Contact us @ +32 (0)71 31 71 26 - contact@transcultures.be

Media Arts Center

Toutes les news

  • 20-09-2015 – Concerts : Nicolas D’Alessandro + Musiques Nouvelles + Dominique Lawalrée

    16/09/2015

    Le concert Voix des Anges est une performance connectée. Quatre musiciens interagissent sur la scène d’Arsonic : Nicolas d’Alessandro (handsketch), Jean-Paul Dessy (violoncelle), Hughes Kolp (guitare) et Adrien Lambinet (trombone). Un système central sur le web joue en quelque sorte le rôle d’un cinquième musicien.

    Ainsi, une vingtaine de participants anonymes sont invités à rejoindre l’expérience interactive grâce aux réseaux sociaux. De la scène, les musiciens peuvent leur envoyer des instructions symboliques, guidant leurs déplacements. Ces déplacements au sein du territoire sonifié contribuent à une création sonore propre, fruit de l’interaction entre les musiciens sur scène et les participants dans la ville.Les quatre musiciens in situ sont donc « accompagnés » par les déambulations des participants dans la ville.

    Avant et après cette création, Dominique Lawalrée propose, dans le boudoir sonore à côté de la scène d’Arsonic, son « concert secret » totalement acoustique à expérimenter individuellement les yeux fermés pour une écoute surprenante et subtile autour de vous.

    Production

    Production Voix des Anges : Fondation Mons2015, Transcultures, Le manège.mons, Numediart, Bozart.

    Plan

    Transcultures
  • 20-09-2015 – François Cys – Workshop : Création de velos sonores / Family Lab

    16/09/2015

    Dans le prolongement des Cyclodynamos qui sont mis à disposition au Café Europa, François Cys (inventeur d’instruments) propose également un atelier participatif visant à reproduire ce dispositif sonore directement sur le vélo des participants.

    Les Cyclodynamos sont des vélos équipés par François Cys d’un dispositif électro acoustique et mis à disposition du public pour parcourir les différents lieux d’exposition de City Sonic. Les Cyclodynamos sont directement issus du projet Cyclophones de l’artiste.

    Tout en se promenant, le Cycliste peut alors composer seul ou en groupe un univers sonore itinérant au sein des rues de Mons.

    François Cys vous propose lors de cet atelier de transformer votre vélo personnel en Cyclodynamos… et de vous baladez en concert.

    Production

    • Inscription obligatoire/registration required : mediation.transcultures@gmail.com
    • Gratuit
    • Café Europa, 4a, rue des Soeurs Noires (entrée Carré des Arts), Mons

    Plan

    Transcultures
  • 16.09 – Baudouin De Jaer – Partage d’écoute @ City Sonic Mons2015

    14/09/2015

    Depuis les deux dernières éditions du festival City Sonic, les « Partages d’Ecoute » sont des rencontres avec des personnalités mélomanes (musiciens, critiques, artistes, responsables culturels…) qui, pendant environ une heure, partagent leur passion sur des thématiques en lien avec les pratiques sonores illustrées par des extraits audio commentés.

    Ce premier Partage d’Ecoute de City Sonic 2015 invite le compositeur et violoniste bruxellois Baudouin de Jaer qui a sorti récemment plusieurs albums (pour instruments traditionnels coréens, piano solo…) sur le label Sub Rosa et a réalisé une exposition de belles partitions graphiques pour violon solo pour cette édition de City Sonic.

    Production

    Production City Sonic 2015 / Transcultures

    Plan

    Transcultures
  • 16-09-2015 – Sonic Kids – Ateliers pour les jeunes

    14/09/2015

    Initié par Transcultures dans City Sonic voici quelques années, les ateliers Sonic Kids propose en 2 heures une initiation ludique (accompagnée par des artistes et médiateurs) à diverses pratiques sonores pour les enfants et leurs parents !

     

    Myriam-Pruvost_CitySonic_Workshop-Radio-Sapiens_Mons2015_Transcultures_arts-sonoresRadio Sapiens – Création radiophonique en live

    Au début de l’ère radiophonique, la plupart des fictions sonores étaient réalisées au moyen d’un seul microphone, les interprètes (musiciens ou bruiteurs) se déplaçaient autour pour créer l’illusion d’un espace.

    Cet atelier propose une interprétation contemporaine de ce premier geste radiophonique, en utilisant des moyens simples et ludiques, pour s’immerger très vite dans le son et envisager l’enregistreur telle une caméra qui ondule et se déplace entre les sources…

    Voix, manipulation d’objet, mouvement…nous intègrerons plusieurs évènements sonores dans une seule prise continue, à l’image d’un travelling, afin d’appréhender la composition en temps réel, sans montage.

    Une fois cette traversée sonore effectuée, nous écouterons en fin de séance le résultat de nos expériences.

    BAM, rue neuve, 8, Mons

    Sonic-Kids_logo_Bols-Tibetains_Isa-Belle_Bandeau_City-Sonic_Transcultures-2015Isa Belle – Bols chantants et respiration

    Une initiation à la pratique des bols tibétains dits «chantants» ainsi qu’à leurs richesses harmoniques, par la masseuse/performeuse holistique Isa Belle, qui met en exergue les propriétés vibratoires en lien avec le corps et la respiration des participants.

    Jardin du Beffroi, Mons (ou au Théâtre Royal, Grand’ Place si il pleut)
    Inscription obligatoire/registration required : mediation.transcultures@gmail.com
    Tarif / Price : 2€

    Production

    City Sonic 2015 / Transcultures

    Transcultures
  • 14-09 > 20-09-2015 – City Sonic #13 @ La semaine du son Bruxelles

    13/09/2015

    Partenaire de la Semaine du Son à Bruxelles depuis son lancement en 2012, City Sonic propose pour cette édition 2015 une installation et une sélection de vidéo sonores d’artistes soutenus par le festival.

    Silence is more

    VOID-Silence-is-more_City-Sonic_Mons2015_TransculturesCréée dans le cadre de la plate-forme transfrontalière pour les musiques innovantes Espace(s) Son(s) Hainaut(s) (dont cette oeuvre était lauréate de l’appel à projet installation sonore) au festival City Sonic à Mons en 2014, Silence is more est une sculpture-composition inaudible pour 12 haut-parleurs, qui devient audible grâce à la transmission de vibrations silencieuses émanant de matériaux du quotidien.

    Le perceptible et l’imperceptible sont mélangés, dans une relation qui remet en question les limites et les frontières de notre perception.

    Sélection vidéo City Sonic

    Christophe-Bailleau_Fumigene_video-selection-transcultures_Semaine-du-son_art-sonoreUn choix d’œuvres audio-visuelles courtes, récentes produites ou diffusées par Transcultures avec un travail particulier sur l’image ou sur le texte dialoguant avec une création sonore ad hoc. Vidéos (programme en boucle) de Christophe Bailleau Fumigène, Stéphane Kozik Chlorophean beats, Pastoral No meaning, Stéphanie Croibien Picturebook Mouth#1, Manimalisme, Charles Pennequin Ça a déjà été fait (création), Werner Moron Cinq minutes après le temps prévu (création).

    Production

    Partenariat Transcultures/City Sonic, La Semaine du Son – Halolalune Productions

    Plan

    Transcultures
  • 13-09-2015 – Sonic Garden Party – City Sonic #13 @ Mons2015

    11/09/2015

    Avec la Sonic Garden Party, City Sonic propose, une après-midi dominicale et conviviale, des concerts et performances intimes (d’une vingtaine de minutes) créés dans de jolis jardins privés (ouverts au public spécialement pour l’occasion) dans la rue des compagnons (quartier historique du Beffroi, derrière la Grand’Place)
qui se termine par un drink offert chez l’habitant.

    Werner Moron + Manu Louis – Lumière

    Après avoir proposé une déambulation surprise dans le parcours City Sonic au centre-ville, Werner Moron (textes – voix) et Manu Louis (musiques – guitare, électronique) s’arrêtent devant la Thanks galerie, ancienne chapelle, rue des Telliers, derrière la Grand’Place) pour accueillir le public et le guider après une performance audio-poétique mêlant humour, regard critique et impressions sensibles, vers les jardins des autres créations de cette Sonic Garden Party 2015.

    Jacques Foschia – Chaosphère#3 (50 nuances de bruit)

    Jacques Foschia utilise, pour cette performance fascinante, uniquement des radios vintage produisant en direct des textures et ambiances soniques uniques.

    collectif amadeo – Fujinn Open Orchestra

    Une performance entre théâtre musical, jazz et musiques du monde, à l’occasion duquel se marieront les influences et les instruments, classiques ou inventés.

    Production

    Production City Sonic 2015 : Transcultures, Fondation Mons2015, le manège.mons avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles (pluridisciplinaire) et de la Wallonie (tourisme), en partenariat avec la Ville de Mons.

    Plan

    Transcultures
  • 12-09-2015 – Présentation de la scène numérique taiwanaise + performances

    11/09/2015

    Le Café Europa, le lieu multiconnecté de Mons2015, accueille une présentation du Digital Art Festival/Centre de Taipei (partenaire de City Sonic 2015) par Hsing-Jou Yeh (chargée de relations internationales) de la spécificité de la scène numérique et sonore taiwanaise.

    En présence également des artistes taiwanais sélectionnés (Yao Chung-Han, Wang Chung-Kun, Chang Yung-Ta) pour City Sonic (modération : Philippe Franck/City Sonic) qui donneront ensuite des performances démo dans le cadre de leurs installations présentées à la Maison du Design, se terminant par une création AV électro matiériste de Wang Fujui (fondateur et coordinateur du “Trans-Sonic Lab”), Hyper Transmission au Carré des Arts (salle polyvalente).

    Production

    Avec le soutien du Digital Art Festival et Centre de Taipei et du Ministère de la Culture de Taïwan (plus d’infos sur Taïwan).

    Plan

    Transcultures
  • Appel à projet – Installation interactive – Videographies Transnumeriques 2015

    03/09/2015

    Contexte

    Vidéographies (diffusion & promotion des arts vidéo et numériques) et Transcultures (Centre des cultures numériques & sonores) lancent un nouvel appel à projets pour une installation interactive (arts numériques, multimédia , media art, net art, bio art…) qui sera exposée dans le cadre des Transnumeriques 2015, biennale des cultures et émergences numériques initiée et coordonnée par Transcultures, événement partenaire de Mons2015, Capitale européenne de la Culture.

    Deadline : 15 octobre 2015

    Critères de sélection

    • L’appel est ouvert à toute personne ou groupe de personnes résidant en Europe dont le projet rentre dans les conditions techniques et financières de l’appel.
    • La proposition artistique pourra être une nouvelle œuvre (création), l’adaptation ou une nouvelle version d’une œuvre antérieure ou la diffusion d’une œuvre déjà produite sous condition de rentrer dans les conditions techniques et financières de l’appel.
    • Une attention particulière sera portée aux projets proposant un caractère innovant, révélant une dimension poétique et/ou engagée, social, politique… dans la démarche et l’exploration de nouvelles formes d’expression.
    • Le projet devra pouvoir être exposé dans un des espaces du Manège de Sury à Mons pendant toute la durée de la biennale (vernissage le 27 novembre jusqu’au 12 décembre 2015).
    • Langues de soumissions des dossiers : français et anglais.

    L’inscription et l’application se font uniquement via nos formulaire online – (mot de passe : Transcultures.be).

    Conditions financières

    Un budget forfaitaire de soutien à la création et diffusion de 1250 euros TTC sera accordée au projet sélectionné. Ce budget devra obligatoirement comprendre tous les frais et charges du projet (hors frais d’hébergement éventuels et de repas à Mons).

    Le support technique et la communication du projet seront pris en charge par Transcultures et Vidéographies.

    Contacts

    Pour toute questions veuillez adresser un mail à Jacques Urbanska avec comme objet du mail : « TN2015 Vidéographie Call »

    Partenaires

    videographies-logo-webVidéographie, ce fut d’abord une émission TV produite et diffusée de 1976 à 1986 sur les antennes de la RTBF (Radio-Télévision belge d’expression française). Les téléspectateurs de la chaîne publique ont ainsi découvert l’art émergent de l’époque : la vidéo.

    Née dans les années septante à l’initiative du producteur Jean-Paul Tréfois et de Robert Stéphane, Vidéographie fut la première émission en Europe à être exclusivement consacrée à la vidéo. Diffusée sur les antennes de la RTBF de 1976 à 1986, cette expérience télévisuelle fascinante et inédite qui s’est développée dans le sillage des révolutions esthétiques, politiques et technologiques de la fin des années soixante a toujours suivi, tout au long des 135 numéros produits durant cette décennie, le double objectif éducatif et artistique qui lui était fixé.

    Vidéographie poursuit également sa mission de promotion de l’art vidéo qui se positionne déjà à cette époque comme l’une des formes d’art les plus importantes de la seconde moitié du XXe siècle. Espace communautaire tout autant que véritable canal de diffusion, l’émission va offrir au public la possibilité unique de découvrir les travaux des jeunes artistes américains, allemands et français de l’époque (Bill Viola, Nam June Paik, Wolf Vostel, Jean-Luc Godard), mais aussi, et surtout, va contribuer à l’émergence et à la reconnaissance de la vidéo belge (et singulièrement liégeoise) en rassemblant autour d’elle un certain nombre d’artistes singuliers parmi lesquels Jacques-Louis Nyst, Jacques Lizène, Jean-Claude Riga, Jacques Charlier, les frères Dardenne.

    Lire la suite sur le site de Videographies

    transnumeriques-logo_Transcultures-2014Initié avec le soutien de la Fédération Wallonie Bruxelles, par Transcultures à l’automne 2005 entre Mons et Bruxelles, Les Transnumeriques sont à l’intersection des pratiques artistiques contemporaines et d’une utilisation créative des technologies numériques, il s’agit également de croiser les enjeux attenants à la création et à la formation des arts numériques.

    Lors des récentes éditions du festival, les Transnumériques ont voyagé entre Bruxelles, Mons, Liège, Maubeuge, Lille et la région parisienne, en s’ouvrant plus largement par sa programmation, dans une dynamique d’échanges transatlantiques avec des opérateurs québécois notamment.

    Unissant autant les scènes expérimentales, performatives, festives tout en pointant des rappels historiques, ce dispositif rhizomatique illustre le caractère multiforme des cultures électroniques en mutation constante.

    transcultures_Anciens-Abattoirs_credits-Mick-Mey_2014Centre interdisciplinaire des cultures numériques et sonores (direction artistique : Philippe Franck), Transcultures est une association qui a été créée en 1996 à Bruxelles pour promouvoir et développer les croisements entre les pratiques artistiques/culturelles contemporaines et les enjeux arts/société/technologies. Elle explore plus particulièrement les champs de la création numérique et des arts sonores.

    Depuis 2008, Transcultures est installée à Mons sur le site des Anciens Abattoirs pour y développer un centre interdisciplinaire alliant production, médiation et réflexion pour les créateurs et les cultures électroniques et sonores.

    Production & diffusion

    Transcultures initie, soutient et diffuse en Belgique et à l’étranger de nombreux projets artistiques innovants (arts numériques, innovation web, arts en réseaux, arts sonores, recherche et création…) en lien avec un réseau important de partenaires culturels, pédagogiques et scientifiques.

    Emergences sonores & numériques

    Outre des actions de sensibilisation pour les cultures électroniques et sonores, Transcultures a entamé avec ses partenaires un travail d’émulation et d’accompagnement de jeunes talents et d’étudiants issus des écoles d’art belges, françaises et européennes jusqu’à l’exposition d’une sélection de projets numériques et sonores pendant les festivals Les Transnumériques, City Sonics et autres événements associés.
    Résidences & temps de travail

    Transcultures accueille régulièrement des résidences d’artistes en collaboration avec d’autres structures partenaires montoises, de la Communauté française, européennes et internationales.

    Réflexion & édition

    Transcultures développe parallèlement des axes de sensibilisation et de réflexion autour des enjeux de la création interdisciplinaire, arts/société/technologie, des arts sonores et plus généralement des cultures électroniques. Transcultures a publié divers ouvrages et participé à plusieurs projets éditoriaux collectifs.

    mons2015-partenaires_logo-en_City-Sonic_Transnumeriques_TransculturesAvec 300 événements majeurs sur quelque mille activités culturelles et artistiques, Mons 2015 s’étend à 17 villes partenaires, de Lille à Gand. Mais la Capitale européenne de la Culture s’inscrit aussi dans une stratégie plus large encore de développement et de reconversion de Mons et de la région. Devenir une « Creative Valley » dans un monde bouleversé en profondeur par les nouvelles technologies, c’est prendre le train en marche et se donner une dynamique qui va emporter ses milliers de visiteurs.

    On le voit aux nombreux chantiers qui ont fleuri depuis deux ans partout dans la ville, et n’ont pas seulement pour but de la rendre belle. Le nouveau Centre des congrès, aussi majestueux qu’un navire à l’assaut des flots, sera relié par une nouvelle gare en forme de passerelle à la ville ancienne, de l’autre côté des voies. Les deux architectes à l’œuvre, Daniel Libeskind et Santiago Calatrava, ne sont autres que ceux qui œuvrent au même moment à la reconstruction du Ground Zero, à New York.

    Leurs noms et leurs réalisations n’ont d’autre but que d’ouvrir l’imaginaire et le champ des possibles pour toute une génération de jeunes entrepreneurs qui parient sur l’essor de la nouvelle économie créative dans la région, à la suite de Google, de Microsoft et d’IBM. Comment ne pas voir dans cette irrésistible eclosion le pendant des cinq nouveaux musées dont va se doter Mons pour valoriser ses collections d’art, son tourisme mémoriel et ses trois joyaux inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco – les minières néolithiques de Spiennes, le seul Beffroi baroque d’Europe et l’irrésistible « Doudou » ?

    Cette future ville créative s’ancre ainsi dans une vision artistique tout aussi ambitieuse qui table autant sur les figures tutélaires qui ont façonné l’inconscient collectif montois – de Van Gogh à Verlaine, révélés à leur art ici-même – que sur les créateurs fêtés dans les grands festivals, de Joël Pommerat à Guy Cassiers, sans oublier des « artistes complices » tendance, comme le styliste Jean-Paul Lespagnard et Marc Pinilla du groupe Suarez.

    Contexte

    Vidéographies (diffusion & promotion des arts vidéo et numériques) et Transcultures (Centre des cultures numériques & sonores) lancent un nouvel appel à projets pour une installation interactive (arts numériques, multimédia , media art, net art, bio art, arts sonores…) qui sera exposée dans le cadre des Transnumeriques 2015, biennale des cultures et émergences numériques initiée et coordonnée par Transcultures, événement partenaire de Mons2015, Capitale européenne de la Culture.

    Deadline : 15 octobre 2015

    cecoforma_videographie-price_transcultures-2015Nous tenons à remercier Cecoforma pour son action de mécénat dans la mise en place de ce prix Vidéographies.

    Cecoforma Events & Communication est une société belge qui met son savoir-faire de plus de 30 ans au service du secteur public et privé ainsi que des institutions présentes dans plus de 100 pays.

    Cecoforma Events & Communication est une agence de communication à vocation internationale qui offre des services intégrés à long terme (gestion des contrats-cadres, des projets d’assistance sur plusieurs années) ainsi que des activités ponctuelles et à court terme (organisation de cérémonies, séminaires, des sessions de formation, etc.)

    Production

    Une initiative de Vidéographies en partenariat avec Transcultures dans le cadre des Transnumériques (événement partenaire de Mons2015, Capitale européenne de la Culture), et le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles (arts numériques). Tous nos remerciements à Cecoforma pour son action de sponsoring.

    Transcultures
  • 15-07>15-09-2015 – Ariane Loze – Résidence « Cut in Movement » @ Transcultures

    01/09/2015

    Lors de cette résidence, Ariane Loze, artiste pluridisciplianires belge, travaillera sur une nouvelle étape de son projet Cut in Movement (qu’elle avait présenté lors de Park in Progress – Nuit européenne de la Jeune Création à Mons en 2014). Il s’agira pour elle d’utiliser un très grand nombre de ses rush comme base de données et de présenter son projet, non plus comme un film classique, mais comme un film interactif qui permet au public de choisir son point de vue et d’influer sur le montage de ce dernier et donc sur l’histoire qui nous est présentée.

    Au travers d’une démarche documentaire et photographique, Cut in movement tente de saisir les manifestations multiples du mouvement dans la ville. Faisant se juxtaposer ces mouvements, Ariane Loze dresse un portrait cinématographique de la vie dans une métropole aujourd’hui.

    « Cut in movement questionne le montage en partant de la proposition que celui-ci s’approche beaucoup de la chorégraphie et de la danse. Est-il possible de « chorégraphier » les images pour créer une vidéo ? Quels sont alors les critères dynamiques utilisés pour faire cette composition ? Le sens ne reprend-il le dessus sur le mouvement ? S’éloigner du montage narratif et de la logique réaliste de représentation du temps et de l’espace, implique d’observer de plus près nos réflexes d’interprétation et de lecture du sens des images. »

    Pour ce projet, elle a été aidée par l’Institut Numediart (Stéphane Dupont, Fabien Grisard, Omar Seddati) et Jacques Urbanska. Le son était quand à lui pris en charge par l’artiste belge Adrien Lefebvre.

    Le résultat de cette résidence seera présenté dans le projet Beehive proposé par Ars Electronica à Mons2015 et dans la rencontre Arts/Science Vice Versa 2.0 (initié par Transcultures avec son partenaire Numediart).

    Transcultures
  • City Sonic Festival 2015 recherche 3 gardiens d’expositions – 11 au 27 septembre à Mons

    27/08/2015

    Nous recherchons 3 bénévoles (indemnisation prévue) pour notre festival CitySonic 2015 qui se déroulera du 11 au 27 septembre 2015 à Mons (Belgique).

    CONTEXTE :

    City Sonic, pour sa 13e édition, propose un parcours d’écoute dans la ville de Mons, d’installations audio-plastiques, de créations sonores originales, d’œuvres d’artistes confirmés comme émergents. Au programme de l’édition 2015, les artistes Ez3kiel, Janek Schaefer, Jason Van Gulick, le collectif VOID invitent le public à une relecture sonore des hauts lieux de l’architecture montoise. Le parcours se déroulant du 11 au 27 septembre 2015 est composé de plus d’une vingtaine de lieux accueillant en moyenne 3 à 4 installations (Salle St Georges, Maison du design, Carré des Arts, Art Chétype, Fabrique des Singes, gare de Mons…).

    > plus d’informations : citysonic.be

    MISSION :

    Votre rôle est d’accueillir le public dans les espaces où les installations sonores sont exposées.

    Savoir présenter les œuvres et leurs auteurs, apporter des informations au public, garder l’œil sur le respect des lieux et des œuvres.

    POSTE  A POURVOIR:

    • 1 agent d’accueil pour le week-end du 12 et 13, 19 et 20 et 26 et 27 septembre au Jardin du Beffroi
    • 1 agent d’accueil du 11 au 27 septembre à l’église Ste Elisabeth (sauf le lundi)
    • 1 agent d’accueil du 11 au 27 septembre à la galerie Pop Up (sauf le lundi)

    VOUS ÊTES :

    Souriant, curieux, ponctuel, fiable, responsable, motivé, à l’aise avec le public et intéressé par le monde artistique ?
    Cette mission est faite pour vous !

    Contacts

    Merci d’envoyer vos candidatures (CV + présentation d’une dizaine de lignes) à :
    mediation.transcultures@gmail.com

    Vous pouvez aussi téléphoner au +32(0)65 59 08 89 pour plus d’informations.

    Transcultures
  • Concours Field Recording 2015 – La Semaine du Son

    17/08/2015

    La Semaine du Son propose un concours visant à récompenser la meilleure séquence de Field Recording enregistrée en 2015 sur un des sites du « Maillage plaines et aires de jeux» de la Région de Bruxelles Capitale.

    D’une durée de 2′ à 4′, cette séquence sonore pourra comprendre des activités humaines, de la parole, de la musique, des sons liés à une activité mécanique, des sons de la nature…

    Le jury portera une attention particulière à l’originalité de la séquence et à sa qualité sonore. La sélection des 12 meilleures séquences sera proposée en écoute publique pendant la Semaine du Son Bruxelles, le vendredi 18 septembre 2015.
    L’auteur de la meilleure séquence sera récompensé par un Grand prix offert par la société Audiosense : un enregistreur Zoom H6 + un kit Rycote « portable recorder kit ».

    Un autre prix, offert par PointCulture, récompensera une séquence particulièrement remarquable pour sa qualité technique de prise de son : une année de prêt gratuit (forfait mensuel renouvelé sur une période de douze mois) : la formule idéale pour accéder aux énormes collections de PointCulture et satisfaire les curiosités les plus capricieuses !

    Pour plus de précisions, voir le règlement du concours sur lasemaineduson.be

    Production

    Avec le soutien de PointCulture, d’Audiosense, de Bruxelles Environnement et la collaboration de BNA-BBOT

    Plan

    Transcultures
  • 11>23.09.2015 – Festival City Sonic #13 @ Mons2015 – Interview de Philippe Franck

    27/07/2015

    City Sonic, un festival et une présence tout au long de l’année

    Outre le temps du festival, la plateforme City Sonic pour les arts sonores offre aujourd’hui pour les amoureux du son, un contenu Web riche et actualisé, et multiplie également les partenariats « physiques » tout au long de l’année.

    Ces derniers mois notamment, avec Ars Musica, festival de musiques contemporaines ouvertes dirigé par le compositeur/producteur/journaliste Bruno Letort, qui a invité City Sonic à présenter, en décembre 2014, à la Raffinerie Bruxelles (lieu mythique dotée d’une très belle architecture industrielle pour les avant-gardes en tout genre, depuis le début des années 80, anciennement appelé « Plan K » et qui abrite aujourd’hui le centre chorégraphique Charleroi/Danses), une sélection d’installations in situ (:such:, Gauthier Keyaerts, VOID, Isa Belle+Paradise Now, Julien Sirjacq…). Dans le même cadre, City Sonic a participé à une soirée de Présences Electroniques-Bruxelles (avec le concert de Supernova : duo post pop que initié par Philippe Franck, directeur de Transcultures et du Festival City Sonic, et Gauthier Keyaerts).

    Supernova - Presence Electronique Bruxelles

    Supernova – Presence Electronique Bruxelles

    Cette collaboration avec Ars Musica, qui comprend également l’organisation d’une série d’ateliers Sonic Kids (comme en mai et juin 2015, aux Brigitinnes), va se développer pour la prochaine édition de la biennale en 2016 (dont le thème sera le Japon) avec également une exposition City Sonic envisagée aux Halles de Schaerbeek.

    Cet été, dans le cadre des City Sonic Summer Sessions (CS3), la plateforme a également soutenu les résidences live et le programme proposé par les alter musiciens/organisateurs Pierre-Jean Vranken (initiateur du collectif frondeur NBT), Maurice Charles JJ, Matthieu Safatly et Piet Kanigou… avec des performances tous les jeudi et vendredi soir, dans un espace mis à disposition par Recyclart. Se sont retrouvés des artistes audio et chercheurs issus d’horizons différents dont plusieurs (notamment le saxophoniste anglais Tom Jackson, les K7 artistes français Emmanuel Rébus et Anton Mobin…) participeront à l’événement de clôture de City Sonic 2015 : OMFI (One moment free improv), coordonné par Matthieu Safatly et Maurice Charles JJ.

    Une exposition sur l’art de la cassette audio (initiée lors de ces CS3), sera aussi présentée, en version augmentée, dans cette édition du festival et prendra place dans la galerie de la médiathèque de Mons (avec des archives privées des années 80 jusqu’aux objets « street tape » de l’artiste bruxellois Thomas Dawamesk et aux « Found tapes », cassettes trouvées dans la rue prises en photo et mises en écoute par le compositeur/performer néerlandais Harold Schellinx). Cette exposition donnera lieu à une édition K7 sur le label associé Transonic (+download digital), ainsi qu’une deuxième édition K7 audio avec le String Quartet With Windows Open de Harold Schellinx : 24 heures continues expérimentées lors des CS3, résumées en une.

    City Sonic a également développé ses collaborations belgo-québécoises avec Rhizome à Québec où Philippe Franck est parti en tournée en mai avec Werner Moron et Isa Belle pour des performances d’un nouveau combo audio-poétique : « Les ours bipolaires » ainsi que d’autres collaborations transatlantiques (avec Simon Dumas, directeur de Rhizome, auteur et « metteur en semble » intermédiatique, la chorégraphe montréalaise Manon Oligny, pour travailler sur la performance interdisciplinaire Prototype#1, également avec la participation de l’artiste visuel Thomas Israël et de l’auteur Martine Delvaux).

    Sans oublier le documentaire Bernard Heidsieck, la poésie en action – de Anne-Laure Chamboissier & Philippe Franck en collaboration avec Gilles Coudert (producteur délégué). Le film a donné lieu à un coffret DVD avec un livre chez Après Production (avec le soutien du CNAP) et il a été présenté dans de nombreux lieux : de la FIAC à Paris au Lieu à Québec en passant par la Kunsthalle de Mulhouse ou encore le Wiels à Bruxelles ; et le livre City Sonic, les arts sonores dans la cité, sorti début 2015 aux éditions La Lettre Volée coordonné par Philippe Franck et qui réuni toutes une série de textes originaux et de définitions des arts sonores d’artistes ayant participé à City Sonic, ainsi que la présentation de nombreuses œuvres exposées dans le festival depuis sa création en 2003.

    Tous ces ponts (ainsi que d’autres sont aussi jetés en Belgique et à l’international) ouvrent à de multiples créations et croisements qui nourrissent également le festival, son équipe, les projets et les artistes soutenus.

    City-Sonic-2015_Affiche-Web_Mons2015_Transcultures-2015Interview de Philippe Franck
    Directeur artistique de Transcultures et du Festival City Sonic

    Quelles sont les particularités de cette édition 2015 ?

    Philippe Franck : Cette treizième édition prend place dans le programme très chargé de Mons2015, Capitale européenne de la culture. C’est sans conteste notre partenariat le plus fort et ce à plusieurs niveaux. Il fallait à la fois pouvoir s’intégrer et se démarquer. Nous n’avions ni les moyens ni l’envie de jouer la surenchère avec d’autres événements, mais par contre, il fallait aussi s’étendre avec une certaine masse critique tout en gardant la proximité et la convivialité qui font partie de l’ambiance City Sonic. Nous avons donc cherché d’autres lieux dans ce centre ville où la plupart des lieux habituels étaient pris par d’autres manifestations.

    Seule la Salle Saint-Georges sur la Grand’Place, lieu habituel du festival, est restée. De là partiront les quatre parcours qui composent le grand itinéraire de ce copieux City Sonic 2015 :

    1

    Parcours autour des instruments inventés

    Avec notamment les vélos sonores de François Cys, les dispositifs ludiques et foldingues du collectif belge Amadéo ou encore l’arbre chantant imaginé par Isa Belle ;
    2

    Rapport son/numérique

    Entre autres avec les installations des artistes taiwanais du Digital Arts Festival de Taipei, la création smart phone géolocative Voix des Anges de Nicolas d’Alessandro avec l’Institut de recherche numediart (UMons) et la collaboration de Musiques Nouvelles pour un concert connecté le 20 septembre à Arsonic, et encore le container son et lumière participatif de l’artiste « paracommandart » Werner Moron intitulé L’architecture de la chance sur une musique du compositeur Manu Louis, qui peut également rejoindre
    3

    Relations architectures, audio et arts plastiques

    Avec notamment le duo belgo-italien VOID et leur création sculpturale Automatic soundscape#1, que nous leurs avons commandé pour mettre en son la gare en chantier, ou encore une belle collaboration avec la manifestation « Le grand large -Territoire de la pensée » initiée par Bruno Robbe et Daniel Dutrieux, au magasin de papier où Jean DL et Sandrine Verstraete vont réaliser, pour City Sonic, un environnement sonore en écho aux lithographies et drapeaux de Lawrence Weiner, Jean-Marc Bustamante, Charley Case, Edith Dekind (laquelle avait déjà été programmée à City Sonic en 2012… et de nombreux autres plasticiens contemporains, une belle initiative également soutenue pour Mons2015.
    4

    Sonic Pirates

    Dernier parcours entièrement sonore celui-là, avec les implantations « sonic pirates » – pilotées par la réalisatrice et créatrice radiophonique Zoé Tabourdiot – faits de fragments audio-poétiques décalés dans des entrées, des passages… des lieux entre les lieux.

    Ces parcours -disons thématiques- au sein du grand itinéraire, que l’on peut bien sûr choisir de parcourir sans subdivision, sont une nouveauté.

    Je suis également heureux que les ateliers se renforcent et diversifient dans le festival avec

    • trois Sonic Kids (Isa Belle et l’initation aux vibrations multisensorielles, Jason Van Gulick ou l’art de la résonance percussive et Myriam Pruvot avec ses Radio Sapiens)
    • du Circuit bending au HackerLab et des vélos customisés en machines sonores au Family Lab de Café Europa, le lieu de connexions numériques de Mons2015 avec lequel nous nourrissons plusieurs partenariats ces prochains mois.

    L’introduction dans les événements qui ponctuent le festival, des musiques improvisées, elles aussi envisagées sous forme déambulatoire et urbaine, avec l’événement collectif OMFI-One Moment Free Improv, qui clôturent le festival le 27 septembre avec une dizaine d’interventions de musiciens « trans genres » (du jazz contemporain au contempo ouvert en passant par la low fi et des bidouilleurs de vieilles machines inspirantes comme le dictaphone ou les radios vintage).

    Pour cette treizième mouture, nous sommes aussi heureux de reprendre une collaboration avec La Semaine du Son à Bruxelles (du 14 au 19 septembre 2015) à laquelle nous avions participé dès sa première édition en 2011. Nous y présenterons l’installation Silence is more du collectif VOID, créée à City Sonic en 2013, ainsi qu’une sélection audio-vidéo avec des artistes soutenus par le festival.

    Et pour les partenariats internationaux, outre celui inauguré avec le Digital Art Festival de Taipei, nous inaugurons aussi un échange avec Césaré, centre de production musicale à Reims, producteur de Apertures, installation de Mathieu Chamagne qui sera à Mons dans City Sonic. Nous serons également impliqué dans le festival Elektricity qui s’y déroule en septembre : ce dernier accueillant une installation scénographique faite entièrement d’enregistreurs et de bandes magnétiques de :such: (alias Marc Parazon), qui avait inauguré ce processus à déclinaison contextuelle à City Sonic en 2013.

    Yao Chung-Han - LLAP_DRDR / Digital Art Festival Taipei

    Yao Chung-Han – LLAP_DRDR / Digital Art Festival Taipei

    Quelle est la notion des arts sonores que Transcultures soutien au travers du festival City Sonic et comment a-t-elle évolué au cours de ces 12 dernières éditions ?

    Philippe Franck : C’est une vision à la fois ouverte et aventureuse de la création sonore (souvent aussi par le biais interdisciplinaire), sans chapelle, tourné à la fois vers le contemporain dans sa grande diversité et rappelant, à chaque fois que c’est possible, les grandes avancées des pionniers qui ont encore une validité et inspirent les jeunes générations (pour lesquels nous tentons de faire aussi émulation).

    D’une certaine manière, cette approche est plus que jamais celle du festival qui n’a pas cédé, je pense, aux modes, aux conformismes (mais n’est-ce pas souvent la même chose ?) ou encore aux impératifs de l’hyper spectaculaire de notre époque (nous avons d’ailleurs demandé pour cette année à Charles Pennequin des textes qu’il a écrit et performé autour de la notion de spectacle, de public et de créateur que nous présenterons sous forme d’installation audio-vidéo) sans pour autant se complaire dans des plaisirs trop solitaires.

    Donc plus que jamais, City Sonic, c’est le son comme trait d’union différencié entre des pratiques, des esthétiques, des publics, des sites et des créateurs.

    Comment présenteriez vous les différences caractéristiques entre les arts sonores et la musique, entre un artiste sonore et un musicien ? En quoi cela est-il im/pertinent ?

    City-Sonic-Book_cover-full_Les-arts-sonores-dans-la-cite_Editions-La-Lettre-Volee_Transcultures-2015Philippe Franck : Dans le livre « City Sonic, les arts sonores dans la cité » que j’ai dirigé, se trouvent, outre les essais d’auteurs proches du festival et de moi même, des dizaines de définitions de ou des arts sonores recueillies auprès de participants (du pétulant maximaliste nord-américain Charlemagne Palestine au posé Dominique Petitgand en passant par le défunt poète-actionniste Bernard Heidsieck ou encore par un autre pionnier de l’art de l’écoute –celui là belge – Baudouin Oosterlynck) aux douze premières éditions du festival. Elles sont toutes différentes car chacun part de sa pratique de son expérience et Eric Therer (co-fondateur d’Ordinaire, auteur, performer et critique chez Rif Raf) a raison de souligner qu’il s’agit d’un art « polymorphe, polygame, protéiforme ».

    Il y a donc un côté englobant –et en ce qui nous concerne, nous excluons tout autant un éventuel rejet des musiques agencées (Luc Ferrari était par exemple tout autant un compositeur qu’un grand artiste sonore, de même pour Giacinto Scelsi, John Cage ou encore chez nous, Leo Kupper que les jeunes générations re-découvrent avec bonheur), que les définitions et attitudes excluantes d’un hypothétique « genre sonore » fermé sur lui même –qui peut sembler, à certains encapsuleurs, flou mais celui-ci permet aussi une grande liberté qui depuis une trentaine d’années que je m’y intéresse, continue de me titiller et me motiver.

    En cela, j’aime particulièrement le mot « sonic » qui n’existe pas vraiment en français, car il peut aussi être interprété comme un lien dynamique entre le son et le musique.

    Quel est l’apport du festival à Transcultures comme Centre des Cultures Numériques ?

    Philippe Franck : City Sonic est sans doute, à ce jour, l’événement le plus remarqué de Transcultures qui en est l’initiateur, le moteur, l’organisateur et le producteur délégué. En tant que Centre des cultures numériques (et sonores), Transcultures défend une vision ouverte et résolument transversale des arts et cultures numériques. Celle-ci est aussi concrètement présente dans City Sonic dont une partie, de plus en plus importante, de la programmation peut rejoindre cette appellation.

    Francois-Cys_Cyclophone11_City-Sonic_Transcultures_Mons2015

    François Cys – Cyclophone 11

    On peut remarquer que cette année, les installations produites dans le programme « Emergences numériques » (pour cette sélection 2015, de talentueux étudiants belges d’Arts2 et français de l’Ecole Supérieure d’Art et de Design de Valenciennes) qui sont diffusées après deux workshops d’une semaine et un accompagnement technique et critique à l’année, dans le festival, sont toutes « numériques ». Et puis en sens inverse, la dynamique de rencontre et force d’attraction que génère City Sonic, apporte un vivier d’artistes belges et internationaux renouvelé ainsi que des possibilités au Centre des arts numériques que nous sommes, pour développer d’autres projets annexes et connexes.

    Chez Transcultures, comme dans City Sonic, les chemins ne sont jamais rectilignes et se croisent volontiers, non pas pour se dupliquer mais pour mieux se développer et s’enrichir de leurs différences artistiquement contagieuses.

    Comment se passe la sélection des artistes ? comment les artistes peuvent-ils se produire dans le festival ?

    Nicolas-D-allessandro_ConcordiaDiscors_City-Sonic_Transcultures_Mons2015

    Nicolas D’Alessandro – Concordia Discors

    Philippe Franck : La programmation est un mélange de rencontres, d’opportunités (définies aussi par les lieux possibles qui changent chaque année), de vibrations singulières qui viennent à moi et à mon équipe et surtout de découvertes que nous allons chercher. Il y a bien sûr – et c’est heureux pour un centre de production et de diffusion artistique – des fidélités artistiques mais aussi de très nombreuses surprises.

    Il n’y a, jusqu’à aujourd’hui, pas eu d’appel à projets, sinon pour des programmes spécifiques, européens notamment, comme ce fut le cas encore l’année passée pour Park in progress (résidences de création in situ de jeunes artistes dans des espaces verts, une manifestation itinérante initiée par les Pépinières européennes pour jeunes artistes, qui nous a mené aussi en Espagne, Hongrie, Grande-Bretagne, France, au Luxembourg et à Chypre) et Espace(s) Son(s) Hainaut(s) (plate-forme transfrontalière pour les musiques – et au-delà les créations sonores- innovantes initiées par Art Zoyd, le Phénix de Valenciennes et le manège.mons avec Transcultures et City Sonic comme vitrine récurrente). Ces appels à projet donnent toujours lieu à de belles découvertes et régénèrent aussi la programmation et les synergies. Afin de continuer à développer cette dynamique d’ouverture, l’édition 2016 verra certainement naître un appel à projets pour de futurs City Sonic Awards…  Restez connectés à nos réseaux sociaux, nos news ou notre newsletter, des nouvelles devraient arriver dès les premiers mois de l’année.

    A la suite de cette édition spéciale, comment envisagez-vous le futur du festival ?

    Void_Arnaud-Eeckout_Mauro-Vitturini_One-drop_City-Sonic_Transcultures_Mons2015

    Void – One Drop City

    Philippe Franck : Après cet opus Mons2015, et les deux éditions focus « émergences sonores » (liées aux projets européens Park in progress et Espace(s) Son(s) Hainaut(s)), il faudra sans doute encore repenser le déploiement de City Sonic. Les complicités internationales vont sans doute s’intensifier (nous participerons sans doute à la prochaine édition des Bains Numériques du Centre des Arts d’Enghien en mai 2016 et développerons des collaborations au sein du RAN- Réseau des Arts Numériques initié par le Centre des Arts d’Enghien-les-Bains et dont Transcultures est co-fondateur, une porte s’ouvre notamment vers Auckland (Nouvelle-Zélande) et son Université des Technologies et nous avons commencé ces derniers mois des collaborations arts sonores et numériques avec Pilsen, également capitale culturelle et la Faculté d’Art et de Design de l’Université de Bohême Occidentale est désireuse de les intensifier en 2016, enfin, nous aimerions aussi continuer à pouvoir accueillir des artistes en résidence, car la demande est de plus en plus importante, mais cela pose à nouveau la question de la localisation (et des moyens structurelles et infrastructurelles) qui peut et doit complété un nomadisme inhérent à la démarche de Transcultures et de City Sonic.

    Depuis la création du festival en 2003 et malgré sa reconnaissance, pour son « originalité » et sa qualité, à l’international et de plus en plus en Fédération Wallonie-Bruxelles, rien n’a jamais été acquis ; il faut pour continuer à avancer sereinement, à défricher, à soutenir les audio altérités… aussi pouvoir s’appuyer sur des fondations solides, ce qui en ces temps de crise est un véritable challenge.

    Propos recueillis par Jacques Urbanska

    Production

    Transcultures, le manège.mons, Fondation Mons2015 avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de Wallonie-Tourisme en partenariat avec la Ville de Mons.

    City Sonic 2015 - Map

    Transcultures
  • 22.07.2015 – Conférence Netart et Hacktivisme – Jacques Urbanska – Forum Mondial de la Langue Française

    15/07/2015

    Introduction à un Net Art hacktiviste illustrée par de nombreux exemples d’œuvres connectées ou issues de la culture Web, qui utilisent les réseaux comme matière première de création et de militantisme.

    Cette conférence propose une première introduction à un Net Art hacktiviste illustrée par de nombreux exemples d’œuvres connectées ou issues de la culture Web, qui utilisent les réseaux comme matière première de création et de militantisme.

    Si le terme Net Art regroupe encore aujourd’hui toutes une série d’œuvres conçues par, pour et avec le réseau Internet, des différences notables sont apparues entre ceux qui utilisent le Web pour produire des œuvres plastiques destinées à être diffusées via le réseau et quasi exclusivement sur écran et d’autres formes qui rompent avec cette configuration habituelle.

    plus d’info sur le site du Forum

    liens sur le netart ou l’hacktivime

    visuel (tks : Revisiting the Curious World of Art & Hacktivism – Marc Garrettfurtherfield.org)

    Jacques Urbanska

    Acteur et metteur en scène de formation, ses recherches ont interrogé la scène de théâtre conventionnelle comme lieu unique possible de représentation, le rapport individuel au spectateur, l’aperception spectatorielle et la notion de théâtre post-dramatique. Ses projets sont de type événementiel, spectacles à modules, déambulatoires.

    En 2007, il s’oriente plus clairement vers la performance et les arts numériques. Ses projets vont de la performance multimédia aux arts en réseaux.
    Depuis 2010, il a construit un très grand réseau d’information sur les arts numériques (arts-numeriques.info), mais également sur divers thèmes politico-sociétaux (voir ses twitter fukushima_actu,revolution_infooccupy_USABelgique_infosarkozy_info…).
    Il est chargé de projets MediaArt et réseaux chez Transcultures, Centre Interdisciplinaire des Cultures Numériques et Sonores.
    Il est consultant « Web Strategy » pour différentes structures publiques et privées et est également chargé de la stratégie Web de l’ONG Echos Communication.

    Plan

    Transcultures
  • jusqu’au 25/07/2015 – Matière I Plan I Space / François Zajéga @ Galerie Charlot / Paris

    12/07/2015

    Cette exposition met en avant le lien entre les différents média expérimentés par François Zajéga pendant ces dernières années d’exploration de l’écosystème art-technologie-science.

    Influencé par le dessin et son vocabulaire, François Zajéga construit une réflexion esthétique autour des compositions et des systèmes constitués de points, de lignes et de courbes. Ces signes élémentaires insérés dans un espace ou plan donnent lieu à des corps/objets complexes.

    Les œuvres réunies dans l’exposition « Matière I Plan I Espace » questionnent la perception de l’espace.

    Dans « Paysages intérieurs » – série de boites qui renferment une maquette de paysage visible au travers d’un judas – la dimension tridimensionnelle du paysage, animée et « augmentée » par les projections génératives, est « pervertie » par sa visualisation au travers d’un oeilleton.

    Lire la suite sur le site de la Galerie Charlot

    Pour le finissage de l’exposition, la Galerie Charlot participe à 6PM Your Local Time une exposition d’art contemporain diffusée ayant lieu en Europe au même moment et documentée en ligne au travers de l’hashtag : #6pmeu.

    La galerie invite Anne Roquigny (lauréate des Transnumériques Awards 2014 de Transcultures) avec son installation « Browsing Browsing », qui propose un surf en temps réel de projets artistiques en ligne.

    Commissaires de cette exposition de la durée d’une soir à la Galerie Charlot, Anne Roquigny et Valentina Peri ont sélectionné plusieurs dizaines d’URLs.

    Cette liste sera enrichie pendant la soirée grâce aux Tweets des participants à « 6PM YLT » partout en Europe.

    Production

    François Zajéga est un artiste multimedia, il enseigne également à l’Ecole supérieure des Arts « Arts au Carré » et est intervenu dans plusieurs projets artistiques soutenus par la Commission des Arts Numériques de la Communauté française et par Transcultures. Il organise aussi des workshops autour de l’API python de Blender en collaboration avec Constant VZW et a été chercheur chez Numédiart, dans le domaine de la vision par ordinateur.

    Plan

    Transcultures
  • Le Festival City Sonic 2015 recherche 9 bénévoles (rémunérés)

    09/07/2015

    L’équipe de Transcultures, Centre interdisciplinaires des arts sonores et des cultures numériques recherche 9 bénévoles (indemnisation prévue) pour son festival CitySonic 2015 organisé du 11 au 27 septembre 2015 à Mons (Belgique), dans le cadre de Mons2015, Capitale européenne de la Cultures.

    CONTEXTE :
    City Sonic, pour sa 13e édition, propose un parcours d’écoute dans la ville de Mons, d’installations audio-plastiques, de créations sonores originales, d’œuvres d’artistes confirmés comme émergents. Au programme de l’édition 2015, les artistes Ez3kiel, Janek Schaefer, Jason Van Gulick, le collectif VOID invitent le public à une relecture sonore des hauts lieux de l’architecture montoise. Le parcours se déroulant du 11 au 27 septembre 2015 est composé d’une quinzaine de lieux accueillant en moyenne 3 à 4 installations (Salle StGeorges, Maison du design, Carré des Arts, Art Chétype, Fabrique des Singes, gare de Mons…).

    MISSION :
    Votre rôle est d’accueillir le public dans les espaces où les installations sonores sont exposées.
    Savoir présenter les œuvres et leurs auteurs, apporter des informations au public, garder l’œil sur le respect des lieux et des œuvres.

    VOUS ÊTES :
    Souriant, curieux, ponctuel, fiable, responsable, motivé, à l’aise avec le public et intéressé par le monde artistique en plus vous avez une bonne mémoire ?
    Cette mission est faite pour vous !

    Merci d’envoyer vos questions ou vos candidatures (CV + présentation d’une dizaine de lignes) à :
    mediation.transcultures@gmail.com

    plus d’informations sur le festival :
    citysonic.befacebook.com/CitySonic.SoundArt.Festivaltwitter.com/City_Sonic

     

    Transcultures