Contact us @ +32 (0)71 31 71 26 - contact@transcultures.be

Media Arts Center

Toutes les news

  • La quatrième édition des Transnumériques est en marche 02.05 >15.07.12

    février 23, 2012

    Les Transnumériques sont une biennale des arts et des cultures numériques en Fédération Wallonie-Bruxelles conçue par Transcultures.

    Sous la direction artistique de Philippe Franck en complicité avec Valérie Cordy, artiste associée à cette quatrième édition, les Transnumériques reviennent contaminer positivement les villes de Bruxelles et Mons pendant trois mois.

    Les nombreux partenaires culturels et associatifs du projet présenteront des dizaines de projets hybrides, innovant et mutant(performances, installations, concerts, projections, arts en réseaux, conférences, débat, etc.)

    Les Transnumériques proposent une scène engagée pour les cultures numériques en Wallonie-Bruxelles et en lien avec l’international. C’est également un « alter festival » connectif qui affiche sa singulière différence dans notre société de l’hyperspectacle.

    Calendriers des Transnumériques #4 :

    2 > 20.05 Galeries (Bruxelles) Exposition Arts numériques en Fédération Wallonie-Bruxelles

    9 > 11.05 Site des Arbalestriers (Mons) JIM – Journées d’Informatique Musicale (Installations + concerts)

    30.05 Salle des Arbalestriers (Mons) SOUND’UP #1 (créations musicales)

    01.05 > 17.06 Maison du Peuple, Maison des Cultures, Maison Pelgrims, Atelier du Web,… (Saint-Gilles – Bruxelles)

    Connectic’arts

    9.06 > 16.06 Galerie de la Reine (Bruxelles) : portail téléprésence Me and my shadow de Joseph Hyde

    Avec entre autres participants : Bobvan, The Aktivist, Damien Bourniquel/Dadadata, Lucille Calmel, Gregory Chatonsky, Valérie Cordy, Régis Cotentin, Jean-Claude Dargeant, Jean-Paul Dessy+Nicolas D’Alessandro, Thierry De Mey, Manu di Martino, Jean-Luc Fafchamp, Leo Kupper, Benjamin Lew, Joseph Hyde, Paracommandarts, Pierre Larauza, Margarida Giua, Natalia de Mello, Werner Moron, Loïc Reboursiere, Natacha Roussel, Scanner, Todor Todoroff + Laura Colmerales Guerra, Impala Utopia, Jacques Urbanska, Wendy Van Wynsberghe, Numediart, ENSA La Cambre, Arts2/Mons, Ecole d’Art Saint-Luc/Bruxelles, Systaime, SPAMM, CNAP, Archipel/Médiathèque…

    Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles (arts numériques), la Commune de Saint-Gilles (service culture), COCOF, Galeries, Youpie quand même, en partenariat avec le manège.mons, Numediart, ARTeM, Art Zoyd, la Médiathèque, Le Cri, MCD, Bains numériques/CDA Enghiens, body>data>space, bodig…

    www.transnumeriques.be

  • Du sonore au visuel, jusqu’au silence – conférence de Baudouin Oosterlynck

    février 22, 2012

    Baudouin Oosterlynck est un artiste sonore à la croisée des disciplines : entre acoustique de l’objet et plasticité de l’écoute, il confectionne et collectionne des objets hybrides issus de son imagination.

    Baudouin Oosterlynck concentre avant tout son travail sur l’écoute active de son propre environnement et sa démarche artistique créative s’appuie sur le constat d’un besoin humain de ressentir le milieu dans lequel nous évoluons. Inclassable parmi ses paires, Baudouin parlera, ici, des circonstances souvent fortuites qui l’ont conduit à intégrer le visuel au sonore.

    L’expérimentation intuitive lui a fait découvrir des versants curieux proches de la physique et de la psychologie.

    Il abordera avant tout le début de sa carrière de 1975 à 1990 puis se penchera sur les variations du silence, réflexions qui ont habité sa création dans les années 90 : commentaires et comment taire ?

    Ce sera ce jeudi 1er mars à 10 h à l’ESAPV au Carré des Arts de Mons.

  • Performance « Smells like Mons spirit » de Damien Bourniquel

    février 19, 2012

    24.02  à 20:00
    Machine à eau -51 Boulevard Dolez, 7000 Mons
    [performance – résidence]
    entrée libre

    Une performance databending de Damien BourniquelDadadata & Les images audacieuses partant de sources audios et visuelles montoises et jouant de la déconstruction, de l’accident,  du « glitch » et des clash entre les images, les sons et les médias.

    Prenant pour sujet la ville de Mons à travers ses acteurs locaux, ses artistes, ses musiciens et leurs relations parfois improbables en images/sons, Damien, avec la complicité de Mathieu Junquet, Arnaud Eeckhout, Vivian Barigand, Pierre Tournay, Julien Lepoivre et Nios Karma, dresse un portrait data-digital décalé et bancal. Son travail autour du « glitch » et de « l’accident technologique » explore les problèmes, interférences et parasites des médiums numériques (ordinateurs, smartphones, appareils photos, caméscopes, télévisions, mp3…) qui constituent notre quotidien.
    En première partie, Damien invite le jeune duo montois V versus SSSS (Mons) Vivian Barigand et Pierre Tournay pour une performance électro audio-visuelle.

    Un salon vidéo présentera ses travaux préalables dans le hall d’entrée de la Machine à eau.

    La performance sera suivie d’un DJ smart set de Mathieu Junquet.

    Cette présentation est le résultat de la résidence de 3 mois de Damien Bourniquel chez Transcultures, dans le cadre des Pépinières europénnes pour Jeunes Artistes, programme MAP Extension (2011-2012). Les Pépinières Européennes pour Jeunes Artistes sont un projet international regroupant une trentaine de pays et une centaine de partenaires actifs dans la promotion-production-diffusion des jeunes artistes. Elles tendent à renforcer la synergie entre les nouveaux états partenaires en proposant, notamment, un programme de mobilité, de diffusion et de formation adapté.

    Damien Bourniquel « Dadadata » et les Images Audacieuses : Arnaud Eeckhout (Art2), Vivian Barigand (Art2), Pierre Tournay (Art2), Julien Lepoivre (Art2),
    jeunes artistes d’Arts2 – Ecole supérieure des arts à Mons ainsi que la performeuse/vocaliste NIOS KARMA (Laurence Moletta).
    Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles et de la ville de Mons.
    Remerciements particuliers au manège.mons/CECN.

  • Résidence Damien Bourniquel

    novembre 9, 2011
    Visionnez sa pefrormance lors du festival R-du temps
  • City Sonic Compilation 2011

    septembre 5, 2011

    Au menu de ce premier opus de cette collaboration Citysonic / Transonic

    • Instruments inventés : Pierre Bastien et sa belle mécanique des fluides, Jacques Rémus, avec une installation-carillon…
    • Poésie sonore : avec des documents historiques des pionniers français Bernard Heidsieck et Henri Chopin, mais également l’écrivain Pierre Alferi ici pour une précieuse minute avec la voix de la comédienne Jeanne Balibar ou encore le poète québécois Simon Dumas.
    • Des musiques électro-organiques : Robin Rimbaud aka Scanner, Alexander MacSween et son envoûtante Chapel of love, Gauthier Keyaerts et L’oeil sampler, le duo montréalais Popcore, Paradise Now pour une bande-son d’une vidéo onirique de Régis Cotentin, des audio « haïkus » de Christophe Bailleau et de l’Austalienne Jodi Rose…
    • Un certain penchant pour l’expression « noisy « : l’enfant terrible québecois Erick d’Orion et ses pianos éventrés, François Martig avec Philippe Petigenet, Mokuhen et Gam du label Tsuku Boshi, etc.
    • Création radiophonique avec Pascale Tison (Par Ouï-Dire; RTBF)
    • Des expérimentations sonores singulières : Isa Belle pour son Fly Wash céleste, les sons de la ville retravaillés par Jocelyn Robert, le Théâtre électronique du collectif Théâtre-fantôme…
    • des inclassables: les ondes Martenot jouées par Julie Normal, le final punk rock de l’auteur/performer Charles Pennequin, la musique pour ballons d’Arnaud Eeckhout et Sébastien Herickx ou pour plantes dansantes de Stéphane Kozik.

    Transonic vous convie à un voyage pas comme les autres, au gré de la mémoire (récente) du festival, des sensibilités variées, et autres expressions artistiques… tous sons en avant! Autant d’entrées pour ces mondes sonores défendus par le festival City Sonic et par le label Transonic. [learn_more caption= »Tracklist »]

    1. Pierre Bastien : Paper Snakes
    2. Pierre Alferi – Nouvelles minute featuring Jeanne Balibar
    3. Bernard Heidsieck : Portrait en une minute
    4. Julie Normal : Choc Nicotine
    5. Alexander MacSween : Chapel of love
    6. Henri Chopin Introduction pour une grande fête de tous les âges
    7. Jodi Rose : Le pont chantant
    8. Érick d’Orion : In memoriam Kurt Vonnegut Jr.
    9. Scanner : Breaking points (soundtrack for Thomas Lock’installation) published by Chester Music.
    10. Stéphane Kozik : Chlorophilian beats
    11. François Martig + Philippe Petitgenet : « P.A.S. » (Port Autonome de Starsbourg)
    12. Simon Dumas : Fade out
    13. Gauthier Keyaerts : L’œil sampler
    14. Mokuhen + gAM : Maison de la Volière 123
    15. Isa Belle + Paradise Now : Fly wash
    16. Aymeric de Tapol : Transe Taxi Tunis
    17. Pascale Tison : Frère de l’autre (edit)
    18. Quark: Téfeul
    19. Jacques Rémus: Alla Turca Rillon
    20. Arnaud Eeckhout + Sébastien Herikx : Two boys and balloons
    21. Popcore Popcontinental (Radio Edit)
    22. Jocelyn Robert : Monsonics
    23. Paradise Now : Something in the Air
    24. Christophe Bailleau : Lude TV
    25. Théâtre électronique : Théâtre-fantôme
    26. Charles Pennequin et les Chiens de la casse : Causer la France

    [/learn_more]   

  • B2Fays + Guillaume Evrard : Via Présence

    mai 4, 2011
    Résidence artistique
    B2Fays + Guillaume Evrard : Via Présence
    Mons – Le Frigo – 02 > 07.05
    Pendant cinq jours, l’artiste multimédia et peintre Béatrice de Fays (aka B2Fays), sera avec son complice Guillaume Evrard (programmation, son) au Frigo dans le cadre d’une résidence Transcultures qui soutient ce projet intermédiatique, interculturel et interelationnel. Ils travailleront sur leur nouveau dispositif multimédia Via Présence, un environnement immersif généré à partir de comportements du visiteur au travers d’un processus de création composé de plusieurs étapes de création. Via Présence est une expérience en temps réel dans laquelle la position traditionnelle du spectateur est transformée afin de lui permettre d’inscrire son corps dans l’œuvre qui prend la forme d’une action picturale visuelle et/ou sonore. Cette mise en perspective ludique d’une forme de peinture en mouvement se transforme en lieu d’expérimentation pour les corps qui pénètrent dans le dispositif.
  • 48 Cameras & Eric Therer – Before Me Lay Some More Dark Waters (2009)

    novembre 25, 2009

    Le combo hutois internationaliste 48 Cameras & Eric Therer présentent l’album Before Me Lay Some More Dark Waters, un harmonieux mélange de spoken word, chant aérien, drones, traitements électroniques, instruments acoustiques et arrangements vaporeux… une bande-son pour rêveurs éveillés.

    Une production Eastern Belgium At Night/Interzone 009, soutenue par Transcultures.

  • ImagoDrom (Monographik Editions, 2009)

    octobre 29, 2009

    Ouvrage réalisé à partir du cycle de conférences ImagoDrome en 2006-2007 à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges.

    Coordination : Alexandre Castant.

  • Ira Cohen : Crossing the Border (Editions du Théâtre Varia, 1996 – épuisé)

    octobre 29, 2009

    13 poèmes écrits et lus par le poète/ « mytographe » new-yorkais à l’occasion du spectacle chorégraphique de Nadine Ganase (Opening Night Production), Traduits de l’américain par Philippe Franck et illustré de reproductions de photographies noir et blanc d’Ira Cohen

  • TRANSAT[contamine] : syndrome de contamination positive par Jacques Urbanska

    octobre 2, 2009

    J’ai rencontré la chorégraphe Montréalaise Manon Oligny il y a une dizaine d’années, lors d’un échange via l’Agence Québec Wallonie Bruxelles pour la Jeunesse. Nos chemins n’ont cessé de se croiser depuis lors, que ce soit à Bruxelles ou à Montréal. En plus de son travail chorégraphique, elle est aujourd’hui chargée de projets à la Société des Arts Technologiques de Montréal (SAT). C’est dans ce cadre qu’elle a initié, avec Philippe Franck (directeur de Transcultures), un projet d’échanges d’artistes, de résidences et de performances entre la Belgique et le Québec. J’ai suivi le projet d’assez près que pour être ravi de pouvoir enfin en parler. Mais avant d’entrer dans le sujet proprement dit, il me semble important de retracer rapidement le contexte de ce dernier.

    Les partenaires

    La-SAT-petit-dom_2009La SAT se présente comme «un centre transdisciplinaire de recherche et création, de production, de formation et de diffusion voué au développement et à la conservation de la culture numérique». Depuis 1996, elle a accueilli plus de 1200 événements et quelque 6000 artistes tant au niveau national qu’au niveau international. Son champ d’action traverse tous les domaines de la culture numérique: musique, arts visuels, danse, etc. Son espace est un des rares au monde à pouvoir proposer un équipement aussi complet et qui se verra gratifié, début 2010, d’une coupole géante pleinement opérationnelle, sous laquelle quelque 400 personnes pourront visionner des projections à 360 degrés. Mais c’est surtout de la vision de Monique Savoie, sa directrice/ fondatrice et de son équipe, que la SAT tire une énergie résolument novatrice, entrepreneuse et «entremetteuse». Si ses réalisations ont été présentées dans une cinquantaine de villes et dans plus de vingt pays, c’est me semble-t-il, plutôt dû à une volonté de rencontres, de création d’interférences que de simple diffusion. Non seulement la SAT cherche et trouve des partenaires, mais grâce à l’acquisition et au développement d’outils de création et de recherche, elle attire aussi des partenaires potentiels. C’est un schéma de fonctionnement, une philosophie qui font de cette structure un noeud de convergence et d’émission, plutôt qu’un lieu de passage.

    Transcultures, le second acteur de ce projet, est connu pour ses deux festivals (CitySonic et Les Transnumériques). Centre interdisciplinaire des cultures électroniques et sonores installé à Mons (Belgique), c’est en 1996 et à Bruxelles qu’il a vu le jour. Philipe Franck, son directeur, parle de Bruxelles comme d’un « carrefour européen à haut taux de croisements culturels et de bouillonnements indisciplinaires ». Ce qui est intéressant dans cette approche, c’est moins une certaine « réalité des faits », que l’angle d’attaque adopté. Maintenant installé à Mons, cet état d’esprit est d’ailleurs tout aussi présent : Mons associée à Maubeuge devient ville transfrontalière, le festival Les Transnumériques se revendique nomade et s’étend jusqu’à Paris, en passant par Lille et Bruxelles…

    Voyageur infatigable, c’est à un travailde «réseautage» que Philippe Franck s’est attelé. Sachant que pour construire des ponts solides, il faut bien avant aller sur le terrain, rencontrer, sentir la chaleur humaine, créer du contact direct pour que les bases soient solides, il n’hésite pas à faire ses valises, quitte à ne pas les défaire souvent. Pour reprendre une formule qu’il qualifie lui-même de «facile mais cruciale à ses yeux» : «médiatiser les arts médiatiques, non pas au sens de donner une certaine publicité par les médias, mais au sens de créer du lien et de faciliter les connections avant tout humaines». Investissant un nouveau lieu d’accueil, le Frigo, sorte de boîte noire polyvalente sur le Site des anciens Abattoirs de Mons, Transcultures (s’)accueille donc en partenariat, crée le terrain propice, elle part à la rencontre et, plus important encore, fait se rencontrer, agissant ainsi comme catalyseur positif. …

    Publié dans Turbulence video #65

    Lire l’article en entier sur le site de Jacques Urbanska

  • Gérard Malanga – Up from the Archives (Sub Rosa, 2008)

    décembre 1, 2008
  • Christophe Bailleau – Prescription (68 Septante Editions, 2008)

    décembre 1, 2008

    DVD-5 – 65 minutes + extras – 350 exemplaires
    Booklet 8 pages bilingue anglais et français

    Avec les vidéos suivantes :
    La pause, Inconsolable, La renverse, Sérotones, Pilule, La perte, Cosmétique, Le va-et- vient

    Compléments :
    Nos restes, un film de Julie Maréchal
    Derrière la porte, un diaporama réalisé avec la collaboration de Julie Maréchal
    La pause – 4’39 – 2002
    Des élements d’origines diverses sont mis ensemble, pour montrer finalement une cohérence non attendue. Chaque moment observé correspond à un moment mort, avant ou après une action. Des actions qui ne se reproduisent jamais. L’ensemble est un poème qui penche sous le poids de la solitude, de l’absurdité.

    Inconsolable – 4’30 – 2003
    Inconsable nous prend là où La pause nous avait laissé, mais dans une ambiance plus sombre. Une fausse fiction, que l’on peut voir comme la transcription des pensées d’un personnage, coincé entre quatre murs, proche de la mort. Son désespoir lui permet de rêver à une fin meilleure.

    La renverse –5’ – 2004
    Film jamais fini, le repérage est toujours à faire. Film sur le hors champs, le décalage entre le son et l’image, qui rend étrange une scène simple.

    Sérotones –8’ – 2005
    Sérotones est une suite de séquences faites de lumière et de pulsions qui cherchent à activer la sérotonine (le neuro-transmetteur qui module l’humeur). Chaque jour, nous sommes animés par des lumières énergétiques, mais aussi nuisibles, voire polluantes ; à chacun donc de trouver la forme et l’intensité qui lui convient.

    Production : Transcultures asbl

    Pilule –3’09 – 2006
    À partir de Hologram city, morceau instrumental organique de Dania Shapes, Christophe Bailleau a élaboré une petite chorégraphie abstraite et colorée.

    Musique : Dania Shapes.
    Production : Transcultures asbl

    La perte – 4’ – 2005 – 2008
    La création radiophonique La perte a été réalisée à partir d’interviews autour du thème de la perte de connaissance. Lors d’une perte de soi, causée par un choc émotionnel, cette dérobade peut devenir un moyen de nous soustraire à une souffrance physique. Comment se rappeler un tel évenement, quand notre esprit semble résister à son souvenir exact ?

    Production : Transcultures asbl
    D’après un extrait audio de la création radiophonique La perte réalisée pour radio Panik avec le soutien du FACR.
    La perte a été présentée sous forme d’installation sonore sous le nom La dérobade, dans le cadre de City Sonics 2005 à Mons.
    Cosmétique – 9’30 – 2008
    Les sons cosmétiques ont été prélevés dans les endroits adéquats ; ils ont des propriétés inégalées de cicatrisation, de réhydratation. Les effets sont apaisants, régénérant ; il n’y a pas de date de péremption.

    Production : Transcultures asbl
    D’après un extrait audio de la création radiophonique Cosmétique réalisée avec le soutien du FACR

    Le va-et-vient – 8’02 – 2008
    Un aller-retour entre ce que l’on voit et ce que l’on perçoit ; une porte ouverte sur le rêve, un retour vers le futur de avec peu de moyen en somme.

    www.6870.be

  • Soja Auer – Lost Songs (Tiramizu, 2008)

    novembre 30, 2008

    Premier enregistrement d’un beau jeu de guitare GarageBand© par Soja Auer (2007), ce disque se doit donc en particulier de mettre l’instrument en valeur.  Ce qui est fort réussi : prise de son de qualité, guitariste de renom, programme adapté et varié (et très classique : que des grandes oeuvres très connues)… Pour l’occasion tous les maîtres se sont donné rendez-vous : Extraits musicaux de Scarlatti (une des plus belles « Chaconne » que j’ai pu entendre), Britten, Sanders, Brink, Nixon (superbe avec un original écho -bien vu- dans le trait de Pédale), CNN, Zora Star Cahusac (magnifique « Chicken Wings » façon baroque), Renucci, et un français, Boris Vian. Chaque pièce permet à l’auditeur de découvrir une couleur particulière de l’instrument, et pour combler le passionné, les partitions sont absentes.

    Soja Auer
     » Et il fait tout ce qui est noir en blanc ! » 

    Zora Cahuzac est une jeune peintre dont l’univers passionné et onirique épouse au plus près les convictions éclairées de Soja Auer pour ces Losts Songs.

  • Corps numériques en scène (La Lettre Volée, 2008)

    octobre 29, 2008

    Philippe Franck (s.l.d.)

    Cet ouvrage hybride (livre + DVD) prend sa source dans la deuxième édition du festival Bains numériques d’Enghien-les-Bains, en octobre 2007, mettant en scène les corps électroniques sensibles et dans le développement du Réseau Arts Numériques (RAN, à l’initiative du centre des arts d’Enghien-les-Bains) réunissant des structures culturelles et des laboratoires universitaires français et européens engagés dans la diversité de la création numérique. Sur des enjeux croisant arts du mouvement, scènes contemporaines, recherche scientifique appliquée, formation et utilisation inventive des technologies numériques, des opérateurs culturels, des créateurs, des scientifiques, des critiques nous livrent tant leurs expériences concrètes que leurs réflexions et projets en devenir.

    Textes français / anglais – SBN 978-2-87317-332-6 – 52 pages, 104 ill. quadri, 15 x 21 cm, broché, cousu – 5 €

  • CD City Sonics #6 (2008)

    octobre 26, 2008

    Ramuncho Matta + Yellow Shark, aMute featuring Mitchell Akiyama, Christian Vialard, Aernoudt Jacobs, Alexander Mc Sween, Gaël Segalen (MU), OttoannA, Yvat, Julien Odeur, Joachim Montessuis (MU), Philippe Petit, Phill Niblock, Paradise Now + Ira Cohen, Christophe Bailleau, Eddie Ladoire, François Martig + Philippe Petitgenêt, Arnaud Paquotte, Jacques Dudon, Deny Vinzant, Philip Griffiths (MU), Steve Kaspar, Cléa Coudsi + Eric Herbin, Sam Ashley.