Contact us @ +32 (0)71 31 71 26 - contact@transcultures.be

Media Arts Center

Toutes les news

  • 06-02-2013 – Lab[au] – Conférence Architecture-Code ➽ Faculté d’architecture et d’Urbanisme de Mons

    février 5, 2013

    Dans le cadre du cycle Territoires numériques augmentés

    Le collectif bruxellois d’urbanisme et de création numérique,Lab[au] propose une relecture de l’architecture de nos villes à l’aune des technologies numérique et a créé de nombreuses installations, dispositifs et performances innovantes. Pour cette première intervention, Lab[au] développe la question de la perméabilité entre numérique et architecture.

  • New open #Call(s) : 2 residencies : M4M @ TRANSCULTURES Mons + M4m PARIS

    février 4, 2013

    NEW OPEN CALL > DIGITAL ARTS RESIDENCY M4m (M for mobility) at TRANSCULTURES

    3 > 17 MARCH 2013
    DEADLINE to send your application > 11th FEBRUARY 2013

    m4m-e-mobility_transcultures-2013
    Transcultures, Interdisciplinary Center for Sound and Digital Cultures (Artistic Director: Philippe Franck) is born in 1996 in order to promote and develop crossings between contemporary artistic practices and arts/society/technology stakes; focusing in particular on sound art and digital cultures. Since 2008, Transcultures is settled in Mons (Belgium) working on production, distribution, public awareness for those new hybrid artisti forms.
    Transcultures has launched City Sonic, international sound art festival (in Mons since 2003) and Les Transnumériques, biennale of digital cultures (in Mons, Brussels,…since 2005) and developped many European and international projects. The M4m project proposes residencies for young artists and professionnals of culture as well as workshops in the 7 partners/countries and a final forum in Prague in mid April with all the participants.
    This residency at Transcultures will focus on digital arts and cultures. The resident will work with a technician during this 2 week working time hosted by the Institute of Research for Technology & Arts Numediart at the University of Mons, partner of Transcultures.
    Applications can be sent by mail to lucie.transcultures@gmail.com and also on the emobility web site.

    M-4-Mobility-support_transcultures-2013

    with the support of the European Commission (Culture Program), in collaboration with Numediart/UMons

    2. NEW OPEN CALL : RESIDENCY M4m PARIS 2013
    DEADLINE 15th FEBRUARY

    bandeau-emobility_transcultures-2013
    Content :
    From early 20 years, the Pépinières européennes pour jeunes artistes have been developing mobility, dissemination and co-productions programs with more than 160 places of creation and diffusion in 35 countries in Europe and internationally.They are recognized by their national and European institutional partners as the main actor of artistic mobility on the European scene.
    in residency
    Choreographer, artists, video directors, circassiens, performers… are invited to apply for that residency.
  • Mauro Vitturini – the sound of the city (Feed back on his M4m residency at Transcultures)

    février 4, 2013

    Mauro Vitturini, composer, sound and interdisciplinary artist hosted in Mons at Transcultures for a intense 3 week M4m – M for mobility  (European project supported by the European Commission-Culture Programme) residency (with the help of technician Emilien Baudelot and the final collaboration with sound-multimedia Mons artist Arnaud Eeckhout for a performance) answers to Philippe Franck (director of Transcultures)’ s questions on his approach and the result of his creative process in Mons at and with Transcultures.

    Opening monday 04 02 2013 : Mons > La Médiathèque > 18:30mauro-vitturini_M4M-1_Transcultures-2013
    exhibition : 05/06 02 2013 – 14.00 > 18.00
    free entrance

    Transcultures : What attracted you to Mons and Transcultures for your M4m residency?

    Mauro Vitturini : Actually, I didn’t know about Mons before reading the call for applications at Transcultures. Then I started to get information about both the city and the organisation, and I found Transcultures very interesting for me and my professional development. I think that Transcultures is one of the most attractive organisation as a vehicle for experimental art, and an avant-garde for sound, digital and new media art.
    T : How did you work with the guest technician Emilien Baudelot and the Transcultures staff all along the process ?

    M. T. : Emilien is really nice and very professional; he helped me to find all the material that I needed, driving me all around Belgium. He gave me also some technical advices and he was really helpful during the set-up of the installation. And most important, he gave me a very nice and well structured knowledge about belgian beer!

    T : How does this new installation « Tentative d’épuisement d’un lieu montois » take place in your work?

    M. T. : Which (artistic, technical) developments did it bring? This is the first time for me to present my work in a different country from that one where I used to live. I moved abroad just few months ago, and “Tentative d’épuisement d’un lieu montois” fits perfectly with my future objectives. It’s an important validation for my work. However, thanks to the staff and the people I met during the residency, I improved my technical knowledge and I knew some very interesting sound editing programs that I didn’t knew before.

     

    mauro-vitturini_M4M-2_Transcultures-2013T : What is your vision of « sound art » and « digital arts »?

    M. T. : I appreciate the quotation marks. However, speaking in a broad sense, I don’t like the attempt at “defining” things and one of the aims of my work at Transcultures is also to convey this idea.
    I am used to think art as something that involves mind and thought before, and then perception and senses. Sound for me is a medium to express thoughts, language issues and concepts without imposing a personal view, and then a ready-made image.

    But for the time being, I like to interchange a more conceptual research to one more sensorial. I don’t know if sound art is actually something like this; but I really don’t question it since I don’t pretend to be a sound artist. However, in my opinion, sound, digital and new media are the most relevant arts to be in the forefront.

    T : You met Arnaud Eeckhout (young musician, sound and visual artist often supported by Transcultures) thanks to this residency in Mons, how is he going to integrate your devices for his performance at the opening of the final exhibition?

    M. T. : I really appreciate Arnaud’s work. I think he is a very good artist. From the outset we have been on the same page. He started to work on my devices in a completely free and spontaneous way, even if I know that is not easy to work with the work of someone else. But he’s doing very well, and I think he has found the best solution to integrate his work with mine, in a very experimental way.

    T : What is the next step for you after this M4m residency? What did it concretely bring to you?

    M. T. : I will exhibit in Trevi (PG, Italy) in March. However, when the curator wrote me some days ago, I was not yet in the position to tell her what I was going to do. Now, thanks to this M4m residency and to the people I met here, I know exactly what to do. And I feel much better!

    Anyway, it’s been the first time for me to find someone who really shares the same interest as mine. I talked a lot with Arnaud, and for a moment, while he was talking, I felt like I was him and he was me. In Italy, from my experience, most of the people don’t really care about your work; most of them just care about appearance and success. But what I do is not just “my work”. I don’t care about my name, I care about the aim of my work, the aesthetics; I am not doing this to be the “first”, but to share it and then let people make it better than me. ”We don’t own ideas anymore, so no one can steal them“, as John Cage said.

    Thank you Transcultures and M4m!

    mauro-vitturini_works-2_transcultures-2013

  • Vernissage le lundi 04 fevrier 2013 : Tentative d’épuisement d’un lieu montois (création) de Mauro Vitturini (M4M project)

    janvier 26, 2013

    Mons > La Médiathèque > 18:30

    Dans le cadre du projet européen M4M (M for mobility), Transcultures accueille en résidence Mauro Vitturini, compositeur et artiste numérique italien qui propose une installation dédiée à la Ville de Mons. Tentative d’épuisement d’un lieu montois est une œuvre audio et plastique librement inspirée du roman de Georges Perec. Mauro Vitturini utilise le son comme langage universel, proposant une relecture de sons glanés aux quatre coins de Mons.

    Nous vous invitons à découvrir le travail de cette œuvre sensible le lundi 4 février 2013, à 18h30 à l’auditorium de la Médiathèque, Ilot de la Grand’Place (face au centre de prêt de la Médiathèque de Mons).

    A 19h, Arnaud Eeckhout, artiste multimédia montois proposera une performance sonore en utilisant le dispositif de l’installation.

    L’installation sera également visible mardi 5 et mercredi 6 février 2013 de 14h à 18h.

    • Entrée gratuite

    Production : Transcultures

    M4m est soutenu par la Commission européenne (EAC-Culture Programme)

    Remerciements/special thanks : La Médiathèque/Le manège.mons, Fondation Mons 2015, Pépinières européennes pour jeunes artistes et également Philippe Meunier, Lucie Fournier et Isa Belle.

    mauro-vitturini_vernissage_transcultures-2013

    A propos de ce projet…

    Tentative d’épuisement d’un lieu montois (création) de Mauro Vitturini

    “Cette installation présente une étude de la ville de Mons à travers les moyens sonores mais aussi sur le son lui même. Des enregistrements réalisés pendant ma période de résidence M4m chez Transcultures ont été traités et joués par différents dispositifs et de diverses manières.  Ce travail s’inscrit dans une recherche sur le son sur laquelle je travaille toujours : le son en tant que trait d’union entre les dimensions conscientes et inconscientes. En fait, le son participe à la définition des choses, soulevant à l’occasion également une dimension achétypale, sans imposer une vision personnelle pour autant, et laisse donc les auditeurs libre de jouir de leur imagination stimulée par une autre forme de perception.  Le son est analysé également comme un agent dynamique capable de changer la perception sensorielle et conceptuelle de l’espace, des choses et des mots pour trouver un langage universel qui peut être vu et entendu par tous. Le son est alors comme à voir, même si nos yeux n’en sont de facto pas capables.

    Une partie de l’installation est faite de tubes plexiglas suspendus au plafond qui diffusent des enregistrements pris autour de lieux, de demeures et de quarties montois. L’autre partie est une composition pour laquelle des enregistrements urbains sont devenus des partitions musicales ensuite interprétées par un logiciel avec un piano et un synthé. Cette composition est diffusée par des hauts-parleurs faits à la main et réduits au minimum, le processus mécanique étant mis à nu et démystifié.  Dernier élément du dispositif : une grande photo faite d’une série d’instantanés, représentant une femme qui prononce une phrase à décripter”.

    Mauro Vitturini Bio

    Né à Rome en 1985, Mauro Vitturini après avoir suivi des études  scientifiques et humanistes, et après un bref passage à l’Université La Sapienza, il s’inscrit à l’Académie des Beaux-Arts de Rome tout en continuant la musique jusqu’en 2007. Sa recherche est basée sur une analyse de la perception de la réalité, ses actions visent à court-circuiter la connaissance individuelle et culturelle des choses, et la relation de l’homme avec les périphériques. Il s’intéresse particulièrement à l’interaction avec l’espace, le son et la sémantique de l’enquête en continu, grâce à des processus de déconstruction visant à saper les certitudes conventionnelles et à poser de nouvelles questions. Actuellement, Mauro Vitturini vit et travaille entre Rome et Londres.

    M4M (M for mobility)

    M4m (M for mobility) est un programme de mobilité artistique soutenu par la Commission européenne, et mis en oeuvre par 7 cosignataires (chef de fil : Tanec Praha) de 6 pays européens différents et 14 partenaires associés. Ce programme qui se construit autour de résidences et workshops a pour ambition de favoriser les rencontres, l’échange et le travail en commun entre jeunes artistes et jeunes professionnels des métiers de la création et de la culture intervenant dans les différentes étapes de la production d’un projet artistique.

    M4m vise à :

    • développer des synergies de professionnalisation entre jeunes artistes et jeunes professionnels des métiers de la création et de la culture dans un contexte européen
    • favoriser les échanges d’expériences et le transfert de compétences pour initier des méthodologies de travail à partager en commun
    • rendre lisible la qualité des démarches d’une jeune génération d’artistes, qui invente, dans l’échange, les regards de demain

    Partenaires

     

  • LOOPJAM vernissage 22 janvier à 12h. Du 23 au 27// 10:00>16:45 au MIME

    janvier 22, 2013

    Performance de Gauthier Keyaerts, artiste musicien et compositeur sur une installation interactive et ludique de Numédiart qui permet de construire collectivement et instantanément une atmosphère musicale inédite.

    Numédiart (collectif de chercheurs dépendant de l’Université de Mons) propose une installation interactive et ludique qui permet de construire collec- tivement et instantanément une atmos- phère musicale inédite. En se déplaçant sur un parterre sensible, le participant peut explorer de manière ludique une géographie sonore visualisée sur grand écran et activer les sons par sa gestuelle. Performance vernissage mardi 22 à 12h.

     

     

  • M4m résidence Mauro Vitturini Aquarium – 21.01.2013 > 03.02.2013

    janvier 20, 2013

    MONS > TRANSCULTURES

    Artiste italien de l’espace urbain et du son travaillant entre Rome et Londres, Mauro Vitturini a été sélectionné pour la première résidence à Mons du projet européen M4m dont Transcultures est co-organisateur. Son projet d’installation,Aquarium, met en avant les limites sémantiques de la langue. Le son isole les actions et participe à la redéfinition des choses. Il met en lumière la perception libre de tout a priori en faveur d’une communication et d’un langage universels. M4m (M for mobility) est un programme de mobilité artistiqueimaginé par les Pépinières eurpéennes pour jeunes artistes, soutenu par la Commission européenne (EAC-Programme Culture 2007-2013), et mis en œuvre par 7 cosignataires et 12 partenaires associés sous la coordination de Tanec Paha (République tchèque). Ce programme a pour ambition de favoriser les rencontres, l’échange et le travail en commun entre jeunes artistes et jeunes professionnels des métiers de la création et de la culture intervenant dans les différentes étapes de la production d’un projet artistique.

  • La semaine du son – 21.01.2013 > 27.01.2013 – Bruxelles

    janvier 17, 2013

    Né à Paris en 2003, La Semaine du Son propose aussi à Bruxelles pour la troisième fois, dans divers lieux bruxellois (Cinematek, Espace Senghor, QO2, Maison des Arts de Schaerbeek, Flagey, KultuurKaffee, La Bellone, Le Botanique, iMAL, Abbaye de Foret,…), une série d’événements liés au sonore ; des conférences, des ateliers, des concerts, des performances, des installations sonores, des rallyes sonores dans la ville…

    Raymond Ravar, fondateur de l’INSAS (Institut National Supérieur des Arts du Spectacle et des Techniques de diffusion – qui fête ses 50 ans d’existence), est le parrain de cette ample édition de 2013. Parmi les nombreuses propositions, certaines mettent à l’honneur des artistes soutenus par Transcultures : Bobvan et son majestueux Arbre à son (nouvelle version) à l’Ancien hôtel communal de Laeken dès le 23 janvier, l’installation interactive Loopjam de Christian Frisson (du 22 au 27 au MIM) avec une intervention musicale de Gauthier Keyaerts, Leo Kupper, merveilleux pionnier des musiques électroniques en Belgique avec une master class le 23 et en concert à Flagey (avec la chanteuse brésilienne Anna Maria Kieffer) le 27 janvier, une performance de Baudouin Oosterlinck à La Cambre-Flagey le 27 également. Plein de belles découvertes pour audiophiles et non initiés !

    Voir aussi la page facebook : http://www.facebook.com/pages/La-Semaine-du-Son-Bruxelles-2013-De-Week-van-de-Klank-Brussel-2013/217098195046946

  • Voyage dans les airs – Arnaud Eeckhout – Atelier Sonic Kids – 16.01.2013

    janvier 15, 2013

    MONS > LA MAISON FOLIE > 14:30

    Faire son show, voilà la proposition pour cet atelier-concert visuel et sensoriel du jeune artiste sonore et numérique montois Arnaud Eeckhout (que vous avez pu apprécier entre autre dans City Sonic et Les Transnumériques). Les enfants sont invités à disséquer les principes physiques du son pour l’appréhender différemment et sortir de l’écoute classique en détournant certains objets du quotidien pour se les approprier comme instrument de musique ou pour réaliser de fabuleux monstres mouvants au rythme des ondes.

    Dans le cadre du projet Espace(s) Son(s) Hainaut(s), plate-forme pour les musiques innovantes et les arts sonores, soutenu par le fonds Feder Interreg IV France-Wallonie-Vlaanderen.

    Production: le manège.mons en partenariat avec Transcultures.

     

  • Mauro Vitturini – résidence Transcultures 21-01 au 03-02-13 – Mons

    janvier 10, 2013

    Le lauréat du premier appel à projet pour M4m-M for mobility (projet européen de résidence/workshop interdisciplinaire pour jeunes artistes et professionnels de la culture- avec le soutien de la Commission européenne/Education& Culture -Programme Culture 2007-2013) est Mauro Vitturini (Italie/GB).

    Il sera accueilli en résidence du 21 janvier au 3 février 2013 chez Transcultures à Mons pour développer un nouveau projet d’installation sonore et numérique.

    Né à Rome en 1985, Mauro Vitturini vient de scientifiques, humanistes, et après un bref passage à l’Université La Sapienza, il s’inscrit à l’Académie des Beaux-Arts de Rome. Il a été impliqué dans la musique jusqu’en 2007, la même année, il s’intéresse à l’art et la philosophie.

    Sa recherche est basée sur une analyse de la perception de la réalité, ses actions visent à court-circuiter la connaissance individuelle et culturelle des choses, et la relation de l’homme avec les périphériques qu’il créé. Un intérêt particulier est donné à l’interaction avec l’espace, le son et une quête permanente de la sémantique, grâce à des processus de déconstruction visant à saper les certitudes conventionnelles et donner lieu à de nouvelles questions.

    Il vit et travaille entre Rome et Londres.

  • Appel à projet : Installations sonores – City Sonic 2013 / projet transfrontalier Espace(s) Son(s) Hainaut(s)

    décembre 13, 2012

    espace-sons-hainauts_logo_transcultures-2013city-sonic_call-transcultures-2013

     

     

     

     

    Dans le cadre du projet transfrontalier Espace(s) Son(s) Hainaut(s), plate-forme pour la création musicale et sonore innovantes soutenu par le fond européen FEDER Interreg IV France-Wallonie-Vlaanderen.

    Lieu    de    production    et    diffusion : ART    ZOYD    (Valenciennes),    LE MANEGE.MONS (Mons), LE PHÉNIX– VALENCIENNES en partenariat avec TRANSCULTURES et le festival international des arts sonores CITY SONIC (Mons)

    Dates de production : De fin mars 2013 à septembre 2013 (création)

    Deadline de remise du projet : 15 janvier 2013

    Visualiser/Télécharger l’appel complet : http://bit.ly/Transcultures-CitySonic2013-Call
    Conditions de production/résidence/diffusion :

    • commande d’une installation sonore/musicale urbaine (création in situ susceptible d’être adaptée au contexte architectural/patrimonial à définir) avec un soutien à la production portant sur un montant de 1000 euros par projet sélectionné
    • résidence de trois artistes maximum aux studios Art Zoyd (www.artzoyd.org) à Valenciennes deux fois
    • 1 semaine avec l’assistant musical Carl Faïa qui travaille en partenariat avec les chercheurs et encadrants montois.diffusion durant le festival international des arts sonores City Sonic (www.citysonic.be) à Mons (du 7 au 22 septembre 2013, vernissage le 6)
    • diffusion au Phénix, Scène Nationale de Valenciennes du 1er octobre au 30 novembre 2013 (salle d’exposition)
    • Destinataires :    compositeurs,    créateurs    sonores,    artistes    numériques, plasticiens, poètes sonores… travaillant dans le Hainaut belge ou français, ou toute personne désireuse de créer une œuvre majoritairement sonore (pouvant avoir aussi une dimension visuelle ou sculpturale) pour le paysage urbain (dans un lieu intérieur ou en extérieur) ayant déjà une certaine expérience artistique.

    Critères de sélection :

    • Le jury composé des partenaires du projet ESH et de professionnels belges et français experts dans ces pratiques, tiendra compte des critères suivants: le projet doit être une création (et non une nouvelle adaptation d’un projet existant), la qualité artistique (avec une attention particulière à la dimension sonore), la faisabilité technique et budgétaire (dans le cadre ici décrit), le caractère innovant et l’adaptabilité au contexte de présentation urbain.

    Dépôts de projet
 Le dossier doit comprendre :

    • un CV de l’artiste – une note artistique et technique sur le projet d’installation – une note sur le développement sonore et éventuellement l’interactivité
    • (un budget de 1000 euros maximum, pourra être alloué selon les besoins précisés avec les experts par installation à la construction et à l’achat de petit matériel en sus de la commande)
    • Une fiche technique prévisionnelle devra être annexée.
    • fournir en annexe, des liens internet, documents vidéo et audio… susceptibles d’éclairer le jury sur le monde artistique dans lequel s’insère le projet déposé.
    • Les    3    projets    d’installation    labélisés    « ESH »    retenus    pour    2013    se verront attribuer, 1000 euros chacun sous forme de droits d’auteurs, une résidence, un temps de développement et un accompagnement technique et communicationnel pour les diffusions à Mons et Valenciennes.
  • Pierre-Jean Giloux – résidence décembre 2012

    décembre 10, 2012

    Pierre-Jean Giloux, artiste visuel et numérique basé à Bruxelles dont l’installation AV « Commercial Fragmentations » a été exposé récemment dans « Sonic Cinema » (Galeries, dans le cadre du festival City Sonic#10) a été accueilli en résidence chez Transcultures à Mons pour son nouveau projet d’installation numérique « Invisible Cities ».

    Pierre Jean Giloux travaille avec des images composites : photographies, video, et images 3D. A partir de ses archives et dessins il élabore des petits scénarios qui deviendront des films vidéos proches des univers des jeux vidéos et autres comics.

    Animé d’une profonde inclination à franchir les frontières du réel pour envisager par l’imaginaire des contrées inconnues jusqu’en leurs détails de fonctionnement, Pierre-Jean Giloux révèle un goût peu commun pour l’exploration par l’esprit. Vision métaphorique de mondes insoupçonnés dans lesquels oeuvrent secrètement quelques figures saugrenues, « Commercials Fragmentations » conte sans ambages le récit d’une agression.

    Féru d’images et de récits, il donne naissance à ses créatures de rêve et d’inconscient par le dessin. De nombreuses esquisses préparatoires aux scénarii révèlent un répertoire d’êtres hybrides, riche et circonstancié. Pas si éloignée de l’imaginaire fantasque fellinien, l’incongruité des actions entraîne la curiosité du regard, l’onirisme enchanteur transporte au-delà des frontières du réel.

  • “Right North”, she said… – 48 Cameras

    novembre 28, 2012

    En « chantier » depuis novembre 2009, le 10ème album de 48 Cameras, ce collectif musical international à géométrie variable, toujours emmené par Jean M. Mathoul, est à présent disponible dans le cadre d’une coproduction Interzone / Transonic et ce avec le soutien du Ministère de la Culture de la Fédération Wallonie-Bruxelles et la collaboration de Transcultures. Le collectif se compose cette fois de Michael Begg (GB), Michel Delville (B), Saskia Dommisse (NL), Nick Grey (CA), Peter James (GB), Calogero Marotta (B / I /GB) & Jean M. Mathoul (B). Parmi les nombreux invités (24 au total), pointons la présence de Martyn Bates et Peter Becker (Eyeless in Gaza), Yannick Franck, Marcel Kanche, Philippe Poirier (Kat Onoma), Stephan Ink (Elephant Leaf) mais aussi Jordi Grognard, Matt Shaw, Yves Delllicour et Robert Baussay. Une fois de plus, cet album, a en grande partie été enregistré par correspondance ; la plupart des musiciens, en ce y compris certains membres du groupe, ne se sont donc ainsi jamais rencontrés. « Right North », she said… prolonge, en quelque sorte, le travail entamé par son prédécesseur,Before me lay some more dark waters (Interzone / 2009).

    Les assises rythmiques se sont davantage encore épurées au profit de profils brumeux et d’envoûtants halos. D’une profonde homogénéité malgré sa durée (2 x 50 minutes), ce nouvel album digipack alterne plages chantées et spoken-words. Les voix sont majoritairement masculines, quand bien même on retrouve ici Saskia Dommisse et, en qualité d’invitée, Madame Pascale Tempels, ancienne chanteuse officielle du groupe. Annemarie Borg interprète de même, en allemand, un « Dreikönigsfest» telle une égérie brisée de Fassbinder. Martyn Bates, au sommet de son art lyrique, illumine, quant à lui, trois titres d’une grande douceur. Nous retrouvons également la voix éthérée de Nick Grey déjà présent sur le précédent album.

    Les nouveaux membres, Peter James, Michel Delville et Michael Begg, apportent également brillamment leur pierre à cet édifice en constante mutation. Cet album fait aussi la part belle aux instruments à vent et à cordes, ainsi qu’aux percussions : guitare basse acoustique, hautbois, cor anglais, clarinette basse, saxophone soprano, piano, bansuri, tempura, hang, singing bowls, etc. Ces 23 pièces, d’une sobre élégance, constituent autant de courts-métrages en noir et blanc immersifs dont on ne s’extrait que difficilement pour rejoindre la surface du quotidien. De nouveaux enregistrements sont d’ores et déjà programmés et 2 nouveaux membres viennent de même de faire leur apparition, soit Mark Beazley (GB) et Andrey Kolomytzev (USRR).

    [learn_more caption= »Tracklist »]

    CD1

    1. Somewhere in fall but probably after a rain 5‘45’’
    2. Laments for our Isobel 7’07’’
    3. « Right north », she said 4’51’’
    4. So like my father in our fathers’ absence 5’45’’
    5. Just like a winding sheet in the wind 2’11’’
    6. Masau’u 0’41’’
    7. After Gareth Williams 5’19’’
    8. Evenear 6’01’’
    9. I could certainly stop breathing for you, even if i could not remember your name 6’45’’
    10. Dreikönigsfest (Epiphany) 1’19’’
    11. Sometimes in fall but probably after a rain 3’13’’

    CD 2

    1. Spider wood 4’45’’
    2. Juliet of the spirits (a lullaby) 5’13’’
    3. Here he comes now 5’35’’
    4. The third body 6’45’’
    5. Landfall # 1 2’39’’
    6. A short conversation with our fallen angels 3’35’’
    7. Landfall # 2 1’23’’
    8. I will now solidify my blood & will turn it into bones 5’43’’
    9. Landfall # 3 0’43’’
    10. Right here, with bare hands 7’29’’
    11. Scorpio rising 4’03’’
    12. Coda 1’19’’

    [/learn_more]   

  • Fragment #37-43 – Gauthier Keyaerts

    novembre 1, 2012

    Après avoir récemment créé avec succès ses premières installations audio-visuelles (L’œil Sampler, an-ART-key à City Sonic…), et pratiqué assidument la scène Gauthier Keyaerts (Bruxelles) revient après de longues années à la production discographique avec un nouvel opus titré Fragments# 37-43 (disponible en CD et LP).

    Soit un voyage sonore au sein de contrées imaginaires, réunissant des tableaux et narrations matiéristes, hypnotiques, contrastées. Cet album constitue la première sortie du label Transonic.

    Tracklist

    1. Radicaux Libres #6 (Intro)
    2. N=eX
    3. L’œil Sampler #1
    4. De sable et de lumière
    5. Clark > Joseph > Kent (Agit Pop)
    6. Peintures électroniques #18 (Transition)
    7. Sweetie Jane
    8. BXL Flyover (Peintures électroniques #3)
    9. La nouvelle consonance
    10. Ombre chinoise (Improvisation with Paradise Now)
    11. Dièse martensite
    12. L’œil Sampler #2 (Outro)

  • C2M1 de Siegfried Canto et Magali Desbazeille – Le 19 octobre – 21h30 – CDA Enghien les bains (soirée Hypertext)

    octobre 9, 2012

    C2M1 (prononcer C’est demain) est une performance-médias qui traverse les langages écrits et codés, de l’invention de l’écriture au langage SMS en passant par l’avènement de l’imprimerie. La question dont s’empare C2M1 est celle-ci : qu’est ce que les technologies nouvelles produisent sur le langage ?

    Sur le plateau, Siegfried Canto, musicien et Magali Desbazeille, plasticienne-performeuse, interagissent avec les médias (archives, interviews de chercheurs, nombreux outils de télécommunication). Le musicien s’en sert comme instruments de musique pour improviser. La plasticienne-performeuse s’en sert pour réactiver leur propre mémoire. Celle-ci devient sujet de fiction, l’Histoire et le réel s’entremêlent afin de visualiser le futur, par le décalage entre des technologies obsolètes et les nouvelles formes de communication.

    compagnie-asap_canto-desbazeille_transcultures-2012Conception – performance: Siegfried Canto – Magali Desbazeille – Dramaturgie: Julie Valero – Graphisme:Misha Margolis – Lumière – effets spéciaux: Fabrice Blaise – Production – diffusion: Vanessa Vallée

    Production déléguée : Cie ASAP Co-producteurs : Ars numérica de Montbéliard, le RAN-réseau art numérique avec l’Espace Mendès France/le Lieu Multiple, le Centre des Arts d’Enghien, l’Ososphère/Quatre4.0, Transcultures et avec l’aide à la maquette et à la production du Dicream. Partenaires : L’Atheneum, le Théâtre paris-villette et les plateaux associés d’Arcadi, La Ferme du Buisson, scène nationale de Marne La Vallée.

    AGENDA :

    CONTACT/RESERVATIONS : Vanessa Vallée – nous@cie-asap.eu – +33 6 31 53 22 14

  • Live cut in Exit 07 – Steve Kaspar

    octobre 1, 2012

    Deuxième sortie du label TRANSONIC – après l’album de Gauthier Keyaerts, Fragments #37-43 (CD+LP) -, et premier opus de la collection de mini CD Tiny Ears (ref: TRSC 0-1-00) qui présente en une vingtaine de minutes un « micro monde » audio singulier.

    Ce set live dense et matiériste (quelque part entre art sonore, audio sculpture et musique expérimentale proto électronique) de Steve Kaspar a été enregistré lors de sa performance en première partie des Acid Mothers Temple le 14 octobre 2011, salle Exit 07 à Luxembourg.