Contact us @ +32(0)65 59 08 89 - contact@transcultures.be

28.05>12.06.2016 – Digital Echoes @ BAM Mons – Nicolas Maigret + selection digital videos

28.05>12.06.2016 – Digital Echoes @ BAM Mons – Nicolas Maigret + selection digital videos

Invité par le Musée de Beaux Arts de Mons à proposer une sélection d’oeuvres numériques en écho à l’exposition Premiers vidéastes – Terry Fox/Bill Viola qui y est montrée, Transcultures présente, en première belge, l’installation connectée The Pirate Cinema de Nicolas Maigret (France) qui rend compte de l’activité invisible et de la géographie du processus de partage pair-à-pair.

Autour de cette installation, une sélection de vidéos où son et images numériques interagissent : Christophe Bailleau, Régis Cotentin (sur une musique Paradise Now), Natalia de Mello (sur une musique Isa Belle+Paradise Now), Thomas Israël, Radio Prague, Pao Paixao (sur une musique de Phil Maggi), Jacques Urbanska & Paulo do Santos, François Zajéga (sur une musique Gauthier Keyaerts).

The Pirate Cinema (installation en réseau) - au sous sol

Dans le contexte de la surveillance omniprésente des télécommunications, The Pirate Cinema révèle l’activité cachée et la géographie des partages de fichiers peer-to-peer* en temps réel. Dans cette salle de contrôle, la surveillance omniprésente des télécommunications devient globale, révélant comment les média vidéos sont consommés et diffusés à l’échelle mondiale. Chaque fragment de vidéo inclut les coordonnées géographiques de l’utilisateur source et de son destinataire, dépeignant ainsi une topologie de la consommation des médias numériques et de la dissémination mondiale des contenus. The Pirate Cinema transforme les utilisateurs du réseau BitTorrent en contributeurs d’une composition audio–visuelle infinie.

The Pirate Cinema fonctionne avec un logiciel d’interception de données. Il révèle à travers un simple détournement, les différents aspects des plates-formes d’échanges, tels que la nature globale et multi-localisée des réseaux Peer-to-Peer (P2P), le potentiel de transmission virale, ou les modèles sociaux alternatifs qui en découlent. Son but est de rendre disponible pour l’exploration esthétique les qualités intrinsèques de l’architecture Peer-to-Peer. L’installation s’appuie sur un système automatisé qui télécharge constamment les torrents les plus vus. Les données interceptées sont immédiatement projetées sur un écran, puis effacées. (Michel Bauwens)

* Le «Peer to peer» est beaucoup plus que du partage de fichiers Il s’agit en fait, de la façon dont les ordinateurs sont organisés. Mais la question cruciale est la façon dont les gens eux-mêmes sont organisés. Donc le «Peer-to-Peer» est une relation dynamique dans un réseau de distribution. C’est un réseau dans lequel chaque individu a la liberté d’agir et la liberté de s’engager dans une relation sans en demander la permission […] il permet aux individus de produire, de distribuer, de partager, de collaborer avec d’autres personnes sans demander d’autorisations.

The Pirate Book (essai-archive)

Présentation numérique de l’essai-archive « The Pirate Book » (2015) de Nicolas Maigret (Fr) et Maria Rozkowska (Pl) avec la participation de Jota Izquierdo, Christopher Kirkley, Marie Lechner, Pedro Mizukami, Ernesto Oroza, Clément Renaud, Ishita Tiwary, Ernesto Van der Sar (torrentfreak.com) et Michaël Zumstein.

Une compilation d’histoires sur le partage, la diffusion et l’expérience des contenus culturels en dehors des frontières des économies, politiques et juridictions locales. Livre en vente à la librairie du BAM.

Publié par Aksioma – Institute for Contemporary Art, Ljubljana
et le Pavillon Vendôme Art Center, Clichy
Production : Aksioma, Pavillon Vendôme , Kunsthal Aarhus , Abandon Normal Devices Design Maria Roszkowska – Tous les textes sont copyleft. Avec le soutien du the Programme Creative Europe de l’Union Européenne, du Ministère de la Culture de la République de Slovénie, de la Ville de Ljubljana.

Sélection vidéo Transcultures

regis-cotentin_fade-into-you__digital-echos_BAM_Musee-des-beaux-arts-Mons_Transcultures-2016Régis Cotentin (Fr) : Fade into you / Fade out to you (2013-2014, 7’+7’)

Fade Into You et Fade out to you forment un dytique fantasmagorique clair/obscur, une projection d’images fantomatiques qui montre que le son réinvente sans cesse notre mémoire visuelle. Le temps suspendu, dans l’apesanteur du cosmos numérique, des motifs lumineux et des figures scintillantes émergent au son d’une musique à dominante guitaristique évocatrice et voyageuse.

Musique : Paradise Now – Photographie : Peter Panic Effets spéciaux : Penelope Tree Arrangements sonores : Lavender Hill – Réalisation : Régis Cotentin
Production : Régis Cotentin, Transcultures.

 

Pao Paixo (PT) : Kali Yuga (edit 2016)
Musique : Phil Maggi

Selon les hindous, le corps se compose de 5 éléments sacrés, l’eau l’air la terre, le feu et l’éther. Je crois que nos rêves et nos croyances aussi se décomposent. Dans sa forme installation, Kali Yuga a été créé lors d’une résidence artistique de 6 mois en Inde. Elle a été présenté pour la première fois à l’Exposition Internationale d’art contemporain Apo-Calypse, en 2012 à Vevey/Suisse et dans le cadre du projet européen Park in Progress au festival City Sonic à Mons en 2014.

L’installation a ensuite donnée naissance au film From Ganga to Bollywood et à une performance multimédiatique et sonore Derush #1 réalisée en collaboration avec l’ariste numérique Jacques Urbanska et l’artiste sonore Phil Maggi dans le cadre du projet européen M4m (M for mobility) co-organisé par Transcultures.

 

jacques-urbanska_paulo-dos-santos_ball-bunny-girl__digital-echos_BAM_Musee-des-beaux-arts-Mons_Transcultures-2016Jacques Urbanska (Be) + Paulo Dos Santos (CH/PT) : Ball Bunny Girl (2005-06)
Avec la participation de Ariane Loze.

Il y a une fille dans un fauteuil. Et aussi quelqu’un qui la filme, et aussi quelqu’un d’autre qui filme, et aussi une peluche, et aussi une insignifiante petite balle rouge, et aussi un avant et un après qu’on peut bien imaginer, parce que l’amour c’est jamais facile pendant, parce que le sexe c’est des mots qu’on met parfois dessus, parce que c’est comme ça. On fait ce qu’on peut aussi…

Production : FAR, So close.

 

Christophe Bailleau (Fr/Be) : Fumigène (2013 – 5’05’)

Un voyage sonore dans la campagne près de Huy (Belgique) où habite l’artiste, des rencontres fantomatiques, des voitures qui se répondent, un rêve éveillé…

Production : Transcultures

 

thomas-israel_t-comme_digital-echos_BAM_Musee-des-beaux-arts-Mons_Transcultures-2016Thomas Israël (Be) : T comme… (2013 – 3’33)

Une méditation sur le temps à partir d’une image de bureau Apple…

Réalisation, texte et voix : Thomas Israël

Thomas Israël (Be) : Looking for Cindy (2007 – 3’42)

Ce film fût crée dans le cadre de la performance Pouliche de la chorégraphe québécoise Manon Oligny, pièce conçue comme des portraits chorégraphiques abordant le thème de la femme sauvage. Dans ce spectacle, Thomas Israël propose un regard vidéo sur l’œuvre de Cindy Sherman (aussi comme catalyseur de l’inconscient féminin) et une interaction de l’image vidéo avec les mouvements de la danseuse.

Chorégraphie et éclairage : Manon Oligny – Danseuse : Anne-Marie Boisvert
Coproduction : In Progress asbl & Cie Manon fait de la danse en résidence à la Cité internationale des Arts, Point Éphémère et Centre National de la Danse à Paris.

 

Radio Prague (Be) : Anorexia (edit 2016)

Cette vidéo s’inspire de la fin de vie de Robert Eads, un transsexuel américain (de femme vers homme). Souffrant d’un cancer des ovaires, il essuya les refus d’une vingtaine de médecins craignant que le fait de soigner un tel patient nuise à leur réputation. Lorsqu’il obtint enfin un traitement, il était trop tard pour le sauver. La vidéo a été réalisée à partir de vidéos amateurs de transexuels, de fleurs et de gros plans de regards. Ces vidéos ont été transformées en GIFs, puis « glitchées » et superposées les unes aux autres.

La musique a été entièrement réalisée à partir de micro-samples tirés de l’album Exit: Reality du groupe métal belge Asphyxia (bassiste Calogero Marotta, à présent membre de 48 Cameras). Les voix proviennent du documentaire Southern Comfort (2001) de Kate Davis, consacré aux derniers mois de la vie de Robert Eads.

Réalisation et musique : Radio Prague
Avec le soutien de Transcultures.

 

carnages_hitomi_and_the_yakuzas_francois-zajega_digital-echos_BAM_Musee-des-beaux-arts-Mons_Transcultures-2016François Zajéga (Be) : Carnages (2015)
Musique : Gauthier Keyaerts

Carnages est une série de tableaux génératifs. Chacun d’eux est basé sur une vidéo pornographique sélectionnée pour ses qualités plastiques. Cette vidéo est ensuite retravaillée algorithmiquement pour permettre l’apparition d’une sensualité nouvelle, évoquée par des formes humaines qui se frôlent, apparaissent et disparaissent dans un magma pictural.

Avec le soutien de Transcultures.

 

Natalia de Mello (Pt/Be) : Foundation (2016 – création)

A partir de la pièce sonore, méditative et immersive Foundation composée principalement à partir de différents bols tibétains et de gongs manipulés par Isa Belle et la participation de Paradise Now (traitements électroniques, voix) et Maurice Charles JJ (saxophone, traitements électroniques), Natalia de Mello a réalisé le premier volet d’un tryptique mêlant éléments naturels, matières organiques et images personnelles des musiciens en action ou au repos.

Production : Transcultures.

Evénement de finissage le dimanche 12.06

Isa-Belle-klang-massages-Lentos-Museum-Linz-08--City-Sonic_TransculturesPerformance sonore Isa Belle + Paradise Now + Maurice Charles JJ. Avec bols tibétains, gongs, percussions, saxophone, traitements électroniques, guitare et voix…

Un moment de poésie vibrante et d’harmonie allongé sur l’herbe ou sur un transat, les oreilles grandes ouvertes dans le jardin du BAM – entrée libre !

Production : Transcultures en partenariat avec le pôle muséal de la Ville de Mons

Production

Production – Transcultures en partenariat avec le pôle muséal de la Ville de Mons

Plan