Belle (bols chantants, Hapi drum) + une sélection de courts métrages (de Natalia de Mello, Régis Cotentin, Alex Boca, Paradise Now/Jacobleu, …) (co)produits par Transcultures/Transonic et dont Philippe Franck (alias Paradise Now) a conçu ou participé à la musique.

    Christophe Bailleau présentera quant à lui, son nouvel opus hybride Firebird, un « cahier poétique » associé à un album en ligne (dans la nouvelle série Sonopoetics du label Transonic) conçu lors d’une résidence Pépinières européennes de création, entre Paris et Charleroi.

     

    Production

    Partenariat Espace Public Numérique Huy, Transonic, Transcultures

    Plan

    Transcultures
  • 04.12.2018 | Conférence Val Kiri – Sérendipité – Science, architecture, art

    20/11/2018

    Qu’est ce qu’un parcours artistique ? Y a t’il une route à suivre ? Comment se constitue un projet artistique sur le long terme ? Ces questions seront abordées lors d’un voyage au gré des différentes influences qui ont marquées l’artiste Valkiri au long de son parcours.

    La Science, l’Architecture et l’Art s’entremêlent autour d’une même volonté : celle de voir et decomprendre. Elles forment un ensemble vivant par liens entre les divers projets qui ont marqués ces disciplines. L’inattendu n’est jamais loin, l’oeuvre n’est jamais vraiment finie.

    Architecte, artiste et bidouilleur, Valkiri aime mélanger les techniques et les usages pour créer des oeuvres particulières et interactives, empruntes de la culture «Do It Yourself».

    Pour lui, créer des liens entre le code informatique, le bricolage mécanique et électronique et le détournement d’objets du quotidien permet d’établir un dialogue fort entre le spectateur et la technologie toujours plus insidieuse et envahissante.

    Production

    Partenariat : Arts2 & Transcultures

    Plan

    Transcultures
  • Résidences Croisées Vice Versa 2018 | Louis-Robert Bouchard & Franck Soudan

    18/11/2018

    Dans le cadre des Pépinières Européennes de Création et de l’échange bilatéral Vice Versa-Résidences arts numériques croisées avec LA CHAMBRE BLANCHE (Centre d’arts visuels et numériques basé à Québec), l’artiste québécois multidisciplinaire des nouveaux médias Louis-Robert Bouchard et le créateur/concepteur/chercheur français Franck Soudan entament, au Project(ion) Room (nouveau partenaire bruxellois de Transcultures), un premier temps de résidence de recherche pour leur projet commun d’installation multiforme In[di]visible.

    L’oeuvre est un dispositif de communication contenant trois éléments principaux : une source de donnés, un dispositif de transfert des données et un affichage de sortie. Ce dispositif tentera d’explorer la relation entre l’homme et les communications numériques modernes à travers le ralentissement, la visualisation, le traitement et la transformation des flux de données électriques et numérique, ainsi que la relation symbiotique, indivisible, de tous ces éléments.

    Louis-Robert Bouchard (Qc)

    À la fois artiste professionnel, concepteur, intégrateur et technicien, Louis-Robert Bouchard participe depuis près de 15 ans à de nombreux projets liés à la sphère des technologies, du son, de l’image et de la scène au sein de divers compagnies, organismes, institutions et collectifs, ainsi qu’aux côtés d’artistes professionnels du milieu de la danse, du théâtre, de la performance, de la musique, de l’art audio, de l’art visuel, de l’art multidisciplinaire, de l’installation audiovisuelle et de la recherche.

    Au fil de ces collaborations, il s’est imposé comme une référence en matière de création multidisciplinaire expérimentale, de projection vidéo complexe, de spatialisation sonore et d’interactivité. Il fonde en 2015 la compagnie de production Interférences (interferences.ca) dont le mandat est de produire des oeuvres qui mélangent les arts et les technologies.

    En parallèle à sa pratique professionnelle, il développe activement sa pratique personnelle : artiste pluridisciplinaire, il associe technologies, musique, art audio, vidéo, installation et arts scéniques dans le contexte d’oeuvres multidisciplinaires complexes et intelligentes.

    Franck Soudan (Fr/Be)

    Artiste-programmeur et chercheur dans le domaine des arts et des humanités numériques, Franck Soudan est attaché au département Communication / Hypermédia de l’Université de Savoie. Ses travaux portent sur les enjeux esthétiques et politiques des logiciels, les algorithmes et leurs conséquences conceptuelles.

    D’une manière très générale, la démarche artistique de Franck s’amorce envers l’idéologie selon laquelle, avec les nouvelles technologies du numérique, nous aurions essentiellement à affronter des problématiques informatiques en ignorant que ces dernières composent d’abord des expériences sensibles inédites, et ambitionnent de s’affirmer comme de véritables projets politiques.

    C’est au milieu de cet interstice, entre éthique et esthétique, qu’il élabore depuis une dizaine d’années des œuvres numériques variées, dont la constante est d’interroger les attributs de ce méta-médium qu’est la programmation.

    Production

    Avec le soutien de Wallonie-Bruxelles International, La Ville de Québec, Conseil des Arts et des Lettres de Québec, Culture et Communication Québec, Conseil des Arts du Canada. En partenariat avec Project(ion) Room pour cette première phase de résidence croisée. Dans les cadre des Pépinières Européennes de Création soutenues par le Ministère français de la Culture.

    Plan

    Transcultures
  • Appel à candidatures européennes : MAP résidences Est-Nord-Est, Québec 2018

    18/11/2018

    APPEL A CANDIDATURES : RESIDENCE D’ARTISTES MAP, CENTRE EST-NORD-EST (ENE),  SAINT-JEAN-PORT-JOLI, QUEBEC, DATE LIMITE DE DEPOT : 01 DECEMBRE 2018

    Dans le cadre de leur programme de mobilité, les Pépinières européennes de Création et le centre Est-Nord-Est lancent un appel à candidatures pour des résidences d’artistes à Saint-Jean-Port-Joli au Québec. Pour sa programmation 2019, ENE accueille deux artistes européens·nes pour des périodes de résidence d’une durée de deux mois chacune.

    Montant de la bourse offerte aux artistes sélectionnés·es

    Le Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) offre une bourse d’un montant de 4 000$ pour une période de résidence de deux mois (8 semaines) à chaque artistes sélectionnés·es.

     

    LA RÉSIDENCE

    Est-Nord-Est (ENE) est un centre d’artistes autogéré dont le mandat est de soutenir une communauté internationale d’artistes et d’auteur·e·s en art actuel en offrant un espace et du temps pour la recherche et l’expérimentation, ainsi qu’un accès privilégié à des ressources et des savoir-faire locaux.

    En 2019, ENE vit un moment charnière de son histoire : suite à la reconstruction intégrale des locaux du centre à même son site actuel, l’année 2019 se déroulera sous le signe du changement, ENE inaugurant ses nouveaux quartiers.

    De huit semaines chacune, les périodes de résidence permettent de réunir quatre artistes et un·e auteur·e en art actuel et sont généralement offertes au printemps, à l’été et à l’automne. Or, ENE a entrepris cette année son grand projet d’immobilisation dans le cadre duquel ses quartiers seront entièrement reconstruits d’ici l’été 2019. Pour assurer l’édification et l’aménagement de son nouveau bâtiment, ENE annule donc exceptionnellement sa résidence de printemps 2019 pour offrir une résidence à l’été et à l’automne. Par conséquent, seulement huit artistes et deux auteur·e·s seront sélectionné·e·s pour la programmation 2019 d’ENE qui se tiendra dans son nouveau bâtiment pour la toute première fois.

    Domaine d’expression proposé pour cette résidence

    Arts visuels et médiatiques

    Périodes de résidence

    • Été : du 8 juillet au 30 août 2019
    • Automne : du 16 septembre au 8 novembre 2019

     

    MODALITES

    Pour toute information complémentaire, n’hésitez pas à écrire à Jacques Urbanska à l’adresse suivante : urbanskaj@hotmail.com > Objet (important) : Pépinières ENE2018
    NB : Est-Nord-Est ne prend pas en charge les frais de déplacement, mais s’engage à vous transmettre une lettre d’invitation qui permettra d’éventuellement trouver par vos propres moyens, auprès de votre gouvernement, une aide complémentaire pour vos billets d’avion.

    La résidence de 8 semaines inclut

    • Des droits de résidence de 4000 $ CAD
    • L’accès à un studio-atelier individuel servant de lieu de travail et d’hébergement
    • L’accès à des équipements spécialisés (bois, métal, céramique)
    • L’accès à un centre de documentation (ouvrages, revues)
    • L’accès à des ressources locales
    • Un soutien technique et logistique
    • L’accès à un vélo

    ENE offre aux artistes

    • Un espace-temps de recherche et d’expérimentation
    • Un accès privilégié à des ressources locales et des savoir-faire diversifiés
    • Une communauté artistique internationale

    Attentes envers les artistes et auteurs/es en résidence

    • Utiliser pleinement la période de résidence offerte pour sa recherche
    • Être présent·e pendant toute la période de résidence
    • Présenter sa démarche et intérêts de recherche en début de résidence lors d’une activité publique organisée par ENE
    • Présenter ses recherches et expérimentations menées pendant le séjour en résidence lors d’une activité publique organisée par ENE à la fin de la période de résidence
    • OPTIONNEL : Proposer un atelier de création pour un organisme jeunesse ou communautaire de la région (un cachet supplémentaire de 100$ est offert aux résident·e·s dont la proposition d’atelier sera retenue)

    Critères d’admissibilité

    • L’appel s’adresse en priorité aux artistes émergents professionnels âgés de maximum 35 ans (le concept d’artiste émergent étant laissé à la discrétion du jury qui se basera en priorité sur le parcours de l’artiste plus que sur son âge)
    • L’artiste doit être reconnu par les pairs à titre d’artiste professionnel
    • L’artiste doit détenir l’une des citoyennetés européennes ou avoir sa résidence et travailler dans l’Union Européenne
    • Un dossier complet doit être remis suivant les modalités ci-dessous

    Composition du dossier

    • Un curriculum vitae (maximum de deux pages en format PDF)
    • Un texte de démarche artistique (maximum d’une page en format PDF)
    • Un texte présentant vos intentions de recherche, d’expérimentation ou de production, incluant vos besoins précis en termes de ressources techniques, s’il y a lieu (maximum une page en format PDF)
    • Un dossier visuel de 10 à 15 images (format JPG) accompagné d’une fiche descriptive des images
    • Pour les vidéos, inclure un lien (Viméo, YouTube) accompagné du mot de passe s’il y a lieu. S’assurer que les vidéos seront accessibles jusqu’au 1er avril 2019

    Envoie du dossier

    • Pour répondre à l’appel, veuillez téléverser votre dossier compressé (format .rar .zip etc. – maximum 500 MB) via la BOITE DE DÉPOT prévue à cet effet | Mot de passe : residence
    • Le dossier uploadé sera nommé comme suit : PEC_ENE-2018_nom_prénom
    • Attendez l’upload complet de votre dossier avant de fermer/rafraîchir la page
    • Après l’upload de votre dossier, veuillez envoyer un email de confirmation à Jacques Urbanska (urbanskaj@hotmail.com) > Objet (important) : Pépinières ENE2018

    * Pour être validée, votre candidature doit obligatoirement être déposée le 1 décembre 2018, minuit (heure de Paris).
    *Aucun dossier envoyé par la poste, incomplet ou reçu après la date de tombée ne sera accepté.

     

    INFORMATIONS COMPLÉMENTAIRES

    Fondé à l’origine sur la rencontre entre les pratiques contemporaines de la sculpture et celles relevant d’un savoir-faire traditionnel régional, ENE est aujourd’hui ouvert à toutes les disciplines et pratiques en arts visuels et médiatiques actuels. Les résidences à ENE s’adressent aux artistes professionnels, établis et émergents, venant de partout dans le monde. Ces séjours offrent aux artistes et aux auteur·e·s l’occasion d’approfondir leurs recherches, d’expérimenter, de créer dans un espace culturel unique, vivant et stimulant. ENE fait partie du réseau de résidences d’artistes Res Artis, des organismes d’accueil pour les Pépinières européennes pour jeunes artistes et est membre du Regroupement des centres d’artistes autogérés du Québec.

    Le logement

    Est-Nord-Est leur offre un atelier individuel, un important soutien technique, des outils permettant le travail du bois, du métal et de la pierre et l’accès aux équipements informatiques. De plus, chaque artiste dispose d’un vélo pour circuler à Saint-Jean-Port-Joli.

    Voir la liste complète de l’équipement sur le site de la structure

    Le territoire

    Le centre est situé à Saint-Jean-Port-Joli, un village sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent, dans un cadre géographique et historique unique. Les paysages se caractérisent par la forte présence de l’agriculture, de la forêt et du fleuve. Saint-Jean-Port-Joli se trouve à 115 km de Québec et à 350 km de Montréal.

    La sélection des artistes est guidée par les critères suivants

    • La qualité artistique des propositions
    • L’impact potentiel de la résidence sur le parcours de chacun·e
    • La mixité constructive des pratiques
    • La mixité des genres et des générations
    • La représentativité des résident·e·s québécois, canadiens et internationaux

    Les dossiers sont évalués par un jury de pairs. Pour chacune des résidences, ENE sélectionne des artistes et des auteur·e·s dont les pratiques sont à la fois complémentaires ou dialogiques entre elles, et conformes à son mandat.

     

    Les Pépinières Européennes de Création

    Les Pépinières Européennes de Création favorisent et accompagnent la mobilité des jeunes artistes dans une dynamique de professionnalisation sur la scène européenne et internationale. Pour mettre en oeuvre ces actions, les pépinières développent des programmes de mobilité, de création, de coproduction, de diffusion et de formation qui permettent à de jeunes artistes et de jeunes professionnels de la création de développer des projets artistiques dans le partage avec les publics qu’ils rencontrent. Dans une approche transversale et prospective, les Pépinières sont ouvertes à toutes disciplines artistiques et seront particulièrement attentives aux nouvelles pratiques créatives hybrides ainsi qu’aux cultures numériques.

    Production

    Ce programme de résidences internationales est rendu possible grâce au soutien financier du Conseil des arts et des lettres du Québec (CALQ) – Résidences d’accueil en partenariat avec les Pépinières Européennes de Création.

    Coordonnatrice nationale : Diane Isabelle, Chargée de programmes
    Direction du soutien à la diffusion et au rayonnement international, Conseil des arts et des lettres du Québe

    Plan

    Transcultures
  • 17+18.11.2018 | Transcultures & City Sonic @ Ars Musica 2018

    02/11/2018

    Pour cette édition 2018 au programme très dense, Ars Musica explore ces voies qui ont transformé l’art musical au fil du temps. De la lutherie aux spatialisations désarçonnantes, des environnements inattendus aux virtualités enivrantes, le programme du festival plonge l’auditeur dans un bain d’innovation, ouvrant des fenêtres sur un futur ou un passé qui semblait être le futur en son temps.

    Transcultures propose deux installations aux Brigittines, dans le cadre d’un grand Marathon Inouï (où on retrouve également des performances de Mathias Delplanque, Luc Ex ou encore Pierre Bastien avec ses « Quiet motors ». A l’intérieur, Air, une installation-création in-situ du collectif VOID qui utilise des basses fréquences sonores inaudibles pour l’oreille humaine (ce que nous admettons comme du silence). Diffusées dans un tube, elles propagent un déplacement d’air à travers l’instrument à vent qui commence à sonner. Cet orchestre aérien génère un paysage sonore qui constitue une expérience englobante aux sonorités organiques et volatiles.

    A l’extérieur, X-BELL X-1 de Raymond Delepierre (Be) est une installation sonore pour mégaphones historiques datant des années 1960 jusqu’aux années 2010, qui ont servi dans de multiples manifestations militaires, culturelles, politiques et sociales. Par leurs formes semblables à des cloches d’appel, des cloches d’alerte, pour des évènements de vie et de morts, ils constituent une mémoire collective intrinsèque. Cette installation propose l’émergence d’une posture d’écoute individuelle au sein d’un collectif, par son pouvoir à extraire l’auditeur de son environnement familier. Les sons émis isolent le lieu. Le champ d’action sonore procure une vie propre et autonome à l’espace. La partition sonore, accordée avec le milieu d’écoute et son environnement tonal, remplace les voix du passé qui ont traversé les fils, les câbles, les membranes de ce matériel et fait résonner l’air de milliers de particules sonores oubliées. Les mégaphones émettent des sonorités s’apparentant à des cloches dépouillées du son de l’attaque du battant lorsqu’il rencontre la panse de la cloche. Une longue et lente résonance se fait entendre. Il en résulte, une composition micro-tonale et non intrusive diffusée en multipoints au travers les diffuseurs mégaphoniques. La multiplication des sources crée des rencontres acoustiques in situ et se matérialise par des battements longs et harmonieux. Des fragments de paroles s’évaporent de ces cônes à sons. Le nom X BELL X-1 est l’association du nom de l’avion américain BELL X-1, cet avion fut le premier à franchir le mur du son pendant la seconde guerre mondiale, et du (x) mathématique signifiant une inconnue.

    D’autre part, Transcultures est également complice de plusieurs autres événements d’Ars Musica 2018 dont l’installation Fading du compositeur/pianiste belge Jean-Luc Fafchamps et du plasticien Michel Lorand (à l’ERG, du 1411 au 01.12) à partir de l’opéra pour soprano de Morton Feldman, Neither, le concert subaquatique devenu historique – Sonic Waters – de Michel Redolfi (Fr) le 25 novembre aux Bains de Bruxelles, la soirée Intanarumori (29.11 Espace Senghor) où les célèbres instruments pionniers futuristes italiens reconstitués participent de l’instrumentarium de pièces écrites par plusieurs compositeurs (Cifardi, Romitelli, Medeksaite, Bettens,…) interprétées par l’Ensemble XXI.

    A recommander également la création du sampler composer nord-américain David Shea (électroniques, bols- Sub Rosa) avec la pianiste Jean-Philippe Collard-Neven précédé d’un concert de piano jouet du duo Pestova/Meyer (Balsamine le 12.11) ou encore le concert de l’ensemble Musiques Nouvelles (direction : Jean-Paul Dessy) avec le guitariste Fred Frith (avec une création Something about this Landscape)  que le festival met à l’honneur, à Bozar le 24.11 Ars Musica 2018 propose aussi des master classes et des moments de rencontre et de réflexion avec notamment un colloque (+ expo) sur les rapports musiques-architectures (14.11) et une conférence du metteur en scène italien Romeo Castelluci avec le créateur audio matiériste Scott Gibbons (21.11) à l’Académie Royale des Beaux-Arts de Bruxelles.

    Production

    Partenariat Ars Musica/Transcultures

    Plan

    Transcultures
  • 15.11.2018 | Interactions corps – sons numériques @ LUMEN #3

    02/11/2018

    Cette rencontre propose une introduction à des démarches et recherches audio artistiques des plus singulières et les plus diversifiées, conviant les participants à rendre leur curiosité audible et leur écoute active. Plusieurs artistes issus d’horizons différents, sont invités à présenter leur démarche exploratoire illustrée par une sélection de leurs œuvres autour de la thématique Interactions corps/sons numériques.

    Depuis plusieurs années, le corps est de plus en plus sollicité par des dispositifs numériques interactifs qui peuvent prendre diverses formes hybrides (installations, performances, œuvres connectées…). Ceux-ci permettent au participant – créateur ou visiteur – de devenir physiquement actif en déclenchant des sons traités selon plusieurs variables et en explorant, de manière sensorielle, des nouveaux univers techno-artistiques. Le corps devient alors un véritable instrument multimédiatique remettant le geste au centre du processus créatif.

    Une rencontre organisée en partenariat avec Transcultures, modérée par Philippe Franck (directeur de Transcutures et du festival City Sonic) avec la participation de

    Stéphanie Laforce (créatrice sonore/intermédiatique, musicothérapeute), Todor Todoroff (compositeur, artiste numérique), Cendres la Rouge (compagnie lilloise membre du collectif Métalus à chahuter – Jean-Benoît Nilson, metteur en scène, Ivan Cruz, compositeur ), Maxime Van Roy (étudiant à l’école des arts visuels de Mons Arts2).

    Après les présentations-discussions, Stéphane Laforce propose, au Centre de la Marionnette, une performance dans le dispositif de son installation sonore et interactive Ce qui nous lie (soutenue par Transcultures).

    Production

    Partenariat Centre de la Marionette/Transcultures

    *visuel : Todor Todoroff & Laura Colmenares Guerra – eVanescens project 2012

    Plan

    Transcultures
  • 10.11.2018 | Humanité technologique, corps et figures @ Mon Père ce Robot ?

    02/11/2018

    A l’occasion de ses vingt ans, la Maison du Livre interroge le futur ! Quel futur voulons-nous et aurons-nous le choix ? Le point de départ est de constater un mouvement simultané, voire convergeant, d’hybridation entre l’homme et la machine : l’humain tendrait à se machiniser, tandis que la machine s’humaniserait. Intelligence artificielle, robotique et algorithmes d’un côté ; prothèses, implants, interventions sur le génome et numérisation des organes de l’autre. En viendrons-nous à abolir la distinction entre vivant et non-vivant ? L’être humain est-il entièrement numérisable ? La tâche sera de faire la part du réel, de la fiction, de la mythologie et de l’enfumage.

    Dans ce cadre Jacques Urbanska (chargé de projets chez Transcultures) animera une table ronde autour des croisements arts/science avec la participation de Philippe Boisnard (artiste numérique et écrivain), Eric Minh Cuong Castaing (chorégraphe), Lorena Jouven (danseuse), Thomas Peyruse (ingénieur et roboticien).

    Production

    En partenariat avec Transcultures

    Événements du mois de novembre @ Mon Père ce Robot

    Rencontres

    Cinéma

    Plan

    Transcultures
  • 08.11 > 08.12.2018 | Digit’ars Fabrica @ Mundaneum – Architectes de Paix

    01/11/2018

    Avec la manifestation « Architectes de la paix », le Mundaneum désire raconter l’histoire de deux laboratoires de paix au cœur de l’Europe: le Palais de la Paix à La Haye, Pays-Bas, par le droit international et la coopération ; le Mundaneum par la culture et la connaissance partagée. Ces deux laboratoires sont des sites « Label Patrimoine européen »: les visiteurs y retrouvent un peu de l’ADN européen à travers sa culture, son identité, ses valeurs.

    Dans ce cadre, s’inscrit la troisième édition de  « Digital’Ars Fabrica » (plate-forme transversale de diffusion pour les arts, cultures et jeunes talents numériques initiée par le Mundaneum et Transcultures) propose  :

    I am You are
    Fabien Zocco (Fr)
    Installation générative

    Des phrases se succèdent, toutes construites à partir du même modèle «I am … and you are …». Les qualificatifs qui complètent la phrase sont tirés au hasard dans une liste d’adjectifs. Le processus déplie une suite d’assertions allant du tragique au grotesque, réduisant toute définition de l’identité à un ensemble fini de qualités pré-déterminées.

    Sideways OF Peace
    art2.network (Be/Fr)
    Installation connectée (projet Odonymis) – Creation

    Le logiciel conçu par les artistes cherche les lieux géographiques (avenue, rues, places…) où le mot « paix » apparaît, traduisant en tant réel la présence de ce dernier en un parcours cartographique contemplatif. Un chemin sans fin commence, alors que la caméra virtuelle survole ces lieux en silence, laissant le spectateur interroger le (non)sens de ces appellations contrôlées du territoire.

    OPOZ
    art2.network (Be/Fr)
    Installation connectée (création)

    En temps réel, le programme conçu par les artistes récupère, parmi les statuts publiés sur Twitter, ceux faisant référence à la guerre ou à la paix. Extraits de leurs contextes respectifs et anonymisés, ces messages entrent dans une sorte de conversation sms sans dialogue. Le concept d’opposition (opoz en radical international) est la relation de deux objets placés l’un en face de l’autre, ou de deux mobiles qui s’écartent ou se rapprochent d’un même point.

    Migrations
    Paradise Now (Be)
    Installation vidéo

    En complément et également en résonance avec la thématique de l’exposition temporaire du Mundaneum, l’alter label Transonic présente deux vidéos réalisées par le créateur sonore et intermédiatique Paradise Now à partir des oeuvres visuelles du plasticien ivoirien Jacobleu ayant pour thème des migrations (titre de l’album du dernier album de Paradise Now sorti sur Transonic).

    Digit’ars fabrica

    Croisant différents regards sur les mutations sociétales et technologiques, diverses formes de recherche et de créativité,  le Mundaneum et Transcultures ont choisi de mettre en lumière les projets d’artistes numériques en un lieu qui les invite au dialogue avec le monde de l’archive et l’Histoire…

    Les arts numériques offrent une opportunité sans pareil de mettre en perspective les questions de société qui animent le Mundaneum. Devenu musée de société au fil du temps, le Mundaneum fait dialoguer passé et présent, recyclant mémoire et prospective en clé de compréhension du présent.

    Tel un label « arts numériques » transversal à sa programmation, les Digit’Ars Fabrica augmentent chacune des expositions temporaires du Mundaneum du potentiel d’évocation d’œuvres à dimension numérique.

    Production

    Digit’ars Fabrica production : Mundaneum – Transcultures. Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles (arts numériques). En collaboration avec les Pépinières européennes de Création.

    Plan

    Transcultures
  • 04.11.2018 | Le Lieu Moderne #3 – Projection + Concerts

    27/10/2018

    Initité par le musicien et artiste visuel Christophe Bailleau, Le Lieu Moderne est un nouvel espace de diffusion audio-visuelle à Huy (chaque mois accueilli par la bibliothèque communale), de découverte de nouveaux talents musicaux et artistiques de la région (et au-delà) célébrant la création hors norme tous styles confondus et une certaine idée de la modernité aventureuse.

    Cette troisième édition permettra de découvrir des projets surprises de courts-métrages musicaux et un concert de Amplidyne Effect (Macédoine) + guests Didié Nietzche, Christophe Bailleau et quelques invités surprises.

    Production

    Partenariat Espace Public Numérique Huy, Transonic, Transcultures

    Plan

    Transcultures