Contact us @ +32(0)65 59 08 89 - contact@transcultures.be

28.11.2015 – Transdémo – Transnumériques @ Mons2015

28.11.2015 – Transdémo – Transnumériques @ Mons2015

Petites formes performances hybrides et numériques

Initié par Transcultures à l’occasion des Transnumériques en 2012, Transdémo offre une plateforme de visiblité à des petites formes hybrides et numériques (performances, installations, dispositifs médiatiques…).À cette occasion les artistes présentent des work in progress. Le public ainsi que les professionnels sont invités à donner leur feedback à l’occasion d’une rencontre conviviale qui suit la présentation de ces travaux.

Pour cette édition 4 formes vous seront présentées :

Alexandra Dementieva (Ru) + Maurice Charles JJ (Be) : Tunnel Hearing (work in progess)

Tunnel Hearing est une performance live et une œuvre vidéo dans laquelle son et image se produisent de manière réciproque, aussi bien métaphoriquement que dans un sens très littéral. La mystérieuse relation entre eux persiste, même quand les bases physiques de leur interaction s’installent dans l’ouïe et la vue du public. Les sons deviennent des lueurs de lumière et l’ombre une variation de timbre.

Junkai Chen (Cn) + Corentin Clouet (Fr) + Victor Huguenin (Fr) : Pour peindre un concert

Le chef d’orchestre dessine les enveloppes, timbres, tempos avec des traits abstraits. Mais, devant lui, une toile virtuelle qui se déplace de gauche à droite. «Pour peindre un concert» s’inspire de cette idée mais ici les gestes deviennent picturaux, c’est une performance multimédia qui se compose avec le corps. Le geste est visuel, c’est un langage propre. Il peut diriger l’interprète, le haut-parleur, le projecteur, les machines… Ici, les gestes composent la musique, construisent les images en mouvement, commandent les instruments sonores, sculptent la lumière et la voix.

Luis Miguel Girao (Pt) : Homo Conscientis

Homo Conscientis est une experience audiovisuelle utilisant la bioéélectromagnétique. Dans une réflexion sur les conséquences des interactions entre des entités biologiques et les spectres électromagnétiques, Luis Miguel Girao dans sa performance de Homo Conscientis souligne les interactions entre les êtres biologiques – le public. En se focalisant sur leur dimension spirituelle, des formes de communication alternatives se créent, assemblant et élevant la conscience du public à un niveau collectif.

Philippe Boisnard (Fr) : Shape of memory

La volonté des hommes de conserver à l’infini leur mémoire visuelle et sonore est devenue une des intentions majeures de nos contemporains. Cette conservation ne se faisant plus dans des albums physiques, mais en temps réel comme cela est rendu possible avec des sites de partage d’images de photographies comme flickr ou les clouds. Toutefois, toutes ces photos s’entassant en liste, à peine téléchargées, elles sont déjà prises dans la spirale de l’oubli produit par le flux de la mémorisation. Peu à peu elles se dissolvent dans les dépôts amnésiques d’internet, si elles ne sont pas régulièrement réactivées par des requêtes. Internet devenant une fosse à bitume pour la mémoire, tout s’engluant dans ses strates, son mille feuilles. Comment la machine seule, à partir de ce qui a été programmé, peut-elle redonner cette mémoire ?
Shape of memory est une oeuvre générative, fonctionnant en temps réel avec le web, qui met en perspective les flux d’images, vidéos, textes et la logique d’oubli qui les caractérise.

L’oeuvre se présente comme des formes de flux remixant des milliers d’images (prises sur flickr), de vidéos (youtube) et de textes (wikipédia), à partir de ce qui détermine la nature des critères de visibilité de la mémoire numérique : les hits.
Ainsi, plus que de la simple data-représentation, il s’agit d’indexer le degré de dégradation de cette data-représentation, il s’agit de montrer sa fêlure interne qui n’est autre que son objectivité accumulative liée à l’affect, au choix des hommes.
Que produirait une machine voulant reconstituer l’homme à partir des critères humains actuels du référencement de la mémoire numérique ?

Le spectateur voyage dans l’univers de cette mémoire, et peut interagir directement avec la base de données qui se constitue progressivement et se dégrade de même.

Production

 

  • Organisation-production : Transcultures
  • En co-production avec la Fondation Mons 2015 et le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles (arts numériques)

 

Plan