Contact us @ +32 (0)71 31 71 26 - contact@transcultures.be

Vernissage le lundi 04 fevrier 2013 : Tentative d’épuisement d’un lieu montois (création) de Mauro Vitturini (M4M project)

Vernissage le lundi 04 fevrier 2013 : Tentative d’épuisement d’un lieu montois (création) de Mauro Vitturini (M4M project)

Mons > La Médiathèque > 18:30

Dans le cadre du projet européen M4M (M for mobility), Transcultures accueille en résidence Mauro Vitturini, compositeur et artiste numérique italien qui propose une installation dédiée à la Ville de Mons. Tentative d’épuisement d’un lieu montois est une œuvre audio et plastique librement inspirée du roman de Georges Perec. Mauro Vitturini utilise le son comme langage universel, proposant une relecture de sons glanés aux quatre coins de Mons.

Nous vous invitons à découvrir le travail de cette œuvre sensible le lundi 4 février 2013, à 18h30 à l’auditorium de la Médiathèque, Ilot de la Grand’Place (face au centre de prêt de la Médiathèque de Mons).

A 19h, Arnaud Eeckhout, artiste multimédia montois proposera une performance sonore en utilisant le dispositif de l’installation.

L’installation sera également visible mardi 5 et mercredi 6 février 2013 de 14h à 18h.

  • Entrée gratuite

Production : Transcultures

M4m est soutenu par la Commission européenne (EAC-Culture Programme)

Remerciements/special thanks : La Médiathèque/Le manège.mons, Fondation Mons 2015, Pépinières européennes pour jeunes artistes et également Philippe Meunier, Lucie Fournier et Isa Belle.

mauro-vitturini_vernissage_transcultures-2013

A propos de ce projet…

Tentative d’épuisement d’un lieu montois (création) de Mauro Vitturini

“Cette installation présente une étude de la ville de Mons à travers les moyens sonores mais aussi sur le son lui même. Des enregistrements réalisés pendant ma période de résidence M4m chez Transcultures ont été traités et joués par différents dispositifs et de diverses manières.  Ce travail s’inscrit dans une recherche sur le son sur laquelle je travaille toujours : le son en tant que trait d’union entre les dimensions conscientes et inconscientes. En fait, le son participe à la définition des choses, soulevant à l’occasion également une dimension achétypale, sans imposer une vision personnelle pour autant, et laisse donc les auditeurs libre de jouir de leur imagination stimulée par une autre forme de perception.  Le son est analysé également comme un agent dynamique capable de changer la perception sensorielle et conceptuelle de l’espace, des choses et des mots pour trouver un langage universel qui peut être vu et entendu par tous. Le son est alors comme à voir, même si nos yeux n’en sont de facto pas capables.

Une partie de l’installation est faite de tubes plexiglas suspendus au plafond qui diffusent des enregistrements pris autour de lieux, de demeures et de quarties montois. L’autre partie est une composition pour laquelle des enregistrements urbains sont devenus des partitions musicales ensuite interprétées par un logiciel avec un piano et un synthé. Cette composition est diffusée par des hauts-parleurs faits à la main et réduits au minimum, le processus mécanique étant mis à nu et démystifié.  Dernier élément du dispositif : une grande photo faite d’une série d’instantanés, représentant une femme qui prononce une phrase à décripter”.

Mauro Vitturini Bio

Né à Rome en 1985, Mauro Vitturini après avoir suivi des études  scientifiques et humanistes, et après un bref passage à l’Université La Sapienza, il s’inscrit à l’Académie des Beaux-Arts de Rome tout en continuant la musique jusqu’en 2007. Sa recherche est basée sur une analyse de la perception de la réalité, ses actions visent à court-circuiter la connaissance individuelle et culturelle des choses, et la relation de l’homme avec les périphériques. Il s’intéresse particulièrement à l’interaction avec l’espace, le son et la sémantique de l’enquête en continu, grâce à des processus de déconstruction visant à saper les certitudes conventionnelles et à poser de nouvelles questions. Actuellement, Mauro Vitturini vit et travaille entre Rome et Londres.

M4M (M for mobility)

M4m (M for mobility) est un programme de mobilité artistique soutenu par la Commission européenne, et mis en oeuvre par 7 cosignataires (chef de fil : Tanec Praha) de 6 pays européens différents et 14 partenaires associés. Ce programme qui se construit autour de résidences et workshops a pour ambition de favoriser les rencontres, l’échange et le travail en commun entre jeunes artistes et jeunes professionnels des métiers de la création et de la culture intervenant dans les différentes étapes de la production d’un projet artistique.

M4m vise à :

  • développer des synergies de professionnalisation entre jeunes artistes et jeunes professionnels des métiers de la création et de la culture dans un contexte européen
  • favoriser les échanges d’expériences et le transfert de compétences pour initier des méthodologies de travail à partager en commun
  • rendre lisible la qualité des démarches d’une jeune génération d’artistes, qui invente, dans l’échange, les regards de demain

Partenaires